Avertir le modérateur

Le départ de Google de la Chine financé par les caciques du régime

google, Chine, Bo Xilai, parti communiste chinois, régime chinoisSelon un communiqué donné par un membre officiel du gouvernement, lorsque Google a été contraint de quitter la Chine continentale, il avait été victime de la lutte de succession au sein du Parti communiste chinois (PCC). Cette information est corroborée par un télégraphe de janvier 2010, tamponné «secret» et émanant de l’ambassade des États-Unis à Pékin – information publiée par Wikileaks.

La campagne contre Google a été lancée en mars 2009, à l’Hôtel Honglou à Chongqing. Les rencontres pour le Congrès national du peuple se déroulaient au même moment. Bo Xilai, le chef du Parti dans la ville province de Chongqing avait organisé une réunion avec Li Yanhong, le président du moteur de recherche chinois Baidu, par le biais du directeur régional de Baidu à Chongqing, Jiang Zhi.

Bo Xilai était prêt à expulser Google de Chine, mais en contrepartie, il avait besoin que Baidu coopère avec les fonctionnaires de Chong-qing pour lever la censure des articles critiquant les représentants à la tête du Parti, Hu Jintao, Wen Jiabao et le futur chef présumé du parti Xi Jinping. Des articles ont été publiés à l’étranger pour donner une bonne image de l’ancien chef du Parti Jiang Zemin. Les articles ciblant Xi Jinping ont été particulièrement importants.

Lutte entre factions
Bo Xilai est un membre du PCC rattaché à la faction de Jiang Zemin, il a été impliqué pendant une dizaine d’années dans une lutte menée contre la faction de Hu Jintao et Wen Jiabao pour la domination du PCC. D’autres membres dirigeants du groupe de Jiang ont été impliqués: Zeng Qinghong, chef du Congrès National du Peuple et propriétaire de l’hôtel Honglou (c’est dans cet hôtel que Bo a rencontré Li Yanhong). Il y a aussi Zhou Yongkang, chef de la puissante Commission Politique et des Affaires Législatives (CPAL), qui contrôle de près tous les aspects de l’application des lois en Chine, et Luo Gan, chef du CPAL, supérieur direct de Zhou. Les membres du groupe de Jiang sont tous coupables des crimes contre l’humanité et de violations importantes des droits de l’homme. Selon les analystes, la lutte pour le pouvoir entre Hu et Wen a été alimentée par la crainte de voir le groupe de Jiang être reconnu coupable de ces crimes.

Après la fuite de Wang Lijun – adjoint de Bo Xilai et ancien chef de la police de Chongqing - vers le Consulat américain de Chengdu le 6 février dernier, il y a fourni des informations sur la conspiration du groupe de Jiang, pour empêcher la nomination de Xi Jinping à la tête du Parti. Bill Gertz, du Washington Free Beacon, a communiqué que selon un fonctionnaire du gouvernement américain, Wang avait fait savoir que Bo et Zhou prévoyaient de perturber la passation de pouvoir de Hu Jintao à Xi Jinping. Le site web dissident Boxun a signalé que Bo et Zhou avaient envisagé un coup d’Etat après la prise de pouvoir de Xi.

Ainsi, si Bo Xilai devenait chef du PCC, le problème du groupe de Jiang aurait été réglé. Mais Bo a été inculpé 13 fois hors de Chine pour crimes contre l’humanité et génocide en rapport avec les atrocités commises contre les pratiquants du Falun Gong. Bo et Zhou ont donc uni leurs forces dans la campagne menée contre Google, dans le but d’exploiter la guerre de l’information pour nuire à Xi et à ses alliés.

Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Le-depart-de-Google-de-la-Chine-finance-par-les-caciques-du-regime.html

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu