Avertir le modérateur

  • Le Ministère canadien des Affaires étrangères se déclare préoccupé pour les pratiquants détenus en Chine

    Chine, canada, liberté religieuse, droits de l'homme, stephen harper, repression, intimidation, réunion bilatérale, homologue

    Le Ministère canadien des Affaires étrangères a récemment écrit aux parents de pratiquants de Falun Gong détenus, Jiang Yuemei et Zhang Yuliang, exprimant ses inquiétudes persistantes concernant la persécution du Falun Gong en Chine.

    La lettre, datée du 5 janvier 2015 et signée par le ministre des affaires étrangères John Baird, déclarait : "Je regrette d'apprendre la récente détention de vos parents Jiang Yuemei et Zhang Yuliang.

    "Le gouvernement du Canada saisit toutes les occasions pour exprimer ses préoccupations au gouvernement chinois en utilisant des canaux bilatéraux et multilatéraux. Le Premier ministre Stephen Harper et moi-même avons abordé les questions de droits de l'homme et de la liberté religieuse, y compris à l'égard des pratiquants de Falun Gong, directement avec nos homologues chinois au cours de visites en Chine et dans nos réunions bilatérales.

    " Le premier ministre a également exprimé ses préoccupations à propos de l'intimidation et la répression du Falun Gong et d'autres groupes religieux lors de son annonce publique sur la création du Bureau de la liberté religieuse en février 2013. »

    Historique

    M. Zhang Yuliang, son épouse Mme Jiang Yuemei et Mme Jin Fengying ont été illégalement arrêtés le 14 septembre 2014. Ils distribuaient une information révélant la persécution de la pratique. La police a perquisitionné le domicile de M. Zhang et confisqué plus de dix exemplaires du livre Falun Gong, un ordinateur et une imprimante, et des documents liés à la persécution du Falun Gong.

    M. Zhang, âgé de 70 ans, a été brutalement battu en garde à vue au centre de détention de Mudanjiang dans la province du Heilongjiang. Au cours d'un interrogatoire illégal, le policier Zhu Chenghua a claqué les oreilles de M. Zhang des deux mains et frappé violemment ses jambes .

    M. Zhang a été arrêté en 2001 par des agents du commissariat de Nanshan pour avoir simplement parler aux gens du Falun Gong et de la persécution. Le policier Miao Qiang l’a battu au point de blesser ses organes internes . M. Zhang a eu du sang dans ses urines bien longtemps après le passage à tabac.

    La cour de Yangming a tenu un procès contre lui et quatre autres pratiquants le 12 décembre 2001. Le procès a duré cinq heures. Lorsque les avocats ont souligné que la police avait interrogé les pratiquants et les avait forcés à des aveux, le juge a ajourné le procès, mais ne l'a jamais repris.

    Peu de temps après, le tribunal a secrètement condamné les pratiquants. M. Zhang a écopé d'une peine de cinq ans de prison.

    Avant cela, son épouse, Mme Jiang Yuemei a été jetée dans un camp de travail le 13 juin 2000, pour avoir pratiqué les exercices du Falun Gong en public.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/a116990-Le-Ministere-canadien-des-Affaires-etrangeres-se-declare-preoccupe-pour-les-pratiquants-detenus-en-Chine.html

  • Proverbe chinois sur le bonheur

    Chine, proverbe, citation, bouddhisme, chinois, bonheur, philoshopie de vie, précepte, sagesse, éveil

  • 2015, année chinoise de la chèvre

    Chine, 2015, nouvel an, tradition, chèvre, mouton, horoscope, signe, chinois, harmonie, droite, beauté, perfection

    Le Nouvel An chinois est la fête la plus importante pour les Chinois du monde entier. À l’image du Nouvel An solaire, il représente un moment de réflexion, de résolutions et d’espoir pour la nouvelle année qui commence.

    Les fêtes du Nouvel An chinois durent environ 16 jours, de la veille du jour de l’an jusqu’au festival des Lanternes, le 15e jour du premier mois lunaire.

    Le calendrier lunaire chinois intègre à la fois le cycle lunaire et la position du soleil. Ainsi, selon le calendrier lunaire chinois traditionnel, le premier jour de l’année lunaire chinoise peut se situer entre la fin janvier et la mi-février.

    Le peuple chinois utilise le calendrier lunaire depuis 2600 av. J.-C., à l’époque où= le mythique Empereur Jaune ou Huang Di, commença le premier cycle du calendrier chinois.

    Selon la légende, Huang Di choisit un animal pour représenter chacune des 12 années formant un cycle: le rat, le bœuf, le tigre, le lapin, le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe, le coq, le chien et le cochon.

    Les bonnes associations et attributions

    Le caractère chinois 羊 (yáng) qui fait généralement référence à une chèvre, un mouton ou un bélier, est considéré comme un signe de bon augure, de chance et de paix. Depuis les temps anciens, les gens utilisent 羊 pour symboliser l’amabilité.

    羊 fait partie des animaux que le peuple chinois apprécie le plus. Il est souvent doux, calme et tranquille de nature, et est la source de beaucoup de choses dont bénéficie l’humanité.

    羊 est proche d’avoir le sens de «bonne chose», il est ainsi utilisé dans beaucoup de caractères chinois pour indiquer quelque chose de bénéfique.

    Le signe de la Chèvre

    La chèvre est le huitième signe du zodiaque chinois. Si vous êtes né en 1931, 1943, 1955, 1967, 1979, 1991, 2003 ou 2015, alors votre signe astrologique chinois est probablement la chèvre. Il est cependant important de prendre en compte le jour de naissance en janvier ou février.

    Depuis les temps anciens, la chèvre/mouton est lié de près aux moyens de subsistance du peuple chinois. Sa viande et son lait sont très nutritifs et sa laine permet de fabriquer un tissu léger, doux qui possède d’autres bonnes propriétés. Avec le temps, les Chinois ont aussi appris à utiliser sa toison pour faire des pinceaux destinés à l’écriture et à utiliser sa peau pour se tenir au chaud.

    Étant la plupart du temps tranquille et calme, les chèvres/moutons sont considérés comme des animaux paisibles. Comme leur homologue animal, les gens nés sous le signe de la Chèvre sont considérés comme des individus calmes. Ils ont une personnalité tranquille, réservée et apaisante. Ils ont tendance à être faciles à vivre et décontractés. Se tenant en arrière plan, ils observent d’un air heureux, loin des projecteurs où d’autres s’étourdissent de compagnie. Ils profitent de la vie à leur manière, calme et individuelle.

    La caractéristique la plus marquante de la chèvre/mouton est son attitude paisible. Les personnes nées au cours de l’Année de la Chèvre ont tendance à aimer la paix et préfèrent éviter les différends. Par conséquent, l’Année de la Chèvre est pour le peuple une période pour oublier les conflits et s’entendre paisiblement avec autrui.

    Le plus long festival avec les plus grandes célébrations

    Le Nouvel An chinois est à la fois le plus important et le plus long des festivals chinois traditionnels.

    Beaucoup de traditions et de coutumes sont associées au Nouvel An chinois. Les familles nettoient minutieusement leur foyer afin de balayer toute malchance et de faire de la place à la bonne fortune.

    Les fenêtres et les portes sont décorées de délicats découpages de papier rouge et de vers – ces lignes de poésie expriment les joies et les espoirs des gens pour la nouvelle année.

    Feux d’artifices, pétards, enveloppes rouges, danse du lion, danse du dragon et lanternes aux devinettes sont d’autres coutumes et traditions communes observées durant les fêtes du Nouvel An chinois.

    Le Nouvel An chinois est aussi l’occasion de se réunir en famille, de festoyer et de rendre visite aux parents, en signe de respect.

    Bonne Année de la Chèvre à tous!

    Les vœux du Nouvel An pour l’année de la Chèvre

    L’arrivée de la nouvelle année est une opportunité pour mettre de côté les rancœurs et souhaiter, sincèrement, à tout le monde paix, santé et bonheur. Durant cette période, les Chinois se saluent et se présentent leurs meilleurs vœux. Voici certains des vœux  les plus populaires pour l’Année de la Chèvre:

    De la joie et du bonheur pour cette année de la Chèvre!

    (喜洋洋, xǐyánɡyánɡ)

    Paix et bonne santé pour l’Année de la Chèvre! (羊年安康, yánɡniánānkāng)

    Trois chèvres amènent l’harmonie. (三陽開泰, sānyánɡkāitài)

    Joyeuse Année de la Chèvre! (羊年吉祥, yánɡniánjíxiáng)

    Que le bonheur t’accompagne toujours! (幸福伴你同行, xìngfúbànnǐtóngxíng)

    Voici quelques caractères liés à 羊:

    祥 (xiáng) signifie «de bon augure» ou «favorable». Il contient le symbole 羊 à droite.

    善 (shàn) signifie «compassion» et «gentillesse». Il porte un 羊 sur la partie du haut.

    義 (yì) signifie «droiture» et «justice». Il porte aussi un 羊 sur la partie haute.

    美 (měi) signifie «perfection» et «beauté». Il porte également un 羊 en haut du caractère.

    鮮 (xiān) signifie «frais» et «savoureux». Le 羊 est sur la droite.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/2/16/n3510863/-fevrier-debut-de-lannee-de-la-chevre.htm

  • Un homme raconte 12 ans de torture pour avoir diffusé un programme TV en Chine

    Chine, TV, torture, prison, emprisonnement, régime chinois, droits de l'homme, chinois, parti communiste, actualitéLe Parti communiste chinois a délibérément privé les pratiquants de Falun Gong de toutes les formes légales d’appel dont ils auraient pu disposer depuis qu’il a lancé sa répression nationale à l’encontre de la pratique en 1999. En réponse, les pratiquants utilisent divers moyens créatifs pour informer le public de la persécution de Falun Gong par le régime. Cependant, leur résistance non-violente, entraine souvent de sévères représailles de la part du Parti.

    En août 2002, un groupe de sept pratiquants de Lanzhou, dans la province de Gansu, a intercepté une station TV locale pour diffuser des programmes révélant la persécution. Deux mois plus tard, tous ont écopé de lourdes condamnations allant de 10 à 19 ans de prison.

    M. Qiang Xiaoyi, originellement de la province du Shaanxi, mais ayant plus tard déménagé dans la province de Gansu, faisait partie des condamnés. Il a réussi à survivre à la torture brutale dans trois prisons différentes au cours de ses douze ans d’emprisonnement. Cependant, tous n’ont pas été si chanceux : M. Li Zhirong, qui a été arrêté avec lui et envoyé dans la même prison, est mort sous la torture en 2006.

    Ci-dessous, M. Qiang détaille ce par quoi il est passé entre les mains du régime communiste et les mauvais traitements subis par les autres pratiquants en prison et dont il a été témoin.

    Arrêté et condamné pour avoir intercepté des signaux TV

    J’ai été arrêté dans mon appartement de l’agglomération de Lanzhou, le 14 août 2002—peu après que six autres pratiquants et moi ayons intercepté les programmes TV locaux.

    La police a immobilisé mes mains en utilisant deux anneaux de métal vissées sur une plaque métallique. Alors qu’ils attachaient les vis, mes poignets ont ressenti une énorme pression et mes mains sont devenues noires et violettes en seulement quelques minutes. Rapidement, elles sont devenues engourdies et ont perdu toutes sensations. J’ai été torturé de cette manière durant trois jours et nuits.

    Le tribunal du district de Chengguan de l’agglomération de Lanzhou les a condamnés tous les sept à de lourdes peines, le 27 octobre 2002. J’ai écopé de15 ans, mais j’ai été libéré plus tôt, du fait de mon état critique.

    Durant mes 12 ans d’incarcération, j’ai été envoyé dans trois prisons différentes et enduré une torture brutale.

    Suspendu pendant deux mois dans la prison de Lanzhou

    En novembre 2003, M. Wei Junren et moi avons été transférés d’un centre de détention à la prison de Lanzhou. Lorsque nous avons refusé de nous soumettre à un test sanguin, des dizaines de policiers nous ont immobilisés au sol et ont pris notre sang de force.

    Lorsque les gardes nous ont ordonné d’effectuer des travaux épuisants, nous avons refusé et expliqué que nous n’étions pas des criminels et avions été condamnés pour nos seules croyances. En conséquence, ils me suspendaient lorsque les autres allaient à l’atelier et ne me laissaient reprendre pied que lorsqu’ils revenaient. J’ai été suspendu de cette manière durant plus de deux mois.

    Rapidement, j’ai commencé à manifester des symptômes de maladie grave et suis devenu de plus en plus faible, jusqu’à ce que je ne puisse plus marcher. On m’a diagnostiqué une anémie toxique, du diabète et une hépatite avec un ictère, ce qui pouvait emporter ma vie à tout moment. Les médecins ont déclaré que j’avais besoin de transfusions sanguines et ont averti ma famille de ma situation critique.

    Je ne voulais pas de transfusion, alors la police m’a obligé à écrire une déclaration par laquelle j’en acceptais la responsabilité. Ils m’ont détenu dans une salle isolée et ont attendu que je meure.

    Cependant, mon état a commencé à s’améliorer quinze jours plus tard. Même mon médecin ne pouvait le croire et a déclaré à ses supérieurs : " Quand il est arrivé ici, le pigment sanguin de Qiang Xiaoyi était aussi bas que 3 grammes, et actuellement, il est revenu à 10 grammes sans aucun traitement. " Les autres médecins ont soupçonné les équipements, mais n’ont trouvé aucun problème avec eux.

    40 jours plus tard, les médecins ont déclaré que j’avais totalement récupéré.

    Lire la suite de cet article sur: http://fr.clearharmony.net/articles/a116989-Un-homme-raconte-12-ans-de-torture-pour-avoir-diffuse-un-programme-TV-revelant-la-persecution-du-Falun-Gong.html

  • Citation sur l'humanité

    Chine, citation, proverbe, dalai lama, boudhisme tibétain, chinois, philosophie, sens, vie, vivre, but, objectif, santé, éveil intérieur

  • En ce début d’année de la Chèvre, trois «tigres» mordent la poussière

    Chine, tigre, lutte, campagne, anti-corruption, Xi Jinping, parti communiste chinoise, loyauté, Zhou Yongkang, Su Rong

    Su Rong, ancien haut responsable du Parti communiste chinois

    Trois nouveaux responsables politiques – qui avaient construit leur fortune et leur réseau grâce à leur «loyauté» envers l’ancien dirigeant du régime chinois Jiang Zemin – viennent de mordre la poussière dans le cadre de la campagne anti-corruption menée par l’actuel chef du Parti communiste Xi Jinping.

    L’annonce de l’éviction de ces «tigres» – terme désignant les hauts responsables du parti communiste chinois (PCC) – est arrivée juste quelques jours avant le début du nouvel An lunaire ce 19 février.

    Su

    Le 16 février, une annonce parue sur le site web officiel du Comité central d’inspection de la discipline, disait que Su Rong, l’ancien vice-président de la Conférence consultative politique du peuple chinoise, avait été «privé de son adhésion au Parti et révoqué de son poste de la fonction publique».

    L’affaire de Su Rong a été confiée au système judiciaire pour des poursuites.

    L’annonce au sujet de Su Rong employait les termes les plus forts jamais utilisés par le Comité central de l’inspection de la discipline, tels que «violation des principes du Parti et divergence avec le consensus du Parti», ou «permettre à des proches de s’immiscer dans la prise de décision politique». Selon l’édition du 17 février du journal de Hong Kong Wenweipo, le ton était bien plus doux lorsqu’il s’était agi d’annoncer la chute de l’ancien patron de la sécurité chinoise Zhou Yongkang.

    Selon la version hongkongaise du site Sina News le 17 février, la personne apparentée mentionnée par le Comité central était en réalité Yu Lifang, l’épouse de Su Rong, qui a vendu des terres dans la province du Jiangxi, sud-est de la Chine, en faisant perdre plus d’un milliard de yuan au Trésor national (plus de 140 millions d’euros)

    Bo Xilai, ancien secrétaire du Parti de Chongqing a été condamné à la prison à vie en septembre 2013. Selon Sina, Su Rong pourrait difficilement bénéficier d’une condamnation plus clémente.

    En octobre 2004, Su Rong avait dû écourter son voyage en Zambie et fuir le pays, après qu’un procès civil avait été ouvert contre lui, l’accusant de meurtre s, de tortures et de diffamations envers les pratiquants de Falun Gong. Sous les ordres de la suprême de Zambie, Su Rong aurait été obligé d’assister à une audience le mois suivant.

    Le Falun Gong est une pratique spirituelle comprenant des exercices de méditation et des préceptes moraux. Les pratiquants de cette discipline sont persécutés en Chine par le PCC depuis juillet 1999.

    Zhu

    Zhu Minguo, l’ancien président de la Conférence consultative politique du peuple chinois dans la province du Guangdong (sud de la Chine), se trouvait également sur la liste présentée sur le site web du Comité central d’inspection de la discipline.

    Tout comme Su Rong, Zhu Minguo a été privé de son titre de membre et de son poste au sein du Parti. L’affaire le concernant a été transmise au système judiciaire pour des poursuites.

    Selon le Comité central, Zhu Minguo a continuellement agi avec imprudence et immoralité, même après le 18e Congrès national du Parti en novembre 2012 durant lequel Xi Jinping avait pris le pouvoir juste avant de lancer sa campagne de lutte contre la corruption qui a balayé toute l’administration chinoise. 

    Ce qui a causé du tort à Zhu Minguo est sans doute son titre moins apparent de secrétaire du parti du Comité des affaires politiques et juridiques (CAPJ) à Guangzhou. Le CAPJ est l’organisation ayant autorité sur presque tous les départements du système judiciaire.

    En juillet 2012, Zhu Minguo avait reçu la visite de Zhou Yongkang, ancien dirigeant du CAPJ qui, selon l’édition du 4 juillet 2012 du Nanfang Daily, a reconnu tout ce qui a été accompli par Zhu Minguo au sein du CAPJ. Zhou Yongkang avait déjà été démis de ses fonctions en décembre 2014.

    Wang

    Toujours le 17 février, Wang Min, ancien membre du Comité permanent du PCC dans la province du Shandong et ancien secrétaire du Parti à Jinan, la capitale du Shandong, a été privé de son titre de membre du parti et démis de son poste dans la fonction publique.

    L’affaire concernant Wang Min a également été transmise aux autorités judiciaires.

    Selon le Comité central d’inspection de la discipline, Wang Min aurait accepté des pots-de-vin et aidé des membres de sa famille et des amis à engranger d’immenses fortunes. 

    «Wang Min a été le premier secrétaire de Zhang Gaoli lorsque ce dernier était secrétaire du Parti du Shandong», avait expliqué en janvier M. Chang, spécialiste du droit chinois dans un entretien avec le site web chinois basé à l’étranger Wenxuecity.com, un mois après que le Comité central d’inspection de la discipline annonce l’ouverture d’une enquête sur Wang Min. «Il s’agit certainement d’une affaire concernant Zhang Gaoli.» 

    Selon l’Organisation mondiale d’enquête sur la persécution du Falun Gong (la WOIPFG en anglais), Zhang Gaoli a dirigé la persécution du Falun Gong au cours de son mandat dans le Shandong d’une façon particulièrement brutale, plaçant la province dans les premiers rangs du classement par nombre de décès enregistrés de pratiquants du Falun Gong.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/15/2/18/n3510878/en-ce-debut-dannee-de-la-chevre-trois-tigres-mordent-la-poussiere-.htm

  • Une brèche dans le «Great Firewall» chinois

    Chine, internet, firewall, muraille, web, censure, logiciel, Free Gate, régime chinois, Pékin, anonymisation

    C’est vers 2011, que Li Huanjun, ancienne institutrice d’école primaire à Pékin, s’est mise à contourner les restrictions de l’Internet en Chine. Peu de temps après, elle se retrouvait sur le toit de sa maison, aspergée d’essence, son couteau de cuisine à la main, prête à en découdre avec les intrus envoyés par le régime.

    À l’image d’un grand nombre de Chinois, jusque-là, Li n’avait que faire de l’immense appareil de censure de son pays, ne s’occupant que de la bonne marche de ses propres affaires – avant de connaître, elle-même, l’expropriation et les démolitions forcées. Elle a dû s’informer et apprendre à combattre.

    Lorsqu’elle parle du logiciel, probablement le plus utilisé pour contourner le pare-feu du régime chinois, elle ne tarit pas d’éloges: «Freegate est tout simplement inestimable – nous en avons besoin pour apprendre ce qui se passe réellement en Chine». Un couple de «militants des droits de l’homme» (en réalité de simples citoyens chinois qui s’intéressent aux droits que leur propre constitution leur accorde) a aidé Li à télécharger l’outil anti-censure et à l’utiliser pour communiquer avec autrui.

    Dans un récent entretien téléphonique, elle confiait: «La première fois que j’ai découvert ce logiciel, je me suis dit: Wow! c’est magique! Je me suis rendu compte que tout ce qui passait sur la télévision centrale chinoise et sur les sites Web nationaux était faux. Et j’ai découvert beaucoup d’autres personnes qui avaient subi un traitement plus cruel que le mien».

    Les autorités chinoises détestent les personnes comme Li Huanjun.

    Internet, un jardin à l’accès fermé

    Dans son effort de faire de l’Internet chinois un jardin clos, le régime a refusé l’anonymat et imposé aux citoyens l’utilisation de leurs vrais noms lorsqu’ils se connectent à Internet. Le régime a en outre lancé une répression ciblant les réseaux privés virtuels, et poursuit avec acharnement quiconque dans le pays, ose résister aux politiques de Pékin.

    Le hic est qu’il y’a une fissure dans le mur, une faille que les autorités chinoises d’Internet n’arrivent pas à boucher: les technologies anti-blocage élaborées par un petit groupe d’entrepreneurs sino-américains des technologies, telles que Freegate et Ultrasurf.

    «Pour moi, ces entreprises illustrent parfaitement la grande histoire de David et Goliath», expliquait Michael Horowitz, ancien chercheur à l’institut Hudson qui s’est intéressé de très près au sort des deux entités anti-censure.

    «Jusqu’ici, avec peu d’argent, elles ont vaincu des milliards de dollars et des milliers de gens très habiles en Chine. C’est une question de survie pour la Chine – et ils s’y jettent à corps perdu».

    Freegate et Ultrasurf utilisent leurs propres protocoles d’anonymisation qui permettent aux utilisateurs en Chine d’accéder à l’Internet sans entrave – vous téléchargez un petit programme et l’Internet libre est à vous.

    L’anonymisation des données est un processus de destruction des traces, ou piste électronique, des données qui conduiraient un espion à la source. La piste électronique est l’information qu’on laisse derrière soit lorsqu’on envoie des données sur un réseau.

    Ces programmes informatiques sont un problème pour les autorités, car plus elles s’acharnent à les bloquer, et plus elles risquent de bloquer tout Internet, ce qu’elles veulent absolument éviter.

    La liberté en ligne est devenue une denrée très précieuse, pour preuve les récentes tentatives du régime chinois de créer son propre intranet.

    Une kyrielle de restrictions

    Depuis toujours, le Parti communiste chinois a cherché à contrôler l’accès à Internet et à bloquer les applications comme Tor (avec laquelle il y est arrivé) et Freegate. Pour nombre d’experts, les efforts du régime ces derniers mois sont renforcés avec un sentiment d’urgence.

    Début 2014, le Parti a relancé publiquement sa «cellule d’élite consacrée à la sécurité et à l’informatisation sur Internet», qui gère les hautes attentes de sa politique du net. L’objectif global de ce groupe est de stimuler l’industrie technologique locale en Chine et d’apporter une coopération plus étroite entre les différents départements de gestion et de contrôle de l’Internet chinois.

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/15/2/18/n3510874/une-breche-dans-le-great-firewall-of-china.htm

  • Proverbe chinois sur la connaissance

    Chine, citation, proverbe, éveil, sagesse, philosophie, asiatique, orientale, vie, but, comprendre, connaissance

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu