Avertir le modérateur

La tempête politique en Chine impose un choix

Dans la bataille qui oppose le bien et le mal, il n’y a pas de place pour les témoins. L’attention internationale a été mobilisée par les événements politiques qui se sont succédés depuis le mois de février. Dans la nuit du 6 février, le député maire de Chongqing et ancien chef de la police Wang Lijun s’est réfugié au consulat américain de Chengdu, révélant les plans du chef du parti de Chongqing Bo Xilai et le chef de la sécurité civile Zhou Yongkang qui préparaient un coup.

Un peu plus d’un mois après, Bo Xilai était renvoyé du bureau. Ensuite, les crimes commis durant la persécution du Falun Gong par Zhou Yongkang et le comité des affaires politiques et législatives (PLAC) qu’il dirigeait ont commencé à faire surface.

La semaine dernière, le célèbre avocat non voyant Chen Guangcheng échappait à une assignation à domicile dans la province du Shandong pour trouver refuge à l’ambassade des États-Unis à Pékin. La détresse de Chen était un autre exemple des sombres opérations du PLAC et a permis de focaliser encore l’attention vers la condition des droits de l’Homme en Chine.
 
Plus que des intrigues
Les médias ont souvent rapporté ces faits comme étant des luttes de pouvoir entre les hauts dirigeants au sein du parti communiste chinois (PCC), mais les choses ne sont pas si simples. Le parti communiste chinois a perpétré un nombre incalculable de crimes envers le peuple chinois au cours de ses 63 années au pouvoir.

Tout au long des cinq mille ans d’histoire de la Chine, aucune dynastie ou figure politique n’a tué autant de citoyens chinois que le parti communiste chinois. En temps de paix, le PCC a persécuté des centaines de millions de Chinois, provocant ainsi 80 millions de morts non naturelles.

Les dommages causés par le PCC au corps, à l’esprit et à la culture des Chinois ne pouvaient être pire. Les treize années de persécution du Falun Gong sont absolument horribles et provoquent la fureur du ciel et de l’humanité. Les crimes commis par le PCC contre le peuple chinois ne sont pas sans conséquences et le pouvoir du PCC est près de s’écrouler. À présent, les bonnes personnes doivent faire leur choix concernant le futur de la Chine.

Un choix
La tempête politique qui a bousculé les plus hauts niveaux du PCC résulte du refus d'assumer la responsabilité du mal commis. Le chef du parti Hu Jintao, le Premier ministre Wen Jiabao et le prochain chef du parti présumé Xi Jinping ne veulent pas être accusés de la persécution du Falun Gong commencée en 1999 par l’ancien chef du parti Jiang Zemin. Jiang Zemin, Zhou Yongkang, Bo Xilai et les autres veulent éviter d’être pris pour responsables pour les crimes qu’ils ont commis en tentant «d’éradiquer» le Falun Gong. Ils voulaient aller si loin qu’ils planifiaient un coup afin de garder le pouvoir.

Mais leur chance est passée. Tout le monde dans la société chinoise – des hauts dignitaires aux simples paysans – réprouve la persécution du Falun Gong. Les pratiquants du Falun Gong ont patiemment informé les gens en Chine en ce qui concerne la malignité de la persécution et la bonté de leur pratique. Les pratiquants de Falun Gong ont transformé la situation.

Aujourd’hui, l’histoire nous met face à un choix: continuer la persécution de millions de pratiquants innocents et celle de gens comme Chen Guangcheng, ou bien traduire les coupables en justice et protéger les droits élémentaires et le bien-être du peuple chinois.

Ce qui avait été décrit comme une guerre de pouvoir est en réalité une bataille entre le bien et le mal. C’est aussi l’occasion pour chacun de se prononcer en faveur de la moralité et de la justice ou de son contraire.

Noire prison
Celui qui livrera les persécuteurs à la justice gagnera le cœur du peuple. En regardant la vidéo de Chen Guangchen sur YouTube, le monde s’est révolté de sa situation tragique et des violations des droits de l’homme en Chine. En Chine, il y a un nombre incalculable de gens ayant subi des sorts aussi tragiques  que Chen Guangcheng.

Considérons le cas de l’avocat des droits de l’homme Gao Zhisheng, de l’activiste de la prévention du SIDA Hu Jia, de l’artiste Ai Weiwei, et de bien d’autres dont les noms et les histoires sont connus dans le monde.

Considérons les millions et millions dont les noms ne sont pas connus: les pétitionnaires, les hommes et femmes ayant une foi religieuse, les libres penseurs, les fermiers, les propriétaires de leur maison, les familles souhaitant avoir un enfant de plus et tous ceux qui ont expérimenté personnellement les méthodes de gangsters du régime et l’absence de loi du PLAC.
Considérons combien de millions de pratiquants de Falun Gong innocents ont été calomniés par la propagande du régime et ont dû subir l’incompréhension du public à cause de falsifications fabriquées par le régime telles que la soi-disant immolation de la place Tiananmen.

Considérons également comment ces mêmes pratiquants sont torturés, forcés à rejeter leur croyance, forcés à donner leurs organes – une telle atrocité n’a jamais existé dans l’histoire.

Les injustices sont partout présentes et la société chinoise est devenue une prison géante et sordide.

Le verdict de l’histoire
Qui que ce soit en haut du parti qui veut désintégrer cette prison sordide, rendre la liberté au peuple et redresser les torts, fait une bonne chose. Ceux qui veulent maintenir cette situation ou l’empirer, commettre de nouveaux méfaits, sont les premiers ennemis du peuple chinois. Dans l’antique Chine, une règle simple était reconnue: les bonnes actions sont récompensées et les mauvaises sont punies. En fait, ce principe guide l’histoire.

La hauteur de notre moralité – notre gentillesse et notre intégrité – détermine notre futur. Livrer à la justice les coupables qui sont derrière la persécution du Falun Gong est un acte de conscience et de courage qui créera un nouveau futur pour la Chine. De telles actions seront soutenues par le peuple et ceux qui les auront accomplies auront la confiance du peuple.

Tous en Chine, de Hu Jintao à Wen Jiabao et Xi Jinping jusqu’aux citoyens ordinaires ont l’opportunité de choisir de quel côté ils veulent se ranger. Les gens ont attendu trop longtemps et le verdict de l’histoire est prêt à être rendu. D’immenses changements se préparent. Cet instant dépasse les limites du politique et des révolutions. C’est le moment du choix le plus fondamental.

Le monde libre ne peut pas rester comme un témoin passif. Il doit lui aussi faire un choix. Il doit lui aussi se prononcer en faveur ou contre le peuple chinois, en faveur ou contre la moralité, pour ou contre la liberté, pour ou contre le futur.

Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-tempete-politique-en-Chine-impose-un-choix.html

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu