Avertir le modérateur

- Page 4

  • Le génocide et les prélèvements d'organes ordonnés par Jiang Zemin, selon un officiel chinois

    Génocide, chine, droits de l’homme, pratiquants, falun gong, falun dafa, transplantations, organes, trafic, greffes, meurtre, Bai Shuzhong, jiang zemin, WOIPFG, Bai Shuzhong, ministre sante chinois,[seo:Génocide, chine, droits de l’homme, pratiquants, falun gong, falun dafa, transplantations, organe

    Bai Shuzhong, ancien ministre de la Santé de l’armée chinoise et Directeur de la Logistique générale. (COF.ORG.CN)

    Un appel téléphonique secrètement enregistré par un groupe qui enquête sur les violations des droits de l’homme en Chine, confirme que Jiang Zemin, ancien chef du Parti communiste chinois, a ordonné lui-même le génocide qui frappe toujours les pratiquants du Falun Gong.

    En l’an 2000, l’industrie chinoise des transplantations d’organes a connu un chamboulement: le nombre d’opérations de transplantations d’organes a explosé, de nouveaux centres de transplantation ont ouvert leurs portes, et une kyrielle de sites internet se sont mis à proposer des opérations en une semaine pour la transplantation d’un organe vital, ce qui était totalement inouï car, dans les pays développés, les temps d’attente pour un foie ou un cœur se comptent habituellement en années.

    Origine déroutante des organes transplantés

    Au début, c’était déroutant. En Chine, il n’existe pas de système de transplantation basée sur le don volontaire (comme dans les pays développés) et il était généralement admis que tous les organes transplantés provenaient des prisonniers exécutés – les personnes accusées de crimes et condamnées à mort. Dans le pays, les organes des exécutés étaient simplement prélevés et vendus.

    Contrairement au nombre de transplantations, le nombre des exécutions n’a pas connu d’explosion soudaine en l’an 2000. Selon les données recueillies par Duihua, un groupe de défenseurs des droits humains spécialiste de la Chine, on assistait en réalité à une baisse générale des exécutions au cours de ces années.

    Quelques années plus tard, à partir de 2006 et 2007, les chercheurs ont enfin résolu l’énigme de l’explosion subite du nombre de greffes effectuées en Chine: une nouvelle source d’approvisionnement en organes était apparue en 2000 — les organes étaient prélevés sur des pratiquants de la méthode spirituelle Falun Gong.

    Falun Gong, une méthode traditionnelle d’exercices de méditation et de principes moraux, avait connu un grand succès en Chine dans les années 1990. Toutefois, en juillet 1999, Jiang Zemin, le leader d’alors du Parti communiste chinois, a lancé une vaste campagne de répression pour éradiquer la pratique par la violence. Le Falun Gong était devenu rapidement très populaire et Jiang n’a pu supporter cette popularité. La persécution des pratiquants lui est apparue comme une opportunité, d’une part, de renforcer son pouvoir au sein du Parti et d’autre part, de maintenir, par la terreur, l’emprise du Parti sur le peuple.

    Les enquêteurs ont découvert grâce aux données hospitalières recueillies, aux déclarations des témoins, aux appels téléphoniques secrètement enregistrés, aux tests sanguins, et à une batterie d’autres preuves, qu’à partir de l’an 2000, l’industrie chinoise des transplantations a fait progressivement du Falun Gong, la première source d’organes. Les organes prélevés sur les pratiquants du Falun Gong ont alimenté la demande croissante des hôpitaux et des centres de transplantation dédiés, créant un commerce florissant d’organes humains, dont certains ont été vendus pour plus de 100.000 dollars à des malades étrangers.

    Parallèlement à la découverte des éléments de preuve, une question lancinante, a été de savoir si la rapide expansion et l’étendue de ces pratiques dans toute la Chine étaient favorisées par un «esprit d’entreprenariat» local, ou par un ordre venant de plus haut.

    Des meurtres sur commande

    En l’absence de toute preuve documentaire, il est communément admis que le processus était «biologique», selon l’expression adoptée par Ethan Gutmann, dont le livre, The Slaughter, est consacré à un examen approfondi de la question des prélèvements d’organes subis par les pratiquants du Falun Gong.

    Et voilà que maintenant, il y a cet appel téléphonique – enregistré en secret – dans lequel un haut responsable militaire chinois, reconnaît clairement que le meurtre de dizaines de milliers de pratiquants du Falun Gong pour leurs organes, – loin d’être une perversion malsaine à but lucratif de quelques subalternes – était en réalité un ordre provenant du sommet de l’État, de Jiang Zemin lui-même.

    Le fonctionnaire précise: «À l’époque, c’était M. le président Jiang. Il y avait des consignes pour démarrer cette chose, la transplantation d’organes». Il continue: «J’ai entendu donné une instruction ... de vendre les reins,  de procéder à des opérations ...»

    L’enquêteur demande à Bai s’il l’a bien entendu dire que 
«les départements généraux de logistique détenaient un certain nombre de personnes du Falun Gong pour servir de donneurs vivants?». 

    Bai de répondre: «Ça, c’est à l’époque, ah, je pense, c’est ainsi que je m’en souviens, parce qu’à l’époque après l’ordre donné par le président Jiang, nous nous sommes tous lancé activement dans la campagne anti-Falun Gong».

    Et d’ajouter: «Nous contrôlions directement les universités médicales militaires, elles sont directement affiliées au département de logistique général de l’APL (Armée Populaire de Libération), et elles recevaient régulièrement des ordres, parce que Jiang prêtait beaucoup d’attention à cette question à l’époque, et qu’il veillait vraiment sur ce sujet».

    L’enquêteur pose la question: «Qui prêtait beaucoup d’attention à cette question?» Et Bai répond: «Jiang. À l’époque, il avait le pouvoir».

    L’appel a duré plusieurs minutes. La voix est incontestablement celle de Bai Shuzhong, ancien ministre de la Santé et du Département de la Logistique générale de l’Armée de libération populaire. En tant qu’ancien responsable militaire bien connu, des vidéos de ses discours sont largement disponibles sur internet, permettant la comparaison. La voix enregistrée lors de l’appel téléphonique et celle de Bai Shuzhong sont identiques.

    Des appels révélateurs

    Comment cette équipe d’enquêteurs a réussi à joindre Bai au téléphone, à obtenir aussi rapidement de lui une telle information politique sensible, est une autre affaire.

    Wang Zhiyuan, porte-parole de l’Organisation Mondiale pour Enquêter sur la Persécution du Falun Gong (la WOIPFG basée à New York), qui recherche et compile les preuves des persécutions subies par la pratique spirituelle, tout comme le groupe à l’origine de l’appel, ne permettra pas à un journaliste de parler avec l’interlocuteur de Bai. Afin de ne pas compromettre son identité.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/15/1/13/n3510741/le-genocide-ordonne-par-jiang-zemin-selon-un-officiel-chinois.htm

  • Apprendre le chinois – 朝,(zhāo)et(cháo): Matin

    Apprendre le chinois, Chine, caractères, chinois, prononciation, signification, dynastie, culture, histoire

    La forme la plus ancienne du caractère pour l'aube 朝(zhāo) est apparu sur des os divinatoires comme un dessin serein, un tableau montrant la lune reposant tranquillement sur l'horizon alors que les rayons du soleil commencent à poindre derrière la forêt.

    Cela se retrouve dans la composition du caractère 朝. Le haut et le bas de la partie gauche du caractère contiennent le caractère du bois 木(mù), entourant le caractère représentant le soleil 日(rì). Dans la partie gauche se trouve le caractère de la lune 月(yuè).

    朝 fait partie des nombreux caractères chinois qui ont différentes significations correspondant à différentes prononciations. Lorsque 朝 est prononcé chào, il signifie « dynastie »

    Tout comme l'aube marque le début d'une nouvelle journée, la naissance d'une nouvelle dynastie représente la création d'une nouvelle culture et d'une nouvelle direction dans l'histoire.

    Tiré de: https://www.facebook.com/ShenYunFR

  • Le premier «tigre» de 2015 dans les filets Xi Jinping

    Depuis son arrivée au pouvoir en 2012, XI Jinping a lancé une vaste opération anticorruption visant tous les hauts fonctionnaires de l'ancienne administration de Jiang Zemin. À la fin de son mandat et devant la montée d'un mécontentement de moins en moins contrôlable de la population chinoise, l'ancien premier ministre Wen Jiabao avait tenu un discours, qui en avait surpris plus d'un, abordant la question de la persécution du Falun Gong - largement censurée en Chine et dans les médias internationaux. Il y demandait la fin de la répression, la libération des pratiquants et la condamnation des responsables à tous les différents niveaux. Depuis l'arrivée de Xi Jinping, sont visés par la lutte anticorruption, les principaux responsables de la persécution du Falun Gong, remontant au fur et à mesure jusqu'à Jiang Zemin en détruisant son vaste réseau d'influence en Chine. Une chronique à retrouver dans les articles d'Epoch Times et à suivre à travers les lignes de l'actualité des médias français.

    --

    Jiang Zemin, Chine, tigre, anti-corruption, campagne, Xi Jinping, régime, parti, chinois, Zhang KunshengLes dignitaires étrangers en visite en Chine remarqueront bientôt l’absence d’un visage familier: Zhang Kunsheng, le plus haut placé des quatre ministres assistants des Affaires étrangères du régime chinois, a été évincé.

    Le 2 janvier, le porte-parole du ministère des Affaires étrangères a annoncé lors d’une conférence de presse que Zhang Kunsheng avait été révoqué pour avoir désobéi à la discipline du Parti communiste – une formule indiquant habituellement la corruption – sans donner d’autres détails.

    Occupant une position importante  au sein des cercles diplomatiques du régime, placé juste derrière le ministre des Affaires étrangères et ses six vice-ministres, Zhang Kunsheng était également directeur du département du Protocole, où il s’occupait principalement de l’organisation des itinéraires des responsables chinois voyageant à l’étranger et des responsables étrangers en visite en Chine.

    Selon l’édition du 3 janvier de l’Oriental Daily de Hong Kong, lorsque l’ancien président américain Bill Clinton était en visite en  Chine en 1996, c’est Zhang Kunsheng qui l’avait accueilli et aidé à planifier son itinéraire.

    Campagne «anti-corruption»

    Un jour après l’annonce de la chute de Zhang Kunsheng, un article publié sur le blog de Xinhua, l’agence de presse officielle du régime, suggérait qu’il avait été évincé soit pour corruption ou pour espionnage.

    «Il est approprié de dire que le renvoi de Zhang Kunsheng représente la chute du «premier tigre» de 2015...», disait Xinhua.

    «Comme la campagne anti-corruption ne s’est pas arrêtée au 1er janvier 2015, cela indique qu’elle  va s’intensifier au cours de la nouvelle année.»

    Relation avec l’ancien dirigeant  du Parti

    Le limogeage d’un haut responsable du Parti, bien que sous le couvert de la campagne anti-corruption, est souvent le résultat de luttes politiques acharnées au sein du Parti communiste chinois.

    «Anti-corruption est tout simplement un autre terme pour désigner les luttes politiques intestines -  ne pas laisser d’autres adversaires politiques mettre en danger votre propre pouvoir», explique Liu Dong, un observateur indépendant des affaires politiques chinoises.

    Dans une interview donnée en 2002 dans la province du Yunnan (sud-ouest de la Chine) au journal d’État Spring City Evening, Zhang Kunsheng avait révélé son allégeance politique à Jiang Zemin, l’ancien dirigeant suprême de la Chine, en déclarant que l’événement le plus mémorable de sa carrière diplomatique s’était déroulé en 1997.

    «Cette année-là, Jiang Zemin, le dirigeant  du Parti, se rendait aux États-Unis pour la première fois. J’ai participé à la rédaction de l’ensemble des 27 discours de Jiang Zemin. Notre équipe avait également travaillé minutieusement sur son itinéraire», avait confié Zhang Kunsheng.

    Jiang Zemin et son vaste réseau est largement considéré comme une force politique opposée à Xi Jinping, l’actuel dirigeant chinois. La campagne de purges et d’arrestations menée par Xi Jinping prend principalement pour cible les principaux lieutenants de la faction de Jiang Zemin.

    Zhang Kunsheng a révélé d’autres connexions avec Jiang Zemin lorsqu’il a parlé de sa contribution au bras de fer politique avec les États-Unis suite au bombardement de l’ambassade de Chine à Belgrade.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/15/1/11/n3510721/le-premier-tigre-de-dans-les-filets-xi-jinping.htm

  • Apprendre le chinois – 舒(shū): Confort

    Chine, apprendre le chinois, idéogramme, caractère, chinois, pictogramme, culture chinoise, tradition, ancien, sens, signification

    Il est très courant de souhaiter une vie facile et confortable. Certains pensent qu'une vie confortable demande de satisfaire les besoins les plus fondamentaux. D'autres croient que recevoir régulièrement de l'amour et des compliments nous donne un sentiment de confort. Mais est-ce tout ? Étudions le caractère chinois 舒 qui signifie confort pour en apprendre plus.

    Le côté gauche du pictogramme est composé du caractère 舍 (shě) qui signifie abandonner. Du côté droit se trouve la caractère 予 (yǔ) qui signifie « Conféré ». Littéralement, 舒 signifie donc : ce n'est qu'en abandonnant la recherche des éléments égoïstes dans la vie que l'on trouve la paix de l'esprit. Celui qui transmet aux autres ce qui lui a été donné appréciera d'autant plus profondément les petites choses de la vie.

    Les Chinois ont un ancien dicton : lorsque vous faites un pas en arrière, le ciel et la mer apparaissent. Cela veut dire que lorsque vous abandonnez vos désirs égoïstes , vous découvrirez des trésors inattendus et vous vous rapprocherez du véritable confort dans la vie.

    Tiré de: https://www.facebook.com/ShenYunFR

  • Le site Shen Yun attaqué par la Chine

    Chine, parti communiste, attaque informatique, Shen Yun, danse classique, culture traditionnelle, chinois, cyber attaque, piratage

    Le Parti communiste chinois attaque le groupe artistique new-yorkais au début de sa nouvelle tournée.

    Les 5 et 7 janvier, le site officiel de Shen Yun Performing Arts a été victime d’une cyber-attaque à grande échelle. Les données montrent que l'attaque provenait de Chine continentale, où des ressources informatiques massives ont été détournées et mobilisées dans une tentative de submerger le site de Shen Yun. Cette attaque a été signalée au FBI pour enquête.

    Les tactiques utilisées sont semblables aux précédentes agressions provenant de Chine continentale visant des entreprises étrangères, des gouvernements et des organisations des droits de l'homme. On soupçonne que les responsables à la source de ces attaques, se trouvent au sein du Parti communiste chinois, car seule une force centralisée pourrait mobiliser les ressources nécessaires pour déployer un tel assaut.

    L'attaque coïncide avec la première semaine de la tournée 2015 de Shen Yun et de ses représentations en Amérique du Nord. Shen Yun, une organisation à but non lucratif basée à New York, est considérée comme  la principale compagnie de danse et de musique classique chinoise au monde.

    La mission de Shen Yun est de faire revivre la culture traditionnelle chinoise. Cette culture a une histoire de 5 000 ans, mais a été presque détruite par le Parti communiste et ses campagnes comme la Révolution culturelle. Depuis sa création en 2006, Shen Yun a été victime de diverses formes d'attaque par Pékin, qui considère cette organisation comme une menace. Par exemple, le Parti communiste ne permet pas à ce spectacle sur la culture traditionnelle chinoise de se produire en Chine.

    En plus de craindre la renaissance de la culture présentée par Shen Yun, le Parti communiste craint Shen Yun parce que ses prestations dénoncent la persécution du Falun Gong en Chine. La plupart des artistes de Shen Yun sont des pratiquants de Falun Gong, une pratique de méditation spirituelle. En outre, certaines danses classiques chinoises du spectacle dépeignent la violence perpétrée contre les pratiquants de Falun Gong et leur résistance pacifique. Le Parti communiste nie l’existence de la campagne de persécution en cours depuis 1999, en dépit des nombreuses preuves documentées accumulées à ce sujet par les organisations des droits de l’homme. Shen Yun présente ce qui se passe sur les scènes du monde entier.

    Le Parti communiste, ses ambassades et ses consulats ont réagi depuis près d'une décennie en essayant de faire obstacle à Shen Yun. Leurs méthodes incluent des tentatives de pression sur les théâtres aux États-Unis et dans le monde entier afin qu’ils annulent les représentations de Shen Yun, des menaces économiques à peine voilées pour faire pression sur les élus afin qu’ils retirent leur soutien envers Shen Yun et n’assistent pas aux spectacles, le harcèlement envers les membres de la famille des artistes qui vivent en Chine, le harcèlement des artistes de Shen Yun lors de la tournée et même une série de tentatives de vandalisme sur les véhicules de transport de Shen Yun.

    La cyber-attaque est l'exemple le plus récent de cette série de tentatives infructueuses pour empêcher le succès de Shen Yun. À ce jour, la compagnie s’est produite devant des millions de spectateurs dans plus de 30 pays à travers le monde.

    Cette année, la tournée se produira dans plus de 100 villes et dans plusieurs salles des plus prestigieuses. Ce vendredi 9 janvier, Shen Yun commence une série de 12 représentations au Lincoln Center de New York.

    Tiré de: http://fr.shenyunperformingarts.org/press-releases/_uZXzk5JPnl4/le-site-shen-yun-attaqu%C3%A9-par-la-chine.html

  • La dernière apparition de Jiang Zemin censurée sur le web chinois

    Chine, Jiang Zemin, népotisme, web, internet, chinois, président, Xi Jinping, média, apparition

    Jiang Zemin, ancien dirigeant suprême de la Chine, est connu pour savoir attirer l’attention des médias, lorsqu'il était au pouvoir aussi bien qu'après avoir quitté toutes ses fonctions. Récemment, il a été vu se promenant dans les montagnes accompagné de son fils et son petit-fils – une image de choix pour les médias politique chinois, mêlée, comme le sont souvent ces apparitions, d’une signification politique: «Bonjour – je suis toujours là», semblait vouloir dire cette apparition.

    Mais cette apparition n'a pas du tout été perçue dans ce sens et toutes les références à cet événement ont été rapidement effacées d’Internet. Une recherche sur Baidu, le plus grand moteur de recherche en Chine, des termes «La famille de Jiang gravit la crête de Dongshan à Hainan» rapporte des articles des principaux portails web chinois: Sina, Phoenix, Hexun, Sohu et autres. Mais les tentatives de visiter ces sites aboutissent à des pages supprimées.

    En Chine, où les apparitions d’anciens dirigeants dans la presse servent de négociations politiques, le fait que les reportages aient disparu en dit long : Jiang Zemin, qui a maintenu une énorme influence sur la politique chinoise pendant des années après sa retraite officielle en 2004, est de plus en plus politiquement marginalisé par Xi Jinping, l'actuel dirigeant de l’État.

    «L’apparition de Jiang Zemin […] est une tentative d'exhiber son statut et de démontrer qu’il possède encore une influence politique», a expliqué Xia Xiaoqiang, commentateur politique, lors d’un entretien: «C’est une mise au défi envers Xi Jinping.»

    Xia Xiaoqiang a souligné que les nombreux puissants responsables chinois écartés du pouvoir par le dirigeant du Parti Xi Jinping étaient associés à la faction politique de Jiang Zemin, comme Zhou Yongkang, l’ancien patron de la sécurité intérieure, ou encore Xu Caihou, haut gradé de l'armée chinoise.

    «Son apparition indique que la lutte s’est intensifiée et se poursuit en plein jour – cela pourrait obliger Xi Jinping à entreprendre des actions plus manifestes contre Jiang Zemin et sa faction», a précisé Xia Xiaoqiang. Mais l’incapacité de Jiang Zemin à apparaître dans les médias démontre aussi une perte d’influence, a conclu le commentateur politique.  

    Le moment de la promenade de Jiang Zemin dans les montagnes devrait aussi attirer l'attention. Cet événement survient à peine quelques jours après une bousculade meurtrière qui a fait une trentaine de morts à Shanghai, la ville bastion de l’ancien dirigeant. Jiang Zemin y a exercé pendant de nombreuses années comme haut responsable et son réseau officieux, célèbre pour son népotisme, est connu du public comme la faction de Shanghai. 

    Le maire de Shanghai et le secrétaire du Parti de la ville, tous deux fidèles à Jiang Zemin, ont été placés en examen après l'incident mortel. Le public a été frustré par le manque d’explications claires et complètes sur la façon dont autant de personnes ont trouvé la mort dans la bousculade. L'opinion publique a fustigé les autorités locales pour leur incompétence. Certains ont même demandé le départ du secrétaire du Parti Han Zheng et du maire Yang Xiong. Même Xinhua, l'agence de presse officielle du Parti, a publié un article accusant les autorités de Shanghai d'avoir échoué à empêcher le désastre. Les familles des victimes sont restées agenouillées durant des heures devant les hôpitaux, pleurant et suppliant de les laisser voir les corps de leurs proches décédés.

    Jiang Zemin, balayant des yeux le paysage depuis la crête du Dongshan, semblait insensible à toutes ces inquiétudes. Alors qu’il admirait la vue, il aurait dit à Luo Baiming, secrétaire du Parti de Hainan: «Un paysage si magnifique à Hainan doit être rendu public avec enthousiasme. Lorsque je rentrerai à Pékin, je parlerai en votre faveur pour vous tous.» Les articles, avant d'être effacés, montraient une photo de Jiang Zemin, âgé de 88 ans, chancelant dans une pagode, soutenus par deux hommes.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/1/9/n3510699/la-derniere-apparition-de-jiang-zemin-censuree-sur-le-web-chinois-.htm

  • Corruption en Chine: 680 suspects ayant fui à l'étranger arrêtés

    Depuis son arrivée au pouvoir en 2012, XI Jinping a lancé une vaste opération anticorruption visant tous les hauts fonctionnaires de l'ancienne administration de Jiang Zemin. À la fin de son mandat et devant la montée d'un mécontentement de moins en moins contrôlable de la population chinoise, l'ancien premier ministre Wen Jiabao avait tenu un discours, qui en avait surpris plus d'un, abordant la question de la persécution du Falun Gong - largement censurée en Chine et dans les médias internationaux. Il y demandait la fin de la répression, la libération des pratiquants et la condamnation des responsables à tous les différents niveaux. Depuis l'arrivée de Xi Jinping, sont visés par la lutte anticorruption, les principaux responsables de la persécution du Falun Gong, remontant au fur et à mesure jusqu'à Jiang Zemin en détruisant son vaste réseau d'influence en Chine. Une chronique à retrouver dans les articles d'Epoch Times et à suivre à travers les lignes de l'actualité des médias français.

    --

    Chine, corruption, fuite, étranger, Xi Jinping, lutte, médias, censure, argent, illégal,illicite,

    La campagne de lutte contre la corruption menée en Chine visant des personnes ayant fui à l'étranger a permis le rapatriement "sans précédent" de 680 personnes, a annoncé aujourd'hui le ministère chinois de la Sécurité publique.

    Le gouvernement a lancé en juillet dernier l'opération surnommée en Chine "Chasse à courre" visant à l'arrestation de dignitaires du régime et d'hommes d'affaires partis à l'étranger avec souvent de l'argent gagné illégalement.

    Le ministère de la Sécurité précise que les 680 arrestations effectuées entre juillet et décembre 2014 représentent quatre fois et demi celles de 2013. Parmi les 680 suspects figurent 117 personnes recherchées depuis plus de dix ans et 390 qui se sont présentées d'elles-mêmes aux autorités.

    Selon le Global Financial Integrity Group basé Washington, qui analyse les flux financiers illicites, 1.080 milliards de dollars (915 milliards d'euros) ont quitté la Chine entre 2002 et 2011. Depuis son entrée en fonction en 2013, le président Xi Jinping et numéro un du Parti communiste, a lancé une vaste campagne de lutte contre la corruption.

    Tiré de: http://www.lefigaro.fr/flash-eco/2015/01/08/97002-20150108FILWWW00054-chinecorruption-680-suspects-arretes.php

  • L'étoffe du temps – Le style de la robe de l'Empereur

    Chine, empereur, robe, couture, tradition, ciel, divin, paix, terre

    Il y a quelques 5 000 ans, au cours du règne du légendaire Empereur jaune, les gens croyaient que les Cieux et la Terre étaient entremêlés et que le divin se manifestait dans tous les aspects de ce qui pouvait être trouvé sur Terre. Ainsi, l'habit de l'Empereur jaune était conçu pour se marier avec les couleurs des différentes parties de l'Univers. Par exemple, la moitié supérieure de la robe était fabriquée avec des couleurs des Cieux, tandis que les couleurs de la Terre venaient remplir la partie inférieure. De plus, différentes créatures de la Terre et des Cieux étaient représentés sur tout l'habit. Dans son ensemble, le modèle de la robe représente l'équilibre entre les Cieux et la Terre.

    Les anciens pensaient que ce genre d'habit monumental pourrait être transmis pour aider les gens à maintenir leur piété envers les Cieux et plus encore, aider à maintenir la paix sur Terre.

    Tiré de: https://www.facebook.com/ShenYunFR

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu