Avertir le modérateur

Le régime chinois sacrifie son peuple au développement économique


1. Appuyer sa crédibilité sur le dur labeur des autres

La revendication de légitimité du PCC réside dans le développement économique des quelques 20 dernières années. Mais en réalité, c’est le peuple chinois qui a progressivement atteint ce développement lorsque l’étau du PCC s’est un peu desserré et cela n’a donc rien à voir avec le propre mérite du PCC. Malgré tout, le PCC a revendiqué ce développement économique comme étant sa propre réussite, exigeant qu’on lui en soit reconnaissant. Il espère que les gens vont croire qu’aucun de ces développements économiques n’aurait pu avoir lieu sans lui. Nous savons tous que des pays non communistes sont parvenus à une croissance économique plus rapide il y a déjà longtemps.

Lorsque des athlètes gagnent des médailles d’or olympiques, ils doivent remercier le Parti. Le Parti n’a pas hésité à utiliser l’image fabriquée d’une « grande nation du sport » pour faire son propre éloge. La Chine a fortement souffert de l’épidémie du SRAS, mais le People’s Daily a plusieurs fois rapporté que la Chine avait vaincu le virus « en se conformant à la théorie, à la ligne de conduite, aux principes et à l’expérience du Parti ». Ce sont des professionnels en science astronautique et en technologie qui ont réalisé le lancement du vaisseau spatial Shenzhou-V mais le PCC a utilisé cet événement pour démontrer que seul le PCC pouvait hisser les Chinois au rang des grandes puissances du monde. Quant à l’obtention des Jeux Olympiques 2008 par la Chine, ce sont en réalité les pays occidentaux qui ont offert un « rameau d’olivier » à la Chine pour l’encourager à respecter les droits de l’homme. Le PCC l’a utilisé pour rehausser sa prétention à la légitimité et comme prétexte pour réprimer le peuple chinois. Le « grand marché potentiel » chinois, que recherchent les investisseurs étrangers, provient du pouvoir de consommation de la population chinoise qui atteint 1,3 milliard de personnes. Le PCC a détourné ce crédit à son avantage et le transforme en arme pour contraindre les pays occidentaux à coopérer selon des règles imposées par le PCC.

Le PCC attribue tout ce qui est mauvais aux forces réactionnaires et aux mobiles cachés d’individus et il met tout ce qui est positif au crédit des dirigeants du Parti. Le PCC va utiliser la moindre petite réussite pour rendre plus attrayante sa prétention à la légitimité. Le Parti peut même utiliser et détourner les erreurs qu’il a commises pour servir ses objectifs. Par exemple, lorsqu’il n’a plus pu cacher la vérité sur l’épidémie du Sida, le PCC s’est soudainement créé une nouvelle identité. Il a soigneusement mobilisé sa machine de propagande, utilisant tout le monde - des acteurs connus au Secrétaire du Parti - pour faire passer le principal responsable, le PCC lui-même, comme un bienfaiteur des malades, un ennemi du Sida et un combattant de la maladie. En se confrontant à cette grave affaire de vie et de mort, tout ce que le PCC a trouvé de mieux à faire a été de profiter du sujet pour se glorifier lui-même. Seuls des manipulateurs aussi vicieux que le PCC sont capables de comportements aussi impitoyables et imprudents, tirant sournoisement profit de tout et trahissant ainsi une indifférence totale pour la vie humaine.

2. Les désavantages économiques d’une vision à court terme

Faisant face à une sérieuse « crise de légitimité » le PCC a mené des politiques de réformes et d’ouverture dans les années 1980 afin de se maintenir au pouvoir. Son avidité à obtenir des succès rapides a mis la Chine dans une position désavantageuse qualifiée par les économistes de « malédiction du retardataire ».

Les concepts de « malédiction du retardataire » ou « avantage du retardataire », comme disent d’autres intellectuels, fait référence au fait que les pays en voie de développement, qui entament tardivement le développement, peuvent imiter les pays développés dans beaucoup d’aspects. L’imitation peut prendre deux formes : imiter le système social ou imiter les modèles technologiques et industriels. Imiter un système social est généralement difficile, car la réforme de ce système met en danger les intérêts acquis par certains groupes sociaux ou politiques. C’est pourquoi les pays en voie de développement sont enclins à imiter la technologie des pays développés. Bien que l’imitation technologique puisse générer une croissance économique à court terme, il peut en résulter beaucoup de risques cachés ou même un échec du développement à long terme.

C’est précisément la « malédiction du retardataire », un chemin vers l'échec, que le PCC a suivi. Durant les deux dernières décennies, « l’imitation technologique » de la Chine a mené à certaines réussites, dont le PCC a tiré profit pour justifier sa légitimité et pour continuer à rejeter des réformes politiques qui ébranleraient ses propres intérêts. Ainsi les intérêts à long terme de la nation ont été sacrifiés.

Extrait des 9 commentaires sur le Parti Communiste chinois: http://ninecommentaries.com/

Lire la suite: http://www.lagrandeepoque.com/LGE/9-Commentaires-sur-le-P...

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu