Avertir le modérateur

  • Ban Zhao, la première historienne chinoise

    femme, lettre, historien, Chine, culture, dynastie des Han de l’Est, Préceptes des femmes, vertu, harmonieBan Zhao (45-120 ap. J.-C.) est connue pour avoir été la première historienne et femme de lettres de la dynastie des Han de l’Est. Mariée à l’âge de 14 ans, elle se consacra à la littérature et à sa famille après la mort de son époux.

    Son père avait débuté des recherches pour le HanShu (Le Livre des Han), pour compléter le Shiji (Mémoires historiques) de Sima Qian qui avait relevé l’histoire de la dynastie des Han de l’Ouest jusqu’à l’empereur Wu. Malheureusement, il mourut  avant d’avoir achevé son œuvre. La tâche fut ensuite poursuivie par son fils, Ban Gu, qui rencontra le même destin, après avoir consacré près de deux décennies à transformer le travail de recherche en une nouvelle histoire de la dynastie des Han, plus complète. Finalement ce fut Ban Zhao, une femme talentueuse qui avait assisté son frère des années durant, qui finalisa la première édition de ce grand livre. Par la suite, Le Livre des Han fut considéré comme un modèle pour les écrits historiques par les historiens chinois.

    Ban Zhao fut par la suite autorisée à enseigner et expliquer le livre aux chercheurs au sein de la bibliothèque royale. Grâce à ses connaissances approfondies, elle reçut à la cour le titre de «Personne de talent».

    L’impératrice fut très impressionnée par ses connaissances et son sens de l’éthique en tant que veuve, et souvent la sollicita pour enseigner auprès des dames de la famille royale.

    À soixante-dix ans, Ban Zhao écrivit Préceptes des femmes, aussi appelé Leçons à l’usage des femmes, de manière à transmettre des règles au sein de sa propre famille et immédiatement le livre circula dans tout le pays. Il donnait un aperçu des vertus que les femmes devaient respecter pour maintenir l’harmonie au sein de leur famille. Il fut considéré, des siècles durant, comme un guide pour la conduite des femmes.

    Quand Ban Zhao mourut, l’impératrice et le peuple lui rendirent un profond hommage.

    Tiré de: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/30/n3508412.htm

  • Les tortures au camp de travaux forcés de Masanjia

    2013-05-28-2013-5-8-cmh-masanjia-01.jpg

    Reconstitution de torture : Suspension en diagonale, une méthode employée sur les pratiquantes de Falun Gong par les gardes au Camp de travaux forcés de Masanjia

    Un rapport complet sur le Camp de travaux forcés de Masanjia a été publié par le Lens Magazine en Chine, en avril 2013, sous le titre " Sortir de Masanjia ". Le reportage exposait la torture brutale et les mauvais traitements infligés aux détenues du camp, situé à Shenyang dans la province du Liaoning. Peu de temps après, les autorités dans la province du Liaoning ont organisé une équipe d’investigation et en une courte période de temps ont conclu, comme on pouvait s’y attendre, que le reportage était " sérieusement en contradiction avec les faits."
    J’ai été détenue illégalement deux fois au Camp de travaux forcés de Masanjia et y ai été soumise à une persécution cruelle. Quatre personnes interviewées par l’auteur de "Sortir de Mansanjia" ont été détenues dans la même équipe que moi. En vérité, la torture brutale infligée aux pratiquantes de Falun Gong est de loin pire que ce qui a été révélé dans le rapport publié par le Lens Magazine, et les atrocités sanglantes commises par le Camp de travail de Masanjia ne peuvent pas être niées.
    Je m'appelle Wang Chunying. J'ai 59 ans, et suis une pratiquante de Falun Gong de la ville de Dalia. Avant de prendre ma retraite, je dirigeais une unité d'infirmières dans un hôpital. J'avais souffert de toutes sortes de maladies avant de commencer la pratique du Falun Gong. J'avais une gastrite chronique, de l'arthrite et une thyroïdie chronique, qui nécessitait de prendre des médicaments à vie afin de contrôler ma fonction thyorïdique. Je vivais dans une douleur permanente.
    J'ai commencé à pratiquer le Falun Gong en 1998. En juste quelques jours, mes maux physiques ont disparu, et je suis devenue en bonne santé et heureuse. Après que la persécution du Falun Gong a commencé en 1999, j'ai été deux fois illégalement détenue au Camp de travaux forcés de Masanjia. La première fois était entre janvier 2002 et janvier 2005, et la deuxième fois entre août 2007 et novembre 2009, un total de cinq ans et trois mois. J'ai été soumise à une persécution sévère, comprenant d'être privée de sommeil, battue, étirée, suspendue par des menottes et contrainte à effectuer un travail difficile.

    La première torture à laquelle j'ai été soumise – la suspension en diagonale

    Le matin du 29 décembre 2007, le troisième mois de ma détention à Masanjia, j'ai refusé de signer un formulaire exigé de toutes les détenues, parce que le premier point du formulaire était une admission de culpabilité. Je pratique le Falun Gong en accord avace les principes d'Authenticité-Bienveillance-Tolérance, âfin d'être une meilleure personne. Ma pratique n'a rien de répréhensible. Je n'ai commis aucun crime et j'exerce la liberté de croyance garantie par la Constitution chinoise, j'ai donc refusé de signer. La chef de division Zhang Chunghuang et la chef politique Li Mingyu, l'assistante Zhai Yanhui, et un total de six gardes m'ont soumise à une forme de torture connue comme la suspension en diagonale. Elle consiste à menotter les deux mains, une au montant supérieur d'un lit en fer, et l'autre au montant inférieur d'un autre lit en fer. De cette façon, une personne ne peut ni se tenir debout ni s'accroupir. Les menottres sont étroitement sérrées aux poignets.

    La température à Shenyang est de -17 à -18 degrés Celsius en hiver, mais je suais abondamment en endurant une douleur atroce, et mes mains n'ont pas tardé à enfler et à virer à un pourpre sombre.
    Alors que j'étais attachée aux lits, les gardes donnaient des coups de pieds brutaux dans les lits étirant mes bras davantage. J'avais l'impression que mon corps se déchirait. Chaque deux ou trois heures, les gardes secouaient mes mains menottées pour intensifier la douleur. J'avais l'impression que des poignées de sel étaient répandues sur mes blessures ouvertes.
    Pendant tout le temps où j'ai été torturée de cette façon, les gardes m'ont à répétition poussée à signer le formulaire. J'ai refusé et la torture a continué. Pendant tout ce temps on ne m'a donné ni un morceau de nourriture ni une goutte d'eau, et je n'étais pas non plus autorisée à aller aux toilettes.
    J'ai été libérée de la torture à 1H30 du matin. Le matin suivant, j'ai été suspendue de la même façon pendant 16 heures. Mes mains étaient enflées comme de la pâte levée et la peau sur mes poignets était entaillée à de nombreux endroits par les menottres et se mêlait au sang séché.


    La deuxième fois, on m'a torturée avec la suspension par les menottes

    Chaque mois à Masanjia...

    Lire la suite sur:http://fr.clearharmony.net/articles/201305/113107.html

  • 138 millions de démissions du parti communiste chinois

    démissions, Chine, parti communiste, mouvement, citoyen, nouvelle Chine, non violence, New York

    New York – Les membres du Parti communiste chinois démissionnent du Parti par dizaines de milliers, comme des grains de sable qui s’écoulent du sablier du PCC.

    Le 17 mai, un rassemblement a eu lieu devant le bâtiment des Nations Unis à New York en soutien aux 138 millions de Chinois qui ont démissionné du Parti communiste chinois (PCC) et de ses organisations affiliées. Des centaines de personnes, pour la plupart des Chinois, ont rempli la place de Dag Hammarskjold en tenant tranquillement des bannières, tandis que des orateurs se sont relayés à la tribune en expliquant au public ce que signifie actuellement pour la Chine le mouvement «Démissionner du PCC».

    Le mouvement «Tui Dang» ou «Démissionnez du Parti» est une manifestation de non-violence et d’un éveil de la conscience qui est en train de changer la Chine. Après le lancement de ce mouvement en novembre 2004, suite à une série d’éditoriaux de l’édition chinoise d’Epoch Times révélant l’histoire non censurée du PCC, les gens ont commencé à démissionner du Parti par dizaines de milliers, enregistrant leurs décisions sur un site tenu par des partisans du mouvement.

    Yi Rong, président du Bureau mondial pour démissionner du PCC a déclaré: «De cette façon, l’organisation communiste est en train de s’effondrer tranquillement».

    Parmi les orateurs il y avait des dirigeants d’organisations pour la défense des droits de l’homme, mais aussi des personnes qui ont eu à vivre une expérience directe avec le système des camps de travaux forcés et des prisons du PCC, où les pratiquants de Falun Gong sont fréquemment torturés.

    Selon le Centre d’information du Falun Dafa, le bureau de presse officiel du Falun Gong, beaucoup de participants au rassemblement étaient des pratiquants de la méthode chinoise du Falun Dafa (appelée également Falun Gong), qui est durement persécutée par le PCC depuis 1999. Les orateurs ont parlé des crimes du PCC – dont plus de cent formes de tortures – contre les membres de ce groupe.

    Chris Smith, membre du Congrès américain et co-président de la Commission exécutive du Congrès sur la Chine, a envoyé une lettre de soutien à cette manifestation. Il a précisé qu’il soutient les 8.000 pratiquants de Falun Dafa venus à New York pour les activités de ce week-end, et a appelé à mettre fin à la persécution du Falun Gong en Chine.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/27/n3508390.htm

  • Les consommateurs chinois sont coincés par l’inflation

    consommateurs chinois, Chine, consommation, inflation, pouvoir d'achat, hausse des prix, prix du carburant

    Le fait que la Chine ait officiellement démenti l’existence d’une inflation dangereuse ne trompe pas les consommateurs assaillis sur tous les fronts par la hausse des prix.

    Bien que les médias contrôlés par le Parti communiste chinois (PCC) essaient de contrer les rumeurs de hausse des prix, les prix des denrées alimentaires, de l’énergie, de l’eau et du logement sont indéniablement à la hausse. Certains experts et intellectuels se demandent si le PCC publie de fausses statistiques à des fins politiques.

    Les Chinois deviennent très prudents dans leurs dépenses et de plus en plus cyniques au sujet de la fiabilité des données officielles. Selon un rapport de Xinhua, porte-parole de l’État, parmi plus 20 millions de participants à un sondage en ligne effectuée en novembre 2010, 86% trouvaient que les données sur l’inflation des prix à la consommation ne correspondaient pas à leur propre perception des prix, et que ces derniers augmentaient beaucoup plus vite que le prétendaient les chiffres de l’inflation.

    Chen Ziwu, professeur de finances à l’université de Yale, a écrit dans un article du 12 mars qu’il est difficile de se fier aux chiffres de l’inflation. Selon lui, «le régime chinois est en train de créer une image superficielle de prospérité économique, tandis que grâce à l’inflation provenant de l’impression artificielle de monnaie, le gouvernement en fait retire l’argent des mains des particuliers. C’est une sorte de pillage».

    Hausse des prix des produits de première nécessité

    La hausse du prix du carburant a touché le secteur des transports chinois, ainsi les chauffeurs de taxi ont commencé à se plaindre et se sont mis en grève le 1er mai dans la province du Zhejiang.

    Effrayés par les rumeurs d’une augmentation substantielle des prix, les consommateurs se sont précipités pour acheter du gaz naturel, avant que les prix n’augmentent. Dans la soirée du 27 mars, la Commission nationale du développement et de la réforme contrôlée par le PCC, a nié les rumeurs d’une forte augmentation des prix du gaz naturel, mais par la suite les a soudainement augmentés, et ce jusqu’à 40% dans certaines régions.

    L’augmentation du prix de l’eau a également été prédite. Le média officiel a rapporté que Wang Wenke, président de la compagnie China Water Industry Investment prévoyait une multiplication par 10 du prix habitiel de l’eau, soit de 30 à 40 yuans par tonne. Xinhua a également précisé que les autorités trouvaient que les consommateurs devraient s’attendre à une augmentation de 36%.

    Fu Tao, directeur du Centre de recherche et de contrôle de l’eau de Tsinghua, a avoué à Time Weekly que des ajustements du prix de l’eau ont été effectués partout dans le pays. Selon lui, les gens ne peuvent pas tirer grand chose des publications officielles, malgré des audiences qui avaient l’air d’être publiques.

    Les prix des aliments qui dépendent directement du prix du carburant et de l’eau ont augmenté en conséquence. Le 9 mai, le Bureau des statistiques a publié les informations économiques du mois d’avril qui montraient une plus forte augmentation dans les prix des légumes, des fruits et des fruits de mer – le prix de certains légumes ayant augmenté de plus de 24% au début du mois d’avril.

    Le prix des produits non alimentaires continuent également d’augmenter. Comme le montrent les chiffres récemment publiés par le Centre banquier de la recherche financière, de nouvelles restrictions sur le marché immobilier pourraient inciter certains acheteurs à se tourner vers le marché de la location, faisant grimper le prix des loyers.

    Zhang Xu, un analyste du marché immobilier, a déclaré à la presse chinoise que la hausse rapide des loyers depuis 2009 a projeté les prix des loyers à la limite de ce que la majorité des familles à faible revenu peuvent se permettre. En 2012, l’augmentation a chuté de près de 10%, mais il a remarqué que les augmentations annuelles allaient se stabiliser à peu près à ce niveau.

    Lire la suite sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/29/n3508407.htm

  • Respecter un professeur comme un père

    Chine, Professeur, lettré, éducation, père, respect, enseignement, apprendre, enfants, culture traditionnelle

    "Un professeur est celui qui parle des principes, enseigne des techniques, et dissipe la confusion." C’est l'explication donnée par Han Yu de la Dynastie Tang. La vie est donnée par les parents. Comment vivre sa vie et comment se conduire dépend la plupart du temps des professeurs. En chinois, "professeur" (Shi) et "père" (Fu) sont combinés dans l'expression " maître " (Shi Fu). Un ancien dicton disait : "Celui qui m'enseigne un jour, est mon père pour la vie." C'est-à-dire, on devrait traiter son professeur avec respect et humilité.

    Dans la culture traditionnelle chinoise, on accordait de l’importance au respect pour les professeurs. Des inscriptions sacrées figuraient dans toutes les familles traditionnelles, lesquelles comprenaient le ciel, la terre le roi, les ancêtres et les professeurs. Ceci montre à quel point le respect était dirigé vers les professeurs.

    L'histoire suivante est tirée de Zizhi Tongjian, des archives historiques.

    Wei Zhao était un disciple accompli dans la dynastie orientale des Han. Quand il était jeune, Wei admirait Guo Tai et demanda à servir Guo en nettoyant les salles et la cour de Guo. Guo en fut d'accord.

    Un jour, Guo ne se sentait pas bien. Il demanda à Wei de cuisiner un peu de porridge. Quand cela fut fait, Wei servit le porridge à Guo. Guo l'invectiva, "Quand tu fais la cuisine pour une personne âgée, tu ne lui montre pas suffisamment de respect. Tu m'as fait perdre totalement mon appétit." Guo jeta le bol par terre.

    Wei revint afin de cuisiner à nouveau et essaya de resservir Guo. Cependant, il fut de nouveau grondé. Ceci arriva à trois reprises. Wei ne changea pas son attitude ni ne montra même le plus léger mécontentement.

    Alors Guo s'exclama, "Avant je ne te connaissais qu'en surface. Maintenant, je connais ton cœur !"

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/200510/22775.html

  • Une décision à soixante millions de dollars

    commerce, Chine, bénéfice, économie, Époque Times, Sillicon Valley, laboratoire, scientifique, ingénieur
    Jeffrey Van Middlebrook, inventeur et entrepreneur, a refusé 60 millions de dollars en recherche et développement de la Chine pour respecter ses principes. (Jasper Fakkert/Époque Times)

    «J’ai refusé de prendre l'argent d'un gouvernement qui tue sa propre population », annonce l’inventeur de la Sillicon Valley, Jeffrey Van Middlebrook.

    Jeffrey Van Middlebrook, un inventeur au génie universel de Silicon Valley, a découvert en 2006 un procédé pour isoler le gaz produit par les combustibles fossiles. Une telle invention, déployée à l'échelle industrielle, pourrait valoir une fortune.

    M. Van Middlebrook a inventé le système dans son atelier et l'a baptisé le liquéfacteur de gaz polyvalent à isolation fractionnelle de la combustion (broad-spectrum fractional sequestration combustion gas liquefier). Après l'avoir fait fonctionner à petite échelle, il est parti à la recherche de financement domestique. Ni le gouvernement ni l'entreprise privée n'étaient intéressés à fournir les fonds nécessaires pour faire fructifier l'invention à l'échelle industrielle.

    Puis, en 2011, la Chine a frappé à la porte. À deux reprises, M. Van Middlebrook a rencontré des délégations du Parti communiste : l’une de la province du Hubei à San Jose en 2011 et l’autre de la province du Jiangsu à San Francisco en février 2012.

    Étant affiliées à une université en Chine et étant soutenues par les vastes ressources du Parti communiste, elles lui ont offert, ainsi qu’à un partenaire d'affaires, 60 millions de dollars pour la recherche et le développement. Il aurait eu un laboratoire en Chine, avec les scientifiques, les ingénieurs et l'équipement nécessaires pour déployer son invention à un niveau industriel. C'était au début de 2012 et les négociations avaient commencé sur une bonne note.

    En mai 2012, l'associé chinois de M. Van Middlebrook, un scientifique diplômé du Massachusetts Institute of Technology (MIT) qui dirigeait les négociations avec les délégations chinoises, planifiait pour eux un voyage en Chine en septembre 2012.

    Les Chinois étaient très intéressés par l'invention de M. Van Middlebrook, en raison de son potentiel pour faire avancer les technologies du charbon propre. La Chine est le plus important consommateur de charbon, et la pollution qui découle de sa combustion pour générer de l'électricité est immense. Près d'un demi-million de personnes meurent chaque année en Chine de maladies reliées à la pollution de l'air, et la combustion du charbon contribue grandement au smog dense qui étouffe les villes chinoises.

    C'est alors que M. Van Middlebrook a commencé à lire dans Époque Times que les hôpitaux militaires chinois avaient prélevé de force les organes de dizaines de milliers de prisonniers de conscience, principalement des pratiquants de Falun Gong, une discipline spirituelle pacifique. Il a lu au sujet de la torture inimaginable et d'une persécution sans merci orchestrée par l'État. Il s'est donc retiré.

    «Quand j'ai commencé à lire ça, j'ai commencé à être déchiré sur le plan moral», explique M. Van Middlebrook. «D'un côté, il y a la Chine qui agite 60 millions de dollars au-dessus de ma tête. C'est très attrayant. Il est très difficile d'obtenir du financement en recherche et développement pour de nouvelles technologies. C'est un processus difficile, peu importe la technologie.»

    Il ajoute :...

    Lire la suite de l'article sur: http://www.epochtimes.fr/front/13/5/28/n3508396.htm

  • Caractères chinois : La Grande Muraille de Chine (長城)

    Grande Muraille de Chine, Chine, caractères chinois, langue, idéogramme, histoire, culture, Unesco

    Le premier idéogramme,長, prononcé cháng, signifie : long, durable, et profond. C’est aussi un radical. Sa forme ancienne ressemblait à une personne avec de longs cheveux. Sa forme actuelle est le pictogramme d'une personne avec de longs cheveux et avec une canne.

    Le second caractère, 城 (chéng), est composé de deux parties. Le radical土 (tŭ), pictogramme d’un monticule de terre, qui réfère à la terre, au terrain, ou à des objets faits d’ argile. Le caractère 成 (chéng) signifie : terminer, achever, accomplir, ou réussir.

    Ainsi donc, 城 symbolise une réalisation accomplie en utilisant la terre ou la boue. Le caractère renvoie à une ville, une cité, ou une municipalité. Il renvoie aussi à un château, ou à une citadelle, ou encore une place entourée par les murs de la ville .

    La grande muraille de Chine est aussi appelée萬里長城 (wàn lǐ cháng chéng), littéralement : "un mur de 10, 000 miles de long ". Cette imposante construction militaire défensive mesure plus de 20,000 kilomètres, soit 12, 400 miles. La grande muraille a été désignée par l’UNESCO comme site du patrimoine mondial en 1987.

    Selon l’UNESCO, ce monument a été construit par des états et des empires successifs du 3ème siècle avant J.C, ou peut-être même encore plus tôt, à la dynastie des Ming au 17ème siècle après J.C. le long de la frontière nord de la Chine et de la frontière sud de la Mongolie.

    La structure est constituée de murs, de tours d’observation, de refuges, de pistes de chevaux, avec tout du long des forteresses et des passages.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/articles/201305/113052.html

  • Les inventeurs Chinois: Innovateurs, créatifs et plein de ressources

    Produisant presque de tout, des baguettes aux appareils électroniques de haute technologie, la Chine littéralement l'usine de la planète. Mais les manufacturiers Chinois ont souvent la réputation de copier des idées, plutôt qu'innover.

    Mais certains entrepreneurs et inventeurs démarques du lot— Le site web américain, The Atlantic, en as rassemblé quelque uns. http://www.theatlantic.com/infocus/2013/05/chinese-diy-inventions/100511/ 

    Que pouvez-vous faire avec une bicyclette? Que diriez-vous de la transformer en quelque chose qui aiderait des préposées à contrôler une chaise roulante. Vous désirez vous protéger de l'air pollué pendant que vous êtes à vélo? Cette bicyclette est muni d'un filtre à air pour aider à garder vos poumons en santé.

    Avec les inondations dans le Sud-Ouest de la Chine, cet engin hybride, à mi-chemin entre un bateau et un vélo pourrait être utile dans certaines situations. D'autres machines aquatiques on été construites par des fermiers dans l'espoir de rendre la récolte de concombres de mer un peu plus facile.

    Cet invention par-contre, n'as pas vraiment l'air d'avoir une utilité précise. Certain fermiers ont aussi construit des robots pour être utilisé sur les terres. Et combien de robots sont nécessaire pour changer une ampoule? Eh bien apparament un seul.

    Cet homme n'avait pas l'argent pour s'acheter des prothèses ou un robots, mais il est quand même parvenu à se créer des prothèses d'apparence robotique.

    Ce résident de Pékin était un peu serré dans son budget alors il as bâti sa propre maison en plein milieu de la ville. Le peuple Chinois--qui a jadis été l'inventeur du papier, du compas et de la poudre à canon, pourrais bien être en train de montrer son esprit d'entrepreneur à nouveau.
     

    Tiré de: http://www.youtube.com/watch?v=e6Wv6jQPwEU&list=UUIWw8PPP5OPNkDCLBrG9zVA&index=2

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu