Avertir le modérateur

  • La censure renforcée sur Sina Weibo

    En français, l’action d’envoyer des messages sur le site populaire Twitter s’appelle «tweeter».

    En Chine, l’échange rapide de messages brefs avec une communauté d’«amis» s’appelle «microblogging» et le service le plus populaire de microblog s’appelle Sina Weibo. Contrairement à Twitter, qui est simplement interdit en Chine, Sina Weibo est toujours  sujet à la censure sur certains mots-clés, comme les termes liés à des sujets politiques ou des illustrations des répressions menées par le Parti communiste.

    Jusqu’à présent, cette censure se limitait à effacer les messages ou à fermer les comptes d’utilisateurs. Cela pourrait bientôt changer. A partir du 16 mars 2012, tous les utilisateurs de Sina Weibo seront obligés de s’enregistrer en donnant leur véritable nom et d’autres informations d’identification, si bien que leurs activités en ligne seront directement liées à leur véritable identité.

    Cette réglementation signifie des répercussions plus fréquentes dans le monde réel pour les auteurs de messages désapprouvés par les autorités du Parti.

    En plus d’enterrer définitivement l’anonymat, Sina et d’autres sociétés de microblogs verront prochainement, au sein même de leurs structures, des unités de surveillance du PCC.

    Ma Xiaoming, ancien présentateur du journal télévisé, a expliqué: «Le parti a créé ces unités de surveillance pour renforcer son contrôle et maintenir sa position en gardant un œil attentif sur les échanges d’informations».

    Les nouvelles réglementations pourraient porter un coup à l’utilisation de ces services. Selon un article sur le blog Digicha, Sina Weibo a enregistré cette année une moyenne de 2,5 millions de nouveaux utilisateurs par mois, inscrits sous leurs vrais noms. Cela représente une diminution de 85% par rapport aux 20 millions de nouveaux utilisateurs par mois en 2011, avant l'application de la nouvelle structure de censure.

    Pour avoir accès à cette information en video: http://fr.ntdtv.com/ntdtv_fra/actualite/2012-02-14/151032949462.html

  • Action d’Amnesty International pour un pratiquant du Falun Gong

    Action d’Amnesty International, pratiquant Falun Gong, camp de rééducation par le travail, droits de l'homme, Li Shanshan, Zhou Xiangyang,Les forces de sécurité du régime chinois avaient d’abord emprisonné Zhou Xiangyang en 2003 parce qu’il pratiquait Falun Gong. Il avait passé six ans dans la prison de Tianjin, près de Pékin, puis avait été libéré pour raisons médicales. Mais en mai 2011, il a de nouveau été arrêté, sans aucune accusation formelle, pour avoir défendu sa foi en public. Il a de nouveau été envoyé à la prison de Tianjin.

    L’ONG Amnesty International s’est entretenue avec des proches de Zhou Xiangyang. Selon ces derniers, lors des deux seules visites qui leur ont été autorisées, Zhou Xiangyang a déclaré avoir été régulièrement torturé. Amnesty International a lancé une action urgente, demandant au public d’écrire aux responsables de la prison pour les inciter à arrêter de violer les droits de Zhou Xiangyang.

    Sa famille craint de le voir mourir, à tout moment, à cause des tortures et de la grève de la faim qu’il a entreprise ces derniers mois.

    Li Shanshan, l’épouse de Zhou Xiangyang, est également détenue pour avoir pratiqué Falun Gong. Elle a été condamnée à deux ans de prison dans un camp de rééducation par le travail,  pour avoir fait circuler une pétition de soutien pour son mari. Cette pétition a été signée par des milliers de résidents de la ville natale de Zhou Xiangyang dans la province du Hebei.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Action-dAmnesty-International-pour-un-pratiquant-du-Falun-Gong.html

  • Mystérieux caractères chinois : 王 : Roi

    Chine, Culture chinoise, caractères chinois, apprendre le chinois, roi, trinitéLa forme du caractère simple 王 (Wang) qui signifie "roi" a peu changé à travers les âges. Composé du nombre trois (三, san) relié par une ligne verticale, il représente celui qui reliait la Grande-Trinité de 天 (tiān, le ciel), 地 (dì, la terre) et 人 (rén, l'humanité). Les érudits savent que c’était le symbolisme originel, parce Dong Zhongshu (179-104avant JC), qui, en tant que ministre en chef dans la dynastie des Han de l'Ouest (206-8 après JC), fût en partie responsable de l'établissement du confucianisme comme orthodoxie d'État, a déclaré dans son traité Comment la Voie du Roi rejoint la Trinité : “Ceux qui dans les temps anciens ont inventé l'écriture ont tiré trois lignes et les ont connectées par le milieu, appelant le caractère “roi ”. Les trois lignes sont le Ciel, la Terre et l'humanité et celui qui passe par le milieu rejoint le principe des trois. "

    Avant le 3ème siècle avant JC, la Chine était divisée en un certain nombre d'états rivaux gouvernés par des rois. Les rois de Shang, la plus ancienne dynastie historique, étaient essentiellement des prêtres, dont chaque acte était précédé par la divination et des sacrifices, offerts principalement aux ancêtres Shang. Ces ancêtres étaient considérés comme des divinités puissantes, qui seuls pouvaient intercéder auprès du dieu puissant Di ou Shang Di, au nom des humains. Ce sont ces rites de divination qui ont produit les grandes quantités d’"os oracle", où étaient inscrits les premiers caractères chinois existants.

    Les états de la Chine ont finalement été réunis sous le premier empereur, Qin Shi Huang, dont le règne a commencé en 221 avant JC. Ce nouveau rôle d’ "empereur", s'apparentait à un “grand roi” et l’idéogramme chinois qui signifie “empereur (皇, Huang)", était à l’origine composé du radical pour "roi" et de celui pour "début".

    On considérait que les dirigeants chinois gouvernaient l'humanité au nom des cieux, qui contrôlaient tous les phénomènes terrestres et célestes. Les catastrophes naturelles étaient, par conséquent, interprétées comme un jugement des dirigeants par les cieux. Dans le passé, les inondations, les tremblements de terre et les sécheresses pouvaient être considérés comme annonciateurs d'un changement de dynastie. Le fait que le terrible tremblement de terre de Tangshan en 1976 ait eu lieu la même année que la mort de trois dirigeants communistes a été largement considéré comme davantage qu'une coïncidence.

    Tiré de: http://fr.clearharmony.net/

  • Visite de Stephen Harper en Chine

    Le Premier Ministre canadien Stephen Harper était en visite en Chine la semaine dernière, pour parler d'exportation et de commercialisation du pétrole canadien. Ce voyage marque un changement dans l'attitude du Canada envers la Chine. Bien que le Canada garde une position très ferme envers le non-respect des droits de l'homme en Chine, les relations économiques entre les deux pays devraient se renforcer avec cette visite.

    Tiré de: http://www.youtube.com/user/NTDFrench/featured

  • Lutte de pouvoir mouvementée aux plus hauts rangs du parti communiste chinois

    Arrestation du chef de la police de Chongqing, Lutte de pouvoir, Chine, Wang Lijun, Bo Xilai, arrestation d’un membre du parti communiste chinois, corruption maire adjoint de Chongqing, prélèvement d’organes, pratiquants de Falun Gong, Hu JintaoL’arrestation du chef de la police de Chongqing suggère que le secrétaire général du parti communiste de la ville est en péril

     

    Une onde de choc a été déclenchée dans les milieux politiques chinois par l'arrestation de Wang Lijun. Le 2 février, Wang a été démis de son poste de chef de la police et maire adjoint de Chongqing dans le Sichuan. Des rumeurs sur internet déclarent que Bo Xilai, l’ancien supérieur de Wang Lijun, l’ayant promu et confié des tâches importantes, s'était rapidement distancé de lui avant que la Commission centrale du Contrôle de Discipline ne décide d'enquêter sur Wang Lijun.

    Wang Lijun a été le bras droit de Bo Xilai et a été en charge de lutter contre la mafia locale. Après que Bo Xilai ait été nommé secrétaire général du parti communiste de la ville de Chongqing en décembre 2007, il a fait venir Wang Lijun depuis Jinzhou dans la province nord-est de Liaoning jusqu’à Chongqing en juin 2008. Avec l'aide de Wang Lijun, Bo Xilai s’est débarassé l'ancien réseau officiel de Chongqing, la plupart étaient d’anciens fonctionnaires du précédent secrétaire du parti communiste, sous couvert de lutte contre la mafia.

    Dès son arrivée Bo Xilai s'était appuyé sur Wang Lijun. Si Bo Xilai avait pu devenir membre du Comité permanent du Bureau politique du Comité central, il aurait certainement gardé Wang Lijun avec lui. En d'autres termes, n’ayant pu protéger Wang Lijun, il est peu probable qu’il puisse se protéger dans les prochains jours.

     

    Les dangereuses erreurs faites par Bo Xilai

    Tout le monde sait que Bo Xilai n’était pas en bons termes avec d'autres hauts fonctionnaires du parti communiste chinois (PCC). Le 11 juin 2011, Bo avait conduit 500 membres d'une « troupe de chant rouge » - entendez des chants communistes -, pour effectuer une représentation à Pékin. Aucun des neuf membres du Comité permanent du Bureau politique du Comité central, ne se sont présentés. Bo Xilai a fait une grosse erreur en montrant à son insu au peuple chinois la façon dont il était isolé des fonctionnaires de haut niveau.

    Après son retour à Chongqing, le 5 octobre, il a publié la calligraphie d’une signature de Deng Ken, le frère cadet de Deng Xiaoping, sur la première page du quotidien Chongqing (le Chongqing Daily), comme un moyen d'indiquer le soutien de Deng sur sa personne.

    Le lendemain, il a publié une interview exclusive de Hu Jinxing, le cousin de l'actuel dirigeant chinois Hu Jintao, à la deuxième page du Chongqing Daily. Dans l'interview, Hu Jinxing louait avec emphase les réalisations de Bo Xilai. Bo Xilai faisait ici sa deuxième erreur. Apparemment il n'avait pas pu obtenir le soutien de Hu Jintao, alors il était allé le demander à Hu Jinxing.

    Le 10 novembre, tandis que Hu Jintao était à Hawaï pour assister à la réunion de l'APEC, Bo Xilai a effectué des manœuvres militaires de grande envergure à Chongqing. Ce fut la troisième erreur de Bo Xilai et cela exposait sa détermination et son intransigeance par rapport au pouvoir. Alors que Hu était hors de Chine, Bo Xilai a voulu lui montrer sa capacité à mobiliser son armée. Peu importe comment le PCC fait l'éloge de Bo Xilai dans sa lutte contre la corruption, Hu n’avait pas peur de lui comme d’un rival. Mais cette fois, Bo Xilai a envoyé le message qu'il avait assez de capacités et la détermination de faire un coup d'état militaire. À ce stade, il était inévitable que les deux parties mettent toutes leurs cartes sur la table.

    Beaucoup de gens peuvent ne pas avoir remarqué le rapport de l’agence de presse Xinhua le 15 janvier qui était révélateur. Deux hauts responsables militaires Xu Caihou et Guo Boxiaong - vice-présidents du Comité militaire central - et Li Ji'nai - directeur du Département politique général de l’armée de Libération du peuple - ont déclaré que l’armée chinoise devaient «suivre le commandement du président Hu Jintao. ». Ils ont également ajouté que leur déclaration était faite pour assurer que le 18e Congrès national du PCC soit un succès et que l’armée devait, à tout moment, dans n'importe quelle circonstance, écouter le commandant en chef des armées Hu Jintao.

    Après que le déploiement militaire ait été terminé, le 2 février, Wang Lijun a été démis de ses fonctions en tant que chef de la police et maire adjoint de Chongqing.

     

    Alliance brisée et chute rapide

    Si nous analysons la succession des évènements de façon chronologique, il est possible de proposer une hypothèse. Hu Jintao avait déjà décidé de se débarrasser de Bo Xilai, et il a envisagé de cibler Wang Lijun en premier. Si Bo Xilai s’était opposé pour protéger Wang Lijun, en se couvrant l’un et l’autre, ils auraient pu avoir encore une chance de lutter contre Hu Jinatao. Mais Bo Xilai fait partie de ceux qui trahissent si rapidement et facilement, qu’il a immédiatement abandonné Wang Lijun pour se protéger lui même.

    Wang Lijun savait qu’il était en danger de mort dès qu’il serait abandonné par Bo Xilai, parce qu'il était au courant de trop de ses secrets. Alors la seule solution qu’il avait pour se protéger, était de s’enfuir de Chongqing.

    Le 9 février, Victoria Nuland, le porte-parole du Département d'État américain, a confirmé que Wang Lijun avait rencontré les agents consulaires des États-Unis à Chengdu. Wan Lijun savait très bien qu'il était impossible pour le consulat des États-Unis de lui accorder l'asile politique. Il est alors très probablement allé au consulat pour faire une scène et attirer l'attention sur lui. En quittant Chongqing et en restant assez longtemps dans le consulat des États-Unis, Wang Lijun assurait sa sécurité, et gagnait un peu de temps avant que Pékin n’intervienne.

    Plusieurs organes de presse hors de Chine, ont signalé que le maire de Chongqing, Huang Qifan, était descendu à Chengdu avec 70 véhicules de police pour tenter d'enlever Wang Lijun et le ramener à Chongqing. Cependant, c’est le comité de discipline du Parti communiste chinois qui a arrêté Wang Lijun. Wang Lijun a  été transféré à Beijing à partir de l'aéroport Shuangliu de Chengdu le 8 février dans la matinée. Il affirmait dans une lettre ouverte signée de son nom, qu'il allait engager une lutte à mort contre Bo Xilai, après sa trahison.

    Même si Bo Xilai est un membre du Bureau politique du Comité central du PCC, cela ne peut pas garantir sa propre sécurité. Chen Xitong, ancien secrétaire du parti de Pékin, et Chen Liangyu, ancien secrétaire du parti de Shanghai, ont tous les deux été limogés à la suite d'un scandale de corruption, bien que la véritable raison de leur chute ait été très probablement les querelles politiques internes du parti.

    La fin qui attend Bo Xilai est bien pire que de ne plus être au Comité permanent du Bureau politique. Parce que Bo Xilai a fait ses preuves dans la cruauté et le vice, qu’il n'a pas d'alliés dans le cercle supérieur du parti, et qu’il a essayé de survivre au sein du PCC tout en brisant les règles, elles mêmes corrompues, du PCC. Il n’est pas surprenant de voir sa carrière politique prend une telle tournure ou de le voir arrêté prochainement après cet incident.

    The Epoch Times a rapporté le 8 février: «Selon une fuite de câbles diplomatiques américains sur Wikileaks, lorsqu'il était encore ministre du Commerce, Bo Xilai a été écarté pour le poste de vice-Premier ministre au moment où il a été battu par Wen Jiabao lors du 17e Congrès, ceci en raison des poursuites judiciaires internationales déposées contre lui par des pratiquants de Falun Gong à travers le monde. Bo Xilai avait été rétrogradé au rang de secrétaire du parti de la ville de Chongqing, ce qui correspondait à la dernière étape de sa carrière politique », déclarait le câble.

    Bo Xilai a en effet brutalement persécuté les pratiquants de Falun Gong en tant que maire de la ville de Dalian, gouverneur du Liaoning et ministre du Commerce, Wang Lijun ayant toujours été son homme de main le plus actif. Ils ont tous les deux commis une série de crimes contre l'humanité avec les prélèvements d'organes systématique sur les pratiquants de Falun Gong.

    Leur chute a lieu dans le cadre de luttes politiques au sein du parti, mais montre aussi la rude rétribution de la justice pour les torts qu'ils ont fait contre les pratiquants de Falun Gong et contre d’autres, torts qui leur avaient permis de gravir les échelons dans les rangs du PCC.

    Tiré de: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Lutte-de-pouvoir-mouvementee-aux-plus-hauts-rangs-du-parti-communiste-chinois.html

  • La seconde lettre de Geng He à Gao Zhisheng

    Gao Zhisheng, avocat chinois, Chine, droits de l'homme, liberté, chrétiens, Falun gong«Zhisheng, Je t’ai envoyé ma première lettre à la nouvelle année, l’as-tu reçue?
    L’année du Dragon arrive maintenant. Bien que nous vivions aux États-Unis, nous pouvons sentir l’atmosphère du Nouvel An chinois. Toutes sortes de poèmes chinois, de lanternes et d’autres objets ont été installés sur les étagères des supermarchés pour célébrer le Nouvel An. En voyant toutes ces festivités, j’ai l’impression d’être en Chine, mais un bref instant, car je réalise tristement que je suis aux États-Unis, seule avec nos enfants, sans aucun membre de notre famille et sans toi.

    C’est le quatrième Nouvel An chinois où nous sommes séparés. Je me souviens il y a cinq ans, le 15 août, quand la police a soudainement surgi dans notre maison. J’étais terrifiée, je ne savais pas ce qui se passait. Quand j’ai appris que tu avais été enlevé par la police, je ne savais plus quoi faire. Sans toi, ma vie n’avait plus de sens. En plus de cela, j’ai dû vivre sous la surveillance de la police.

    Au fil du temps, ma capacité auditive était devenue extraordinaire. Je pouvais reconnaître les pas des personnes vivant dans notre immeuble, du rez-de-chaussée au sixième étage quand elles montaient les escaliers. Je pouvais reconnaître des pas étrangers, spécialement ceux de la police. Encore maintenant, quand j’entends des pas dans le couloir, je suis encore tendue et apeurée.

    À chaque instant, j’ai été inquiète au sujet de ta sécurité et de ta vie. En tant qu’avocat, tu as perdu ta propre sécurité et ta liberté pour défendre le droit des autres. Quel monde est-ce donc!

    Je me suis enfuie vers les États-Unis avec nos enfants en mars 2009, je suis venue dans ce pays libre. Les États-Unis sont vraiment comme les gens le disent: un pays libre béni par les dieux. C’est le paradis sur terre. Bien que nous, nous soyons dans un pays libre, toi tu es enfermé dans une prison, privé de ta liberté. Nous ne pouvons ni te parler, ni t’écrire librement, ni te voir. Bien que nous vivions au paradis, nous ne sommes pas heureux. Quand je sais où tu te trouves, mon cœur est désespéré.

    Cette fois-ci, ils t’ont emmené dans la région de Xinjiang, où la langue et la culture sont des barrières pour toi. Ils veulent t’affaiblir en t’isolant. Aujourd’hui j’espère seulement que tu pourras recevoir nos lettres et nos cartes dans la prison de cette petite ville si lointaine.

    J’espère aussi que toutes les personnes qui te soutiennent, t’enverront des lettres avec leurs bénédictions à chaque Noël, chaque Nouvel An, chaque célébration et chaque fête. Je sais que ces courtes lettres et ces cartes t’apporteront la bénédiction éternelle, le soutien et l’énergie de combattre ton douloureux isolement.

    Zhisheng, nous pouvons nous réunir en rêve. Le jour viendra où tu seras libre, et où nous serons enfin réunis. Je te joins une photo de notre fils. Je ferais de mon mieux pour partager avec toi chaque moment de sa vie.»


    Gao Zhisheng est un avocat autodidacte qui s’est battu contre le régime chinois en défendant les chrétiens et les pratiquants de Falun Gong. Depuis 2006, Gao a été à maintes reprises enlevé et détenu par les autorités chinoises et a subi les plus cruelles tortures. Personne n’a de nouvelles de lui depuis avril 2010. En décembre 2011, le régime chinois annonçait que Gao était condamné à trois ans de prison et incarcéré à la prison de Shaya dans la province occidentale lointaine de Xinjiang.

    Le frère de Gao, Gao Zhiyi, et plusieurs membres de sa famille, ont fait plus de 3.200 kilomètres jusqu’à Shaya, mais les autorités pénitencières ont refusé de les laisser voir Gao. L’agence de presse Associated Press écrivait le 10 janvier que les proches de Gao rapportaient qu’il subissait une «période de rééducation» de trois mois, communément connue sous le terme de programme de lavage de cerveau du parti communiste chinois.

    La récente condamnation de trois ans, originellement imposée à Gao pour «incitation à la subversion du pouvoir de l’État» en décembre 2006, avait été suspendue avec une période de mise à l’épreuve de cinq ans. Son actuelle condamnation est maintenant appliquée au motif que Gao a violé les termes de sa probation.

    Le cas de Gao a attiré l’attention internationale et la condamnation des États-Unis et des gouvernements européens. La porte-parole du Département d’État des États-Unis, Victoria Nuland, a annoncé que les États-Unis étaient «profondément déçus» de cette nouvelle condamnation et demandaient que Gao soit libéré immédiatement.

    Tiré de:www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/La-seconde-lettre-de-Geng-He-a-Gao-Zhisheng.html

  • Sagesse antique sur le bonheur

    Lao Tseu, sagesse chinoise, trouver sa voie, trouver son chemin, Tao, clé du bonheur, apprendre à aimer la vie

    Sois content de ce que tu as;

    Réjouis-toi de la façon dont les choses sont.

    Lorsque tu te rendras compte que rien ne manque,

    Le monde entier t'appartiendra.

    - Lao Tseu -
  • Sunzi et L’Art de la guerre

    Sunzi, Sun tse, l'art de la guerre, Chine, philosophie militaire,stratégie et management,royaume, histoire chinoise Sunzi, aussi connu sous le nom de Sun Zi ou Sun Tzu, était dans l’histoire chinoise un militaire, général et stratège de haut rang. Il a été considéré comme le grand professeur de stratégie et de management de tous les temps.

    Le vrai nom de Sunzi était Sun Wu et il est né en 535 av. J.-C. Il était, à l’origine, un noble du royaume de Qi de la dernière période du Printemps et de l’Automne. Après l’éclatement des guerres au royaume de Qi, il s’est enfui vers le royaume de Wu et vécut une vie de réclusion en se dévouant exclusivement à l’étude de l’art de la guerre. L’Art de la guerre est un traité militaire chinois de valeur qui a été attribué à Sunzi qui servait en tant que général auprès du Roi du royaume de Wu.

    Un jour le Roi convoqua Sunzi et lui dit: «Vous avez écrit quinze chapitres sur l’Art de la guerre et il semble que la théorie de chaque chapitre est presque parfaite. Quoiqu’il en soit c’est une théorie et personne ne sait si toutes les théories peuvent être mises en pratique».

    Sunzi répondit au Roi: «Pouvez-vous envoyer quelqu’un et me permettre de démontrer mes théories? Ensuite vous pourrez comprendre l’art de la guerre». Le Roi donna alors immédiatement l’ordre d’envoyer dans son palais 180 domestiques qui devaient se comporter comme des militaires. Sunzi les divisa d’abord en deux équipes et assigna deux concubines, qui étaient parmi les favorites les plus appréciées du Roi, pour être les capitaines de chaque équipe.

    Au début de l’exercice, ces domestiques ne l’ont pas pris sérieusement et n’ont pas exactement suivi les instructions que Sunzi leur transmettait. En conséquence, bien que de façon répétitive il ait clairement donné des explications aux domestiques, l’exercice reflétait la confusion.

    Encore et encore, Sunzi demanda aux domestiques de ne pas prendre ces exercices comme un jeu et les avertit de ne pas faire de fautes sinon ils risqueraient d’être punis par la loi militaire. Après que l’exercice ait recommencé une nouvelle fois, les domestiques riaient toujours et ne prêtaient pas plus attention à Sunzi.

    Sunzi regarda avec colère les capitaines et leur dit: «Toutes les deux en tant que capitaine vous n’avez pas respecté vos obligations de supervision et vous devez accepter la sanction». Alors sur ordre militaire, les concubines furent exécutées. Ayant perdu deux concubines, le Roi n’était pas d’humeur à étudier l’exercice. Sunzi se trouva fort désappointé et dit au Roi: «donc vous vouliez juste vous battre seulement sur le papier et n’aviez pas l’intention de rectifier l’armée».

    Le Roi fut éclairé par Sunzi et comprit qu’il avait en effet un talent exceptionnel pour l’art de la guerre. Alors Sunzi fut nommé général et a par la suite conquis l’Ouest des Chu et le Nord de la Terre du milieu.

    Au cours de sa vie, Sunzi non seulement accomplit des exploits militaires illustres, mais transmit de précieuses théories de l’art militaire et tout spécialement le traité L’Art de la guerre qui est composé de seulement treize chapitres et 5.000 mots qui reflètent pleinement sa pensée militaire.

    Lire la suite sur: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Arts-et-cultures/Sunzi-et-LArt-de-la-guerre.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu