Avertir le modérateur

Des révélations sur un camp de travaux forcés en Chine

Matraques électriques, gavage, travaux forcés. Ce sont les récits publiés dans le magazine Lens basé en Chine de ce qui se passe à l'intérieur du plus notoire camp de travaux forcés pour femmes : Masanjia. Des médias étrangers, dont NTD, couvrent la situation à Masanjia depuis des années, mais c'est la toute première fois qu'un média de Chine continentale ose publier de telles révélations.

Et cela corrobore les terrifiants récits de torture qui ont choqué même les plus expérimentés des spécialistes.

[Ma Yong, Chercheur, Académie des Sciences sociales chinoises] :
«  J'ai été choqué après l'avoir lu. Je n'avais jamais imaginé que de telles choses puissent avoir lieu. Au 21ème siècle, quelque chose de tel a pu arriver. Je ne sais pas trop pourquoi l'information a pu être publiée. Elle a été propagée en ligne et n'a pas été retirée. »

L'article est intitulé "Sortir de Masanjia," Il se base sur le journal écrit à la main d'une ancienne détenue Liu Hua. Une autre détenue a réussi à le faire sortir pour elle en septembre 2011, bien que ce qui est à présent arrivé à Liu Hu elle-même ne soit pas clair.

Selon l'article, les détenues de Masanjia sont forcées à travailler jusqu'à 14 heures par jour, à fabriquer des pantalons de coton et d'autres vêtements. Elles n'ont droit qu'à trois pauses toilettes par jour. Si elles se plaignent, les punitions tombent. Certaines sont forcées de rester dans des pièces minuscules, sans ventilation pendant plusieurs jours d'affilée. D'autres sont soumises aux chocs de matraques électriques, ou forcées à rester assise sur le douloureux "Banc du tigre".

Le magazine Lens est une filiale du magazine Caijing, une publication financière qui sort souvent de la langue de bois habituelle et repousse les limites du reportage au sein de la censure du régime.

Des histoires de torture à Masanjia ont commencé à paraître voici treize ans dans les médias à l'étranger. En octobre 2000, des groupes de droits à l'étranger ont rapporté que 18 détenues avaient été complètement déshabillées et jetées dans des cellules de prisonniers masculins. Elles ont été violées et au moins cinq d'entre elles sont mortes. Les femmes étaient des pratiquantes de Falun Gong.

Les violences faites au Falun Gong est un des détails clés omis par l'article de Lens, peut-être pour s'assurer que l'article ne soit pas censuré.

Depuis 1999, le régime chinois a persécuté la pratique spirituelle. En réalité, depuis 2000, ce site internet basé au USA a publié plus de 8000 articles sur la torture ayant cours à Masanjia visant entièrement les pratiquantes de Falun Gong.

[Jia Yuanliang, avocat des vétérans de l'armée ]:
«  Maintenant c'est révélé, ça ne peut plus être dissimulé. Après l'avoir appris, beaucoup de gens ont exprimé une vive condamnation à l'égard de Masanjia. Le système de camps de travaux forcés de la Chine ne convient plus à la société actuelle. Il devrait être aboli le plus rapidement possible. »

"Sortir de Masanjia" n'a jusque là pas été censuré sur l'Internet chinois. Des observateurs pensent que sa publication ouvre la voie à une dénonciation plus vaste des abus qui se poursuivent dans les camps de travail de la Chine.

Ces suspicions pourraient s'avérer correctes. Lundi, moins de deux jours après la sortie de l'article, le gouvernement provincial du Liaoning a annoncé qu'il allait mandater une équipe d'enquêteurs pour examiner les allégations à l'encontre du camp de travail de Masanjia.

Tiré de: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2013-04-09/259477104688.html

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu