Avertir le modérateur

E- Falun Dafa en Chine - Page 2

  • Interview de Alain Tong de l'association Falun Dafa France par Jean-Claude Carton de Web TV Etoiles du Coeur le 3 avril 2014

    Falun Dafa (aussi appelé Falun Gong) est une pratique bouddhique avancée, transmise pour la première fois au public par M. Li Hongzhi. C'est une discipline dans laquelle "l'assimilation à la caractéristique la plus élevée de l'univers —Zhen, Shan, Ren (le Vrai, le Bien, la Patience)— est la base de la pratique. La pratique est guidée par ces caractéristiques, et basée sur les mêmes lois qui sous-tendent le développement de l'univers.” Les enseignements de Maître Li Hongzhi se trouvent dans de nombreux textes, parmi lesquels Falun Gong, Zhuan Falun, La grande voie d'accomplissement Falun Dafa, Points essentiels pour un avancement assidu, et Hong Yin. Ces ouvrages et d'autres ont été traduits dans trente-huit langues, et sont publiés et distribués dans le monde entier.

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=-kNc50z4u5M&feature=youtu.be&a

  • Félicitation d'un membre du Congrès américain pour la conférence annuelle de partage d'expérience du Falun Dafa à New York

    Falun Dafa, Li Hongzhi, Congrès américain, conférence, New York, député, Christopher H. Smith, Chine, droits de l'homme, liberté religieuse,
    M. Li Hongzhi, fondateur du Falun Dafa, lors de la Conférence de partage d’expériences 2013, le 19 mai, dans la région métropolitaine de New York.

    Le 17 mai 2013, le Président de la sous-commission de la Chambre des représentants sur l'Afrique, les droits de l'homme dans le monde et les opérations internationales, co-président de la Commission sur la sécurité et la coopération en Europe, co-président de la Commission exécutive du Congrès américain sur la Chine, l'éminent membre du Congrès américain Christopher H . Smith du New Jersey, a adressé la lettre de bienvenue suivante aux pratiquants de Falun Dafa et ses félicitations à la Conférence internationale de Partage d'Expérience de Falun Dafa qui allait se tenir à New York.


    Dans la lettre, le député Smith a fermement condamné le Parti communiste chinois pour sa persécution du Falun Gong au cours des 14 dernières années. Il a indiqué qu'il avait l'intention de réintroduire la législation qui refusera l'entrée aux États-Unis à n'importe quel dirigeant du gouvernement chinois et aux membres de leur famille ainsi qu’aux membres de n'importe quelle branche de la police de sécurité qui ont commis des violations graves des droits humains.

     

    Falun Dafa, Li Hongzhi, Congrès américain, conférence, New York, député, Christopher H. Smith, Chine, droits de l'homme, liberté religieuse,Congrès des États-Unis
    Chambre des représentants

    17 mai 2013,

    Chers amis,

    Je tiens à souhaiter la bienvenue aux plus de 8000 pratiquants de Falun Dafa des différentes villes des États-Unis et de plus de 100 pays dans le monde, dont la Chine, venant à la Conférence internationale de partage d’expériences de Falun Dafa et aux activités de sensibilisation sur les violations des droits de l'homme en Chine du 17 au 19 mai 2013 dans la région de New Jersey / New York Métropolitain .


    Les millions de pratiquants de Falun Dafa en Chine - et même jusqu'à un certain point ceux qui sont ici aux Etats-Unis - ont été soumis à des actes de violence et d'agression, vol de biens et destruction, écoutes illégales, harcèlement, intimidation et persécution. En Chine des milliers de pratiquants cette paisible pratique ont été tués. Des centaines de milliers de personnes ont été arrêtées et plus de 100.000 personnes ont été condamnées aux camps de travaux forcés, généralement sans procès. Aujourd'hui, le gouvernement chinois utilise des tactiques similaires contre sa société civile en plein essor.


    Soyez assurés, que je vais continuer à travailler pour exposer la brutale persécution de 14 ans du gouvernement chinois contre le Falun Gong et à travailler afin d'assurer leurs droits inaliénables à la liberté religieuse. En décembre, j'ai organisé une audition du CECC sur la persécution du Falun Gong, et une séance conjointe du sous-comité concernant le prélèvement d'organes, en septembre dernier. Afin de poursuivre nos efforts, j'ai l'intention de réintroduire la législation qui refusera l'entrée aux États-Unis à tout haut responsable du gouvernement chinois et aux membres de sa famille qui ont tiré profit des politiques ou actions ciblant les activistes démocratique, persécutent des minorités ethniques, ou ont participé au trafic et au retour forcé des réfugiés nord-coréens ou à la politique coercitive de limitation des naissances.

    Ma législation va également interdire l'entrée aux membres de toute branche des forces de sécurité qui ont participé à la répression violente de tout individu ou responsable de pratiques religieuses, de défenseurs de la démocratie, d' avocats des droits de l'homme, de défenseurs des droits des travailleurs ou de médias indépendants, de journalistes et d' utilisateurs d'Internet. je vais continuer à me battre pour la liberté et les droits fondamentaux du 'Falun Gong et de tous ceux en Chine qui continuent à avoir leurs droits humains et leurs libertés fondamentales bafoués par la dictature communiste chinoise.


    Je souhaite sincèrement à tous une conférence fructueuse et réussie. Sincèrement

    Christopher H. Smith


    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201305/113015.html

  • Reportage de Télé Bocal: Falun Dafa, non à la répression du gouvernement chinois

    Le Falun Dafa, mouvement spirituel chinois, est devenu bête noire du Parti Communiste chinois qui depuis 14 ans empêche ses pratiquants d’exercer librement. Le gouvernement enferme et torture les chinois du Falun Dafa et pratique également le trafic d’organes.

    Tiré de:http://www.telebocal.org/actu/falun-dafa-non-a-la-repression-du-gouvernement-chinois/

  • Une excuse pour un génocide

    Chine, Falun, Gong, Dafa, 25 avril 1999, appel, Zhongnanhai, Li Hongzhi On se souvient de certains événements dans l'histoire comme d' étincelles déclenchant des évènements plus grands. L'assassinat de Franz Ferdinand, archiduc d'Autriche, aboutissant à la Première Guerre mondiale, et l'arrivée au pouvoir de Mikhaïl Gorbatchev, conduisant finalement à l'effondrement de l'Union soviétique, n'en sont que deux exemples.


    Parmi de tels événements il y a un tournant peu compris dans l'histoire chinoise récente- "L’appel de Zhongnanhai" du 25 avril 1999. Certains observateurs chinois considèrent l' événement comme étant le catalyseur d'une des répressions spirituelles les plus violentes de notre époque contemporaine.


    Seulement sept ans avant l'appel de Zhongnanhai, M. Li Hongzhi, nominé pour un Prix Nobel de la paix, a transmis la pratique spirituelle du Falun Gong au public. Falun Gong, une combinaison d'exercices, de méditation et de principes moraux, est rapidement devenu populaire dans toute la Chine. C'est cette popularité que le régime communiste chinois, connu pour avoir une une tolérance zéro vis à vis de toute voix alternative, allait percevoir comme un dilemne.

    Une protestation silencieuse

    Zhongnanhai, le complexe du gouvernement central dans la capitale Pékin, a été le site du premier appel public majeur des pratiquants de Falun Gong [Note du rédacteur : les pratiquants de Falun Gong sont allés faire appel au Bureau des Appels central, qui se trouve être près du complexe.] C'était aussi le plus grand rassemblement public spontané depuis le massacre de la place Tiananmen en 1989.


    Sur la base de preuves vidéo, au moins 10.000 manifestants de Falun Gong se sont rassemblés devant Zhongnanhai afin de remettre une pétition aux dirigeants du Parti communiste - un taux de participation sans précédent, compte tenu des efforts du régime pour museler toute expression publique.


    Les images capturées par les cameramen d’ABC montrent un rassemblement ordonné, les manifestants se tenant debout par rangées de plusieurs personnes, s'étendant sur deux kilomètres le long des trottoirs bordés d'arbres à côté de la Cité Interdite. Certains pratiquaient les exercices de Falun Gong, tandis que d'autres étaient assis ou lisaient. Cette manifestation silencieuse unique entendait d'une part regagner la reconnaissance officielle du Falun Gong par le régime communiste, et également pétitionner pour la libération des pratiquants de Falun Gong arrêtés dans la ville côtière de Tianjin

    Les elements déclencheurs

    Deux semaines auparavant, le périodique Youth Science and Technology Reader publiait un article de He Zuoxiu, connu pour son opposition aux pratiques alternatives. Le journal Ming Pao basé à Hong Kong a rapporté que He Zuoxiu - beau-frère de Luo Gan, le ministre de la Sécurité publique, qui allait être ultérieurement le fer de lance de la campagne anti-Falun Gong – diffamait la pratique en présentant une vision "déformée" de ses principes.


    En réponse, un certain nombre de pratiquants de Falun Gong étaient allés au Bureau de Youth Science and Technology Reader demander aux éditeurs de retirer l'article erroné.


    Le magazine a refusé et a appelé la police - en conséquence, 45 pratiquants ont été battus et détenus En réponse, les pratiquants locaux ont lancé un appel au gouvernement municipal de Tianjin qui les a redirigés vers le Bureau central d'appels à Pékin..


    En 1999, le régime chinois estimait le nombre de pratiquants de Falun Gong à Pékin à entre 400 à 500.000 : le nombre dans l'ensemble du pays était estimé à entre 70 à 100 millions.


    Des rapports du Washington Post ont déclaré que la majorité des manifestants à Zhongnanhai était de Pékin. Cependant, certains avaient voyagé d'aussi loin que la province du Zhejiang, à plus de 1.000 kilomètres (621 miles) au sud de Pékin. Les principaux systèmes de transport menant à la capitale avaient reçu l’ordre de fermer.


    Quand les manifestants sont arrivés à Zhongnanhai tôt dans la matinée, quelque 1.000 agents de la sécurité publique et des policiers en civil avaient déjà été déployés.


    Bien que les craintes d'émeutes se soient avérées infondées, la police a refusé de laisser les pratiquants s’approcher du principal Bureau des Appels. En fait, ce sont les autorités qui les ont dirigés à un endroit opposé à Zhongnanhai qui semblait entourer le complexe. Cette tactique était un geste calculé utilisé afin d’accuser à tort les pratiquants de Falun Gong d’avoir "encerclé"le bâtiment .


    Après des heures de négociations entre les manifestants et les fonctionnaires de Pékin, cinq représentants du groupe ont été invités à parler avec le Premier ministre Zhu Rongji. M. Zhu a rapidement donné l'ordre de libérer les pratiquants arrêtés à Tianjin et la foule s’est dispersée tranquillement entre 10h30 et 11 h30.

    La persécution commence

    En dépit de cette résolution, il y a eu des remous au sein du Bureau politique. Afin de consolider son pouvoir personnel, Jiang Zemin, alors chef du Parti communiste chinois, a illégalement proscrit la pratique trois mois plus tard, le 20 juillet 1999 ;


    Ceci a marqué le début d’une campagne à l’échelle nationale pour calomnier et éliminer le Falun Gong. Les livres, vidéos et cassettes de Falun Gong ont été confisqués et détruits à grande échelle. Les sessions d’exercices dans les parcs publics étaient régulièrement harcelées, des témoins se souvenant de pratiquants soulevés par la police alors qu’ils étaient encore les jambes croisés en méditation et jetés à terre.


    Des milliers de personnes ont été parquées dans des stades avant d’être transférées dans des camps de travail. Il n’y a eu aucuns jugements officiels; les morts de pratiquants de Falun Gong en détention étaient comptées comme "suicides."


    Près de 3000 décès de pratiquants de Falun Gong sous les coups et la torture ont été vérifiés depuis 1999; cependant, des experts des droits humains en ont estimé le chiffre à 10 000. On pense que pas moins d’un million sont encore illégalement détenus dans les camps de travail à travers toute la Chine.


    Une répression aussi draconienne a amené les observateurs à questionner les motifs derrière la persécution du Falun Gong. Ce pourrait être pour des raisons historiques. Il reste encore au régime en Chine à admettre que le massacre de la place à Tiananmen a eu lieu. En réalité, toute référence à l’assassinat mondialement dénoncé des étudiants pro-démocratie a été effacée des manuels scolaires de la Chine et l’accès en est bloqué sur l’Internet.


    La célèbre séquence d’une silhouette solitaire essayant d’arrêter les tanks à Tiananmen sert de rappel des sacrifices que le peuple de Chine a du faire toutes ces années pour faire entendre sa voix. Bien que l’identité du courageux étudiant n’ait jamais été confirmée, son message est intemporel. Peut-être que l’héritage de Zhongnaihai figurera un jour dans les livres d’histoires comme un évènement donnant en exemple le courage et la dignité du peuple chinois.

    Tiré de: http://www.theepochtimes.com/news/6-4-25/40825.html

  • Le cas du Falun Gong

     

    falun,gong,dafa,secte,antisecte,chine,propagande

    Le cas du Falun Gong est un exemple contemporain de ce que peut faire un appareil d'État décidé à éradiquer certaines formes de la quête spirituelle. La Chine, avec laquelle certains activistes anti-sectes Français entretiennent de bonnes relations et collaborent sur la question des sectes, n'est pas un pays démocratique. Avec la répression au Tibet, elle a déjà fait connaître ses méthodes au monde. Elle affiche donc sans grand détour ses ambitions alors que les "antisectes" en France, par calcul, tentent encore de présenter leur croisade comme une oeuvre démocratique. Mais l'inspiration des deux combats est similaire.

    Les extraits de l'historique de la répression du Falun Gong, ci-dessous, révèlent les grandes similitudes entre leurs arguments.

    Une immolation de cinq personnes présentées comme membres du Falun Gong en Janvier 2001 a été diffusée en boucle par toutes les télévisions du monde, il y a quelques temps. Ce nouveau faux "suicide collectif" est clairement présenté par le Falun Gong comme une mise en scène du gouvernement chinois pour discréditer leur mouvement.

    Tout le long de ces deux années de persécutions extrêmement cruelles, ses élèves ont maintenu la même attitude bienveillante et pacifique, et pourtant résolue et courageuse, face à l’oppression. Sans selaisser intimider par les menaces, ils ont cherché à expliquer, à leur gouvernement et au reste du monde, leur innocence. Pour cette seule raison, des dizaines de milliers de personnes ont été envoyées en camp de travail et torturées

    Pour une répression d’une telle ampleur, il fallait trouver des motifs, pour la justifier aussi bien aux yeux du peuple chinois que de l’opinion internationale. Oubliant le soutien autrefois accordé et les résultats positifs des enquêtes nationales sur le Falun gong en 1997 et 1998, les instigateurs de la répression ont articulé leur campagne sur deux mots : Xie Jiao, religion perverse, secte.

    Pendant près de 6 mois, la propagande chinoise contre le Falun Gong a occupé près de 4 heures de programme par jour , dans un rabâchage proche du lavage de cerveau national : le Falungong a ainsi été accusé d’être responsable de la mort de 1400 personnes qui auraient refusé des soins médicaux, d’accumuler de l’argent, de conduire à des maladies mentales et à des comportements suicidaires… En Europe aussi, tous les médias, tous les ministères et tous les députés ont reçu des documents de propagande haineuse.

    Les médias occidentaux, s'ils ont tous clairement su que la propagande chinoise fabriquait des accusations, n’ont cependant pas suffisamment remis en cause ces affirmations, acceptant même parfois l’idée de certaines comme raisonnable. Ken Roth, directeur de l’association Human Rights Watch a commenté cette tendance en ces termes :

    « Le gouvernement chinois s’est déterminé à utiliser le terme secte. Pour classifier le Falungong au rang des pires organisations qu’on puisse imaginer ? Mais la classification ne marche pas vraiment. Parce que si vous regardez de près ce qu’est le Falun Gong, ce ne sont que des gens ordinaires. Ce n’est pas une secte … ce sont des gens qui veulent aller dehors pratiquer leurs exercices en groupe […], c’est un groupe de personnes ordinaires qui méritent de pouvoir se rassembler comme ils l’ont choisi – mais ceci en lui-même est si menaçant pour le gouvernement chinois qu’il recourt à cette insulte.
    Je pense qu’une partie du problème c’est que la presse […] ne sait pas vraiment comment appeler le Falungong. Ce n’est pas une religion. Ce n’est pas vraiment seulement un exercice de groupe. On ne peut pas facilement le classer dans une catégorie. Et donc peut-être par paresse, de nombreux journalistes occidentaux ont simplement commencé à utiliser la terminologie utilisée par le gouvernement chinois. Qui est celle de secte. C’est un autre exemple – si vous répétez un mensonge suffisamment souvent, on finit pas le prendre pour la vérité. Et c’est ce qui est en train d’arriver. »

    Lire l'ensemble de l'article sur: http://www.sectes-infos.net/Falun_Gong.htm

  • Amnesty International: risque de torture pour les pratiquants de Falun Gong

    Amnesty International, Falun Gong, secte, Falun Dafa, torture, Amnesty, InternationalWang Xiaodong et sa sœur Wang Junling, pratiquants du Falun Gong, ont été placés en détention et risquent de subir des actes de torture et d'autres mauvais traitements. Ce sont des prisonniers d'opinion, incarcérés uniquement pour avoir exercé pacifiquement leurs droits à la liberté d'expression et d'association.

    Wang Junling, aussi connue sous le nom de Wang Xiaomei, a été arrêtée le 26 mai à Cangzhou, dans la province du Hebei, dans le nord-est de la Chine, en raison des efforts qu'elle a déployés pour faire libérer son frère, Wang Xiaodong, incarcéré depuis le 25 février parce qu'il appartient au mouvement spirituel du Falun Gong.

    Après le placement en détention de Wang Xiaodong, Wang Junling a activement cherché à faire libérer son frère, notamment en faisant signer une pétition aux membres de 300 familles de leur village natal, Zhouguantun, dans la province du Hebei, ce qui représente la quasi-totalité des familles du village. Ces villageois ont ensuite subi des pressions pour retirer leur soutien. Wang Junling a également publié une lettre ouverte sur Internet, ce qui lui a valu de recevoir des menaces. Elle s'est alors réfugiée dans la clandestinité. Fait inhabituel, cette pétition a été estampillée comme authentique par les membres du comité du village de Zhouguantun. La pétition comme la lettre auraient circulé en haut lieu au sein du gouvernement. Wang Junling a été arrêtée devant un bâtiment, à Cangzhou, où il semble qu'elle se cachait. Deux autres personnes, Kang Lanying et Tan Jianying, qui l'ont peut-être hébergée, ont été interpellées au même moment.

    Wang Xiaodong, enseignant, se trouve au centre de détention de la ville de Botou depuis qu'il a été arrêté le 25 février par 40 policiers qui sont entrés chez lui sans mandat et ont saisi, entre autres, de l'argent liquide. Il a été inculpé d'être en possession d'un CD contenant des informations sur la pratique spirituelle du Falun Gong. Au bout de plusieurs tentatives, il semble que sa famille soit enfin parvenue à engager un avocat.

    Lire la suite sur: http://www.amnesty.org/fr/library/asset/ASA17/013/2012/en/4c52af7f-fa83-4c4d-b9e3-24586aaf0518/asa170132012fr.html

  • La persécution du Falun Gong complique les luttes de pouvoir à Pékin

    Falun Gong, Chine, persecution, Bo Xilai , Wang lijun, lutte de pouvoir, crimes, humanitéLes dirigeants, coupables de crimes contre l’humanité, craignent de se voir accusés.

    Le scandale de l’affaire Wang Lijun-Bo Xilai a fait fondre le secret qui entoure généralement les dirigeants chinois. Ce qui rend la bataille politique actuelle à Zhongnanhai aussi intense, complexe et difficile à résoudre pendant cette année extrêmement sensible de changement du pouvoir, c’est l’implication de certains dirigeants du plus haut niveau dans la persécution du Falun Gong.

    Durant les semaines qui ont suivi le début de l’affaire, les rumeurs sur les combats politiques de l’élite chinoise ont atteint leur paroxysme avec la mise à pied et l’arrestation de Bo Xilai, suivies par des rumeurs de coup d’État, suivies d’autres rumeurs selon lesquelles Zhou Yongkang, ministre de la Sécurité de l’État, avait été arrêté. On peut s’attendre à voir tomber encore d’autres têtes.

    Wang Lijun, ancien député maire et chef de la police de Chongqing, s’est réfugié à l’ambassade des États-Unis à Chengdu pour demander l’asile politique le 6 février 2012 – un fait sans précédent dans l’histoire récente de la Chine et une humiliation pour les dirigeants chinois craignant toujours de perdre la face. Vingt-quatre heures plus tard, Wang a été escorté à Pékin par de hauts responsables du ministère de la Sécurité d’État et on n’a plus entendu parler de lui depuis.

    Les dirigeants du parti communiste chinois (PCC) appartenant à différentes factions se sont employés à maintenir leur position de pouvoir. Mis à part le fait que la lutte pour le pouvoir au sein du PCC s’est intensifiée pour atteindre de nouveaux sommets, les raisons exactes et les motivations des actes des dirigeants en place échappent encore au monde extérieur.

    La divulgation, durant la visite de Xi Jinping aux États-Unis, par le gouvernement américain des informations données par Wang Lijun a déstabilisé Pékin. Xi Jinping a été désigné pour devenir le chef du PCC au 18e Congrès en octobre. D’après le reportage du journaliste Bill Gertz dans le Washington Free Beacon, un membre officiel du gouvernement américain a indiqué que Bo Xilai et Zhou Yongkang ont planifié de saboter systématiquement l’ascension vers le pouvoir de Xi (langage poli pour dire qu’ils vont témoigner contre lui et prendre le pouvoir pour eux).

    Cela a ravivé d’autant la lutte interne pour le pouvoir déjà compliquée et tendue. Les dirigeants du PCC savent qu’il n’est pas facile de faire tenir tranquille le gouvernement des États-Unis. C’est devenu un sujet d’inquiétude sérieux pour les élites du pouvoir de savoir quels autres secrets honteux contenus dans les documents livrés par Wang vont être révélés.

    Naturellement, les 25 membres qui supervisent les affaires du parti communiste ont tous pour but de maintenir le pouvoir du PCC. Ils savent aussi que s’ils ne contrôlent pas correctement l’affaire Wang Lijun, cela aura de sérieuses conséquences. Non seulement le régime peut tomber mais cela peut leur coûter aussi leur tête.

    Ce qu’on sait à propos de Wang, c’est qu’il a commis des crimes en tant que chef de la police de Chongqing, y compris l’arrestation illégale et la torture d’hommes d’affaires sous l’égide de la campagne contre le crime intitulée «frapper sur le marché noir». Wang était aussi profondément impliqué dans la persécution du groupe spirituel du Falun Gong, y compris la collecte d’organes prélevés sur des milliers de pratiquants du Falun Gong.

    Derrière de nombreux crimes de Wang, se tient Bo Xilai arrêté dernièrement, qui a orchestré la campagne «chanter des chants rouges et frapper le marché noir». Bo a été relevé de son poste de secrétaire général du parti communiste de Chongqing le 15 mars et se trouverait actuellement en résidence surveillée.

    On peut dire que la majorité des cadres supérieurs du PCC ne soutiennent pas la campagne de Bo et pourraient trouver un accord concernant Wang et Bo.

    Lire la suite de l'article: http://www.epochtimes.fr/front/12/4/1/n3506224.htm

  • John Lewis, membre du Congrès des Etats-Unis : La persécution du Falun Gong devrait être condamnée dans le monde entier

    John Lewis, Falun Dafa, Falun Gong, 20 juillet 1999, Congrès américain, Chine, injusticeLe 20 juillet 2012, marque la 13ème année de la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine. A la veille du 20 juillet, de nombreux membres du Congrès des Etats-Unis ont écrit des lettres de soutien aux pratiquants de Falun Gong, en solidarité avec le Falun Gong, appelant à une force mondiale pour mettre fin ensemble à cette persécution et cette injustice. Ci-dessous la lettre de John Lewis de Georgie.

    Chambre des Représentants
    Washington DC 20515
    12 juillet 2012


    Salutations,

    J'apprécie votre prévenance en m'envoyant cette gentille invitation à prendre la parole au Rassemblement de l'Association Falun Dafa le 12 juillet 2012; Cependant, du fait d'engagements déjà pris, je ne pourrais pas être présent.


    L'abus par la Chine de personnes qui exercent leurs libertés de religion et de discours est une atrocité morale qui devrait être condamnée dans le monde entier. La liberté de conviction est un droit élémentaire pour les êtres humains et devrait être protégée. Je soutiens fermement et défend les droits de l'homme des pratiquants de Falun Gong.Tenons nous ensemble et mettons fin à cette persécution et cette injustice.


    Veuillez accepter de nouveau mon regret sincère de ne pas pouvoir être avec vous. Vous avez mes meilleurs souhaits pour un évènement réussi.

    Sincèrement,
    John Lewis
    Membre du Congrès

     

    john lewis,falun dafa,falun gong,20 juillet 1999,congrès américain,chine,injustice

     Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201207/61778.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu