Avertir le modérateur

P- Histoire de la Chine - Page 3

  • Histoire de la Chine ancienne: un homme noble a les mêmes caractéristiques que le jade

    Jade Noblesse.jpgLes Chinois et le monde occidental ont du jade une vision différente. Dans la minéralogie et la pétrologie occidentales, les pierres et les minéraux sont étudiés sur la base de la physique et de la chimie. Les scientifiques font des recherches sur leur composition et sur comment ils se sont formés. Ils sont classifiés et évalués en fonction de leurs recherches. Cependant, les anciens Chinois étudiaient les pierres et les minéraux en connexion avec le monde spirituel.

    Il y a un ancien dicton Chinois disant : “Un homme noble ne laisse jamais son jade sans raison”. Confucius nous a dit : "Un homme noble a les mêmes caractéristiques que le jade”. Le but de porter du jade est de constamment se rappeler à soi-même de garder ses valeurs morales et ses caractéristiques à l'image du jade. Le Confucianisme croit qu’un homme noble devrait montrer du respect et un comportement de soumission mais être tenace dans son cœur. Un homme noble devrait montrer une grande tolérance envers les autres mais être strict avec lui-même ; un homme noble ne devrait pas montrer en quoi il excelle mais plutôt le garder pour lui-même. Les caractéristiques du jade sont très similaires à celles d’un homme noble. Donc, les Chinois utilisent et portent le jade pour ses raisons morales et spirituelles.

    Les chinois classifient le jade selon sa douceur, sa densité et sa résistance, et non selon ses composants. La couleur aussi est critique. Seul le jade avec des couleurs monochromatiques bénéficie d'un classement élevé. Un homme noble avec un esprit droit représente l'essence des valeurs morales chinoises et ce que tout chinois cherche à devenir. Ceux qui ont différentes couleurs seront ignorés. Seul le jade avec une couleur blanche pure, comme la graisse animale, est considéré comme étant très spécial, et le fin du fin. Le jade des environs de Hetian dans la Région autonome uighur du Xinjiang est doux, dense, résistant, et de couleur blanche. De la sorte que les Empereurs chinois appréciaient tout spécialement. " Un homme noble compare sa moralité aux traits de son jade." Je pense que ce dicton ne montre pas seulement que le jade a une haute finalité spirituelle, mais il dit aussi que l'homme noble et le jade sont similaires.

    Dans les temps anciens, le jade n’était pas collectionné pour les raisons esthétiques comme à notre époque moderne. Les anciens Chinois croyaient en l’existence des Divinités. Les Divinités protégeaient les gens, et les gens, en retour, se comportaient eux-mêmes selon les standards moraux établis par les Divinités afin d'avoir une vie meilleure. Pour remercier les Divinités de leur offrir une vie meilleure, les gens ont commencé à tenir des services commémoratifs. A partir de ce moment, les gens ont utilisé le jade pour montrer leur respect aux Divinités, au Ciel et à la Terre.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/200702/31238.html

     

    clearharmony_fr_a.jpg
  • Culture et esprit durant la Dynastie Tang (2)

    Suite de cet article

    Li Sixun Dynastie Tang.jpgL'âge d'or de la Dynastie Tang a donné naissance à d'innombrables poètes de renom : le 'Dieu de la Poésie' Li Bai, le 'Saint de la Poésie' Du Fu, Meng Haoran et Wang Wei, ces deux derniers ayant été reconnus pour leurs poèmes décrivant des scènes de nature, Gao Shi et Cen Shen dont les poèmes traitaient principalement de la vie dans les régions frontalières, le ''Poète de Confucius'' Wang Changling, et ainsi de suite. Dans les dernières années, Bai Juyi représentait typiquement de nombreux poètes de la seconde partie de la Dynastie tang. Leurs poèmes sont profonds, imposants, et de longue portée. Ils transcendent le matériel et incarnent l'esprit de la Dynastie Tang. ''(Mon coeur est si) inspiré par de hautes aspirations, comme si nous allions nous élever dans le ciel bleu pour cueillir la lune''. Ce poème, écrit par Li Bai, est juste un exemple de leur habileté avec les mots.


    En plus de la poésie, les essais, les romans, et les contes merveilleux de style Tang visaient un très haut niveau artistique. Les disciples de la Dynastie Tang écrivaient sur la vie des gens et dévoilaient la côté sombre de la société, faisaient preuve de compréhensions profondes, de courage, du sens de la responsabilité, de grande clairvoyance, et d'une vision large. Nous pouvons voir entre les lignes leur ambition élevée de ''sauver une multitude de gens, et maintenir la paix et la prospérité de la société''.


    II. Calligraphie et peinture
    Taizong portait une grande attention à la calligraphie. Il a édifié le Palais Hongwen et a engagé des calligraphes de renom pour instruire les étudiants. Il a publié un édit selon lequel tous les fonctionnaires dont le rang dépassait le cinquième niveau devaient se rendre au Palais Hongwen étudier la calligraphie. Taizong appréciait la calligraphie de Wang Xizhi, l'un des plus grands calligraphes, également ''parfait en terme de vertu et d'art'', et défendait le style calligraphique de Wang. La calligraphie était donc placée sur une voie orthodoxe. Sous l'influence de Taizong, les derniers empereurs tels que Gaozong et Zhongzong appréciaient et défendaient également la belle calligraphie. En résultat, la calligraphie a atteint un sommet au cours de la Dynastie Tang. L Dynastie Tang a également donné naissance au plus grand nombre de calligraphes parmi toutes les dynasties. Par exemple, Ouyang Xun, Yu Shinan, Yan Zhenqing et Liu Gongquan pour n'en citer que quelques-uns. Leurs oeuvres font toujours office d'exemples à suivre auprès des amateurs de calligraphie.


    Le milieu de la peinture était très actif sous la Dynastie Tang, et la portée des sujets était plus large que jamais.


    ''Un portrait véritable de Taizong'' et ''Les vingt-quatre Fonctionnaires de Grand Mérite'', du peintre Yan Liben semblaient aussi vrais que nature et représentait avec vie des images et des expressions de Taizong et de ses fonctionnaires, dont les grands faits ont servi de fondation à la prospérité des Tang. Yan a donc été nommé ''Peintre divin''.

    Un autre peintre, Wu Daozi a réalisé plus de 400 peintures murales bouddhistes et taoïstes dans des temples de Chang'an et Luoyang. Chaque personnage bouddhiste ou taoïste était différent des autres. De plus ses peintures représentaient pleinement la puissante dignité des Bouddhas et des divinités, ainsi que la splendeur des pradis. Il était capable de terminer une peinture en un coup de pinceau, et ses tableaux soulevaient l'admiration de toute la ville de Chang'an.

    Les générations suivantes le respectaient comme le ''Saint de la Peinture'' et decrivaient son oeuvre comme suit : " Maniant la brosse tel un tourbillon de vent, comme si un Dieu l'assistait ". Les peintres et les sculpteurs le vénéraient comme ''Maître Fondateur''. Il a eu et a toujours beaucoup d'influence.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200908/46871.html

     

  • Culture et esprit durant la Dynastie Tang (1)

    pagodas .jpg

    La Dynastie Tang est considérée comme l'âge d'or de l'histoire chinoise, une époque où la Chine était la nation la plus grande et la plus forte du monde. L'apogée de la Dynastie Tang se situe à l'époque entre le 'Règne de Zhen Guan' (c'est-à-dire le règne de l'Empereur Taizong de Tang) et le 'Règne de Kai Yuan' (c'est-à-dire le règne de l'Empereur Xuanzong de Tang). Durant cette période, la Chine a bénéficié d'un système politique moral et s'est épanouie dans tous les domaines, dont l'économie, la société, ainsi que la littérature et les arts.

    Pourquoi en a-t-il été ainsi? Est-ce parce que l'Empereur Taizong de Tang et ses successeurs ont montré un cœur attentif et aimant envers leur peuple. Ils ont nommé des personnes vertueuses et capables aux postes importants, et arrivaient à accepter les suggestions, voire même les critiques de leurs subordonnés. Bien qu'occupant la position suprême d'empereur, Taizong était humble, respectueux et tolérant. Il a même nommé ceux qui s'étaient opposés à des postes importants. Taizong a toujours été diligent et visait toujours des objectifs élevés. Ainsi, il n'a pas seulement été le fondateur de la Dynastie Tang, mais a aussi joué le rôle de modèle pour les futurs empereurs.

    Le caractère unique des Tang peut se résumer par 'posséder un esprit large et ouvert, allier le meilleur de tout'. C'est précisément cet esprit qui a forgé cette période splendide et culturellement diversifiée dans l'histoire de la Chine.


    I. La littérature et les arts
    L' 'Intégralité des Poèmes Tang', compilés sous le règne de l'Empereur Kang Xi de la Dynastie Qing, est une collection de plus de 48.000 poèmes écrits par plus de 2.200 poètes. Le nombre de poètes accomplis et la diversité de leur poésie a été une étoile brillante dans l'histoire de la littérature chinoise. Non seulement le nombre de poèmes écrits durant la Dynastie Tang était important mais leur valeur artistique était aussi très élevée.

    Les premières pages de l'"Intégralité des Poèmes Tang' se composent des dix poèmes de la ''Capitale Impériale'' de Taizong. " Mon coeur s'est élevé avec le soleil dans le ciel clair. Mon aspiration aussi pure que le chrysanthème d'automne » (In ''Revoir le champ de bataille où j'ai défait Xue Ju'' ) Xue Ju était un seigneur de guerre de la fin de la Dynastie Sui. Ces poèmes avaient un esprit imposant, permettant au lecteur de s'imprégner du niveau élevé et des hautes ambitions de l'auteur.

    Les poèmes suivants des fonctionnaires de la cour royale de Tanzong exprimaient également une vision ouverte et large. Par exemple, le fonctionnaire de haut rang Yang Shidao écrivait dans son poème ''Dans l'attente de rencontrer Sa Majesté au début de l'automne'' : "Dans l'air pur d'un ciel dégagé, j'ai senti mon esprit élargi en récitant un poème". Le caractère droit, pur et simple des poèmes du Règne de Zhen Guan a eu un impact certain sur les générations futures.

    Lire la suite sur: http://fr.clearharmony.net/articles/200908/46871.html

     

    clearharmony_fr_a.jpg
  • Reportage sur le socialisme chinois: l'histoire du parti communiste en Chine


  • Retour sur le massacre de la Place Tiananmen

    L'histoire de la Chine le 4 juin 1989, quand le régime chinois envoie des chars sur la place Tienanmen, entraînant la mort et l'emprisonnement de milliers d'étudiants chinois venus demander la démocratie et la fin de la corruption en Chine

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=-xnF_3BWsKo

    Un reportage de NTD: http://www.ntdtv.com/

    NTD French.jpg
  • Les valeurs de la démocratie en Chine au 7ième siècle?

    Dynastie Tang empereur Li Shimin.jpgUn empereur vertueux durant la période Zhenguan

    Durant la période Zhenguan en Chine, l’empereur Li Shimin, avait une bonne qualité d'écoute et il sélectionnait uniquement des ministres vertueux. Il a mis l’accent sur l’agriculture, des impôts faibles et des dépenses de l’état peu importantes. Il a aussi mis en place un système efficace de sélection des fonctionnaires gouvernementaux conduisant à une société stable.

    La structure du gouvernement à l’époque n’était pas une dictature. Elle comportait trois pouvoirs principaux: a) le pouvoir législatif, dirigé par le premier ministre avec un comité qui l’aidait à élaborer chaque texte de loi pour l’empereur, b) le pouvoir judiciaire, responsable d’étudier chaque proposition de loi et d’apporter des recommandations à l’empereur et c) le pouvoir exécutif, responsable de la mise en oeuvre des lois signées par l’empereur. L'empereur LI avait indiqué qu'aucun élément de législation ne pouvait devenir une loi à moins que la branche judiciaire n'ait recommandé son adoption. De plus, un ordre direct de l'empereur lui-même avait aussi besoin de l'approbation de la branche judiciaire. Par conséquent, il y avait toujours un système de contrôle et d'équilibres. À cette époque, un ministre connu pour sa vertu, Wei Zheng, dirigeait la branche judiciaire.

    L’empereur Li s'attachait à gouverner selon la loi. Il disait: "Les lois n’ont pas été instaurées par ma famille. Elles doivent être appliquées par tous, moi y compris." Il insistait sur le fait de traiter tout le monde à égalité selon la loi. Il a aussi dit: "Un homme mort n’a pas de deuxième chance, donc une attention particulière doit être portée aux cas de condamnation à mort." Li était un empereur considéré et un fervent défenseur de la loi et de l’ordre. Par conséquent, il y eut peu de délinquants pendant son règne.

    Pendant la période Zhenguan, la Chine avait d’excellents dirigeants. Les gens menaient des vie bonnes et stables. La justice au lieu de l’injustice était le lot commun. En conséquence, le taux de criminalité était très faible.

    Lire la suite: http://fr.clearharmony.net/articles/200911/48540.html

     

    clearharmony_fr_a.jpg
  • À propos de l'histoire chinoise

    Chine_grandemuraille.jpg

    La Chine en tant que nation a l'histoire enregistrée la plus longue dans le monde. Liu Zhiji, un historien officiel de la dynastie Tang, a dit : « Le but de l'histoire est d'enregistrer les réalisations, de souligner les erreurs, de promouvoir le bon et de réprimer le mauvais. Ainsi les réalisations et erreurs d'une dynastie peuvent devenir la gloire et la honte qui vont être transmis pendant des milliers d'années. » (Shi Tong – Étude sur l'histoire) En lisant ces lignes, il est donc impératif que les historiens enregistrent l'histoire avec honnêteté.

    Il y avait des historiens officiels même au temps de l'Empereur Jaune (Huangdi). Ju Song et Cang Jie étaient deux historiens officiels de l'Empereur Jaune. Ils ont été responsables de la création des caractères chinois. Il est dit qu'à travers l'observation de la forme des objets naturels et en imitant leurs sons et leurs formes, Cang Jie a créé les pictogrammes et les caractères picto-phonétiques. En comprenant les significations que certains objets naturels pouvaient transmettre, il a créé les idéogrammes.

    « L'histoire, cela signifie enregistrer les choses d'une façon impartiale et honnête. » (Shuo Wen Jie Zi – Expliquer les caractères simples et analyser les caractères composés) Ces mots décrivent clairement les exigences envers les historiens datant de l'ancienne Chine. De plus, il y avait une règle concernant l'enregistrement de l'histoire, qu'un empereur n'est pas autorisé à lire les rapports historiques officiels de la dynastie présente.

    Après la mort de Wei Zheng, un fonctionnaire de la dynastie Tang connu pour critiquer l'empereur, l'Empereur Li Shimin a dit : « Les gens utilisent du bronze pour fabriquer des miroirs qui puissent aider les gens à arranger leurs vêtements. Avec l'histoire comme miroir, on peut voir la montée et le déclin, la prospérité et la disparition des dynasties. Avec les individus comme miroirs, on peut évaluer ce qu'untel a fait correctement et non correctement. Puisque Wei Zheng s'en est allé, j'ai perdu un miroir parfait. » À travers ces paroles, nous savons que Li Shimin a utilisé l'histoire et les paroles des autres gens pour évaluer quelles erreurs il avait faites. Dans la deuxième année de la période Zhen Guan (qui représente la période où Li Shimin a gouverné la Chine pendant la dynastie Tang), Li Shimin a nommé deux chroniqueurs impériaux (Qi Ju Lang) pour noter les paroles et les actes de l'empereur. Dans la dixième année de la période Zhen Guan, Chu Suiliang a été nommé chroniqueur, responsable pour noter les paroles et comportements de l'empereur.

    Le livre de Shi Guan Za Lu (un livre d'histoire) raconte une histoire sur Li Shimin et Chu Suiliang (dont le père était Chu Liang, un des dix-huit érudits du centre littéraire de l'Empereur Li Shimin). Un jour, l'empereur voulait lire le journal des activités et repos (Qi Ju Zhu) le concernant, afin d'apprendre quelles erreurs il avait faites et ensuite les corriger. Il a dit : « L'empereur peut-il lire les choses que vous avez enregistrées ?

    Chu Suiliang répondit : « Qi Ju Lang est le même que l'historien officiel de l'empereur dans le passé. Ils ont tout noté, bon ou mauvais. Je n'ai jamais entendu parler d'un empereur qui veuille lire ces choses. »

    L'empereur a alors demandé : « Si j'ai fait quelque chose de faux, l'avez-vous assurément écrit ? » Chu répondit : « C'est ma responsabilité. J'écris chacune de vos paroles et chacun de vos actes. »

    Liu Ji, qui était Men Shi Lang (un fonctionnaire responsable de prendre soin de l'empereur et de transmettre les ordres et instructions de l'empereur) a dit : « Même si vous aviez ordonnée à Chu Suiliang de ne pas le noter, les gens de la nation l'auraient enregistré. »

    L'empereur demanda à Fang Xueling (un autre fonctionnaire connu et érudit) : « Pourquoi un empereur ne peut-il pas lire l'histoire de sa dynastie ? »

    Fang répondit : « Les enregistrements historiques comprennent tout ce qui est bon ou mauvais. Si les historiens avaient le souci que ce qu'ils ont noté puisse offenser l'empereur, ils pourraient alors vouloir modifier l'enregistrement historique. Alors il y a cette règle de ne pas autoriser l'empereur à lire les enregistrements historiques de la dynastie présente. »

    Li Shimin répliqua : « Mais mon désir de lire les enregistrements est différent des autres empereurs du passé. Si l'enregistrement parle de mes réalisations, je ne veux pas en faire mention. Mes erreurs doivent, bien sûr, être enregistrées, mais j'espère simplement que vous pouvez me dire les erreurs, afin que je puisse faire attention à mes paroles et à mes actes et ne pas répéter ces erreurs. »

    L'histoire chinoise est très complète, en partie à cause des nombreux historiens qui ont osé enregistrer impartialement l'histoire, même s'ils étaient pénalisés et même s'ils ont perdu la vie pour avoir fait ainsi. À cause de cette règle, que les empereurs ne pouvaient pas lire l'histoire de leur dynastie respective, les historiens ont pu enregistrer honnêtement l'histoire. C'est à cause de cette règle que nous pouvons aujourd'hui voir les véritables enregistrements de l'histoire, connaître les vertus des anciens et voir les changements, la montée et la chute des nombreuses dynasties.

    Tiré de: http://www.vraiesagesse.net/news/1001/25/E113912_20100115_FR.html

  • Histoires de l'histoire chinoise: Lao Tseu, Confucius, Sakyamuni

    Durant les plus de deux mille cinq cent ans qui ont passé depuis l’ère du Printemps et de l’Automne, excepté l’Ecole de Bouddha, rien n’a plus profondément influencé la culture chinoise que le Confucianisme, et l’Ecole du Tao. Ainsi, les fondateurs des trois écoles, Sakyamuni, Confucius, et Lao Tseu, ont été longtemps respectés et vénérés par des générations successives.

    Il est intéressant de constater que les dates de naissance de ces trois personnes s'échelonnent dans un créneau de moins de vingt ans. D’une perspective historique, ils appartiennent à la même ère. Lao Tseu est né le 15 février en 571 avant J.C, à Qu Ren Li, comté Ku, pays de Chu ( actuellement comté Luyi, province de Henan). Cinq ans plus tard, le 8 avril 566 avant J.C, Sakyamuni est né au Népal actuel. 15 ans plus tard, Confucius est né à Qufu, province de Shandong, le 27 août en 551 avant J.C.

    Trois saints sont venus au monde au cours de la même ère. Est-ce une coïncidence historique ou un arrangement des divinités ?

    Lao Tseu

    Le nom de famille de Lao Tseu était Li, son prénom Er, et son nom courant était Bo Yang. ‘’Lao Tseu ‘’ est comment les gens s’adressaient respectueusement à lui. ‘’Lao’’ signifie grand age et grande vertu et ‘’Zi’’ était, dans les temps anciens, un titre élogieux pour un homme. Selon la légende, son expression et ses dons naturels étaient extraordinaires. Il était familier des anecdotes historiques et compétent dans l’observation du cérémonial. Il était ‘’Shou Cang Shi Shi’’ (conservateur en chef de la Bibliothèque Nationale de Muséum d’Histoire) et Zhu Xia Shi ( historien impérial). Lao Tseu vécut à Luo Yang, capitale de Zhou, pendant un long moment et fut témoin du déclin de la dynastie Zhou. En 520 avant J.C, Lao Tseu fut impliqué dans une lutte interne pour le pouvoir entre les fonctionnaires de la cour de l’Empereur, et démis de son poste. Lao Tseu fut profondément perturbé par la malfaisance du monde humain et quitta le monde séculaire. Il voyagea dans de nombreux endroits du pays sans laisser les gens savoir qui il était.

    En septembre de 478 avant J.C, Lao Tseu âgé de 93 ans se rendit vers l’ouest dans le pays de Qin. Lorsqu’il fut sur le point de traverser la Passe Han Gu, le gardien chef, Yin Xi, avait appris par un diseur de bonne aventure qu’un immortel allait passer, et avait ainsi ordonné que 40 li de la route soient nettoyés et prêts à accueillir cette personne. Comme prévu, Lao Tseu vint. Yin Xi lui dit : ‘’Maître, vous allez vivre en réclusion et nous ne pourrons plus entendre vos enseignements. S’il vous plait, veuillez écrire un livre pour enseigner aux générations futures.’’ Lao Tseu n’avait jamais enseigné quoi que ce soit dans l’Empire du Milieu et savait que Yin Xi était prédestiné à obtenir le Tao, ainsi, il resta pendant une courte période de temps et écrivit le célèbre Tao De Jing. Après cela, Lao Tseu se rendit à l’ouest de la Passe Han Gu et traversa le ‘’sable flottant’’ ( en référence au désert de la province de Xinjiang). Personne ne sut où il se rendit finalement.

    Une fois, Confucius visita la capitale de Zhou et apprit le système des observations cérémonielles de Lao Tseu. Un jour aux alentours de 500 avant J.C, Confucius mena une vieille charrette tirée par une vache vers Luo Yang, capitale de Zhou. Le but de son voyage était d’observer les systèmes des anciens empereurs, étudier la source de la musique de cérémonie, et apprendre les règles de la moralité. Donc, il rendit visite à Lao Tseu, qui était responsable de la bibliothèque impériale et familier du système cérémonial. Après avoir effectué sa tournée, Confucius prononça une phrase transmise par la suite pendant de nombreuses générations: ‘’ Dans une abondance de théories, je suivrai l’Etat de Zhou.’’ Le système de l’observation des cérémonies de Zhou avait été établi en prenant ceux de Xia et de Shang comme références. La promotion des systèmes de Zhou par Confucius est une indication qu’il avait en effet appris de grandes choses au cours de son voyage.

    Lors de la visite, Lao Tseu demanda à Confucius quel livre il lisait. Confucius répondit qu’il lisait Zhou Yi ( Le Livre des Changements) puisque tous les saints avaient lu le livre. Lao Tseu répondit : ‘’ C’est d’accord pour les saints de le lire, mais pourquoi voulez vous le lire ? Quelle est l’essence de ce livre ?’’ Confucius répondit : ‘’Son essence est de promouvoir la bienveillance et la justice.’’ Alors Lao Tseu rétorqua : ‘’ Les soi-disant bienveillance et justice sont des choses qui trompent le cœur des gens, comme ces moustiques piquant les gens la nuit et les empêchant de dormir. Ils ne peuvent que tromper et troubler les gens. Regardez, une grande plume de cygne reste naturellement blanche comme neige sans avoir besoin de la laver tous les jours, et un corbeau est naturellement noir comme la suie et il n’est pas nécessaire de le teindre avec de l’encre. Le ciel est naturellement haut, la terre est naturellement profonde, le soleil et la lune sont naturellement brillants, les étoiles sont naturellement alignées d’une certaine façon, et les arbres et l’herbe sont naturellement différents les uns des autres. Si vous voulez cultiver le Tao, vous devez juste suivre la loi naturelle existante, et vous obtiendrez alors naturellement le Tao. Quelle est l’utilité de promouvoir ces choses telles que la bienveillance et la justice ? N’est-ce pas aussi ridicule que de chercher un mouton perdu en frappant sur un tambour ?

    Lao Tseu demanda encore à Confucius: ‘’ Pensez-vous avoir obtenu le Tao?’’ Confucius répondit : ‘’ Je l’ai cherché pendant 27 ans, mais je ne l’ai pas encore obtenu.’’ Lao Tseu dit : ‘’ Si le Tao était quelque chose qu'on puisse utiliser pour l'offrir à autrui , les gens s'efforceraient de le présenter aux empereurs. Si le Tao pouvait être donné aux autres, les gens le donneraient à leurs parents. Si le Tao pouvait être clairement exprimé, les gens le diraient à leurs frères. Si le Tao pouvait être transmis , les gens lutteraient pour le transmettre à leurs enfants. Cependant tout ceci est impossible. La raison est très simple, et elle est que si une personne n’a pas une compréhension correcte du Tao dans son cœur, le Tao ne viendra jamais dans son cœur.’’

    Confucius dit: ‘’ J’ai étudié les six classiques anciens, et tenté de comprendre les façons dont nos ancêtres ont gouverné le pays. Je comprends le chemin du succès des bons empereurs comme Zhou Gong et Zhao Gong. J’ai rendu visite à plus de 70 ducs de différents états combattants ; cependant, aucun d’entre eux n’a voulu accepter mes idées. Il semble que les gens sont réellement difficiles à persuader !’’ Lao Tseu dit : ‘’ Les six classiques que vous avez mentionnés sont tous de vieux trucs des anciennes dynasties. Quelle est l’utilité de les mentionner ? Ce que vous cultivez maintenant est quelque chose de vieux, aussi.’’

    Après avoir appris le système des cérémonies de Zhou, Confucius était déterminé à revenir dans le pays de Lu et promouvoir sincèrement le rétablissement du système de Zhou, mais Lao Tseu émit quelques réserves à ce sujet. Pour lui, bien qu’un système de cérémonie soit nécessaire, rétablir totalement le système de Zhou était impossible. La période et le monde ayant changé, certaines parties des systèmes de Zhou n’étaient plus appropriées. Donc, Lao Tseu dit à Confucius : ‘’ Comme pour ceux que vous avez mentionnés, leurs corps sont pourris, seuls leurs mots sont restés. En plus, un homme voudrait entrer au service du gouvernement quand l’environnement politique est convenable et se résoudre à vivre comme une mauvaise herbe lorsqu'il ne l'est plus. J’ai entendu dire que les personnes qui sont bons hommes d’affaires cachent leurs richesses aux autres. Un homme de haute vertu passe souvent pour une personne stupide qui n’a aucune force intérieure. Vous devriez vous débarrasser de votre fierté et de votre désir, abandonner l’attitude et l’air et abandonner ces ambitions pour lesquelles vous vous passionnez, parce que ces choses ne sont pas bonnes du tout pour vous. C’est tout ce que je voulais vous dire.’’

    Confucius ne savait que répondre, mais n’abandonna pas ses ambitions: ‘’ Un grand homme fera ce qu’il sait être difficile.’’ Après avoir achevé ses visites dans les autres endroits, Confucius dit au revoir à Lao Tseu et quitta Luo Yang, capitale de Zhou, se sentant un peu excité mais cependant quelque peu perdu. Il était enthousiaste d’avoir appris le système cérémonial mais déçu de l’avis de Lao Tseu. Derrière lui une tablette de pierre fut érigée sur laquelle on lisait : ‘’Confucius a visité Zhou pour y apprendre le système d’observance des cérémonies.’’

    Aprés etre revenu de sa visite à Lao Tseu, Confucius ne parla pas pendant trois jours. Zi Gong, un de ses étudiants, pensa que c’était étrange et demanda à son professeur ce qui s’était passé. Confucius répondit : ‘’ Je sais que les oiseaux peuvent voler, je sais que les poissons peuvent nager, et je sais que les bêtes peuvent courir. Pour ceux qui courent, je peux les attraper avec un filet, pour ceux qui nagent, je peux les attraper avec une ligne; pour ceux qui peuvent voler, je peux les attraper avec des flèches. Quant aux dragons, je ne sais pas comment ils se déplacent sur le vent et les nuages pour se rendre au ciel. J’ai rencontré Lao Tseu aujourd’hui, et il est exactement comme un dragon et trop profond pour être compréhensible !’’

    Ceci est exactement la différence entre un être éveillé qui peut sauver les etres sensibles et un philosophe dans le monde humain. Le dicton : ‘’ Il y a peu de terrain d'entente commun entre personnes de différents principes’’ se réfère à cette différence. Le Tao de Lao Tseu, mystérieux et difficile à comprendre, est l’enseignement des divinités, alors que les mots de Confucius sont juste des théories humaines et des standards moraux pour définir le comportement humain.

    A suivre...

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200710/35928.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu