Avertir le modérateur

  • STOP aux prélèvements d'organes forcés en Chine

    David Kilgour, ancien procureur de la couronne et ex-secrétaire d'État pour l'Asie-Pacifique
    David Kilgour, ancien procureur de la couronne et ex-secrétaire d'État pour l'Asie-Pacifique, à une conférence de presse sur la Colline parlementaire pour le lancement du livre Bloody Harvest, un nouveau livre sur les prélèvements d'organes forcés sur des prisonniers de conscience du Falun Gong en Chine. M. Kilgour est coauteur de ce livre avec l'avocat David Matas. (Samira Bouaou/La Grande Époque)

    Harper exhorté d'aborder les prélèvements d'organes forcés en Chine

    OTTAWA – Les auteurs d'un nouveau livre sur les prélèvements d'organes forcés sur des prisonniers de conscience du Falun Gong en Chine exhortent le premier ministre, Stephen Harper, à soulever la question auprès des autorités chinoises lors de son voyage en Chine.

    David Matas et David Kilgour, qui ont coécrit Bloody Harvest: The killing of Falun Gong for their organs, ont été joints par les députés Borys Wrzesnewskyj et James Lunney en conférence de presse à Ottawa dernièrement lors du lancement de leur livre.

    M. Wrzesnewskyj et M. Lunney représentaient Parliamentary Friends of Falun Gong (PFOFG), un groupe de députés de différents partis et de sénateurs prêtant leur appui aux pratiquants de la discipline spirituelle souffrant d'une décennie de persécution en Chine communiste.

    «J'encouragerais le premier ministre à aborder la question», a déclaré M. Matas, un avocat spécialisé en droits de l’homme de niveau international et récipiendaire de l'Ordre du Canada en 2008.

    «Ceci n'est pas seulement notre préoccupation. C'est aussi une préoccupation des Nations Unies.»

    L'enquête qu'il a menée avec M. Kilgour, ancien procureur de la couronne et ex-secrétaire d'État pour l'Asie-Pacifique, conclut qu'après le début de la persécution du Falun Gong en 1999, le régime chinois a commencé un commerce d'organes illicite. Des dizaines de milliers de pratiquants du Falun Gong emprisonnés auraient été tués dans le but de prélever leurs organes pour alimenter le marché des transplantations.

    M. Kilgour et M. Matas avaient publié auparavant deux rapports sur leurs découvertes, le premier en juillet 2006 et le deuxième en janvier 2007.

    Depuis, les rapporteurs de l'ONU sur la torture et sur l'intolérance religieuse ainsi que le Comité de l'ONU contre la Torture ont pressé la Chine pour qu'elle s'explique sur l’écart entre ses nombreuses transplantations et la source des organes.

    Avec des dons quasi absents et un système national de don d'organes qui a vu le jour seulement récemment, en août 2009, le régime affirme qu'il s'approvisionne en organes presque entièrement de prisonniers exécutés.

    «Le problème avec cette affirmation est que la peine de mort a été assez constante avant et après le début de la persécution. Par contre, le nombre de transplantations a connu une augmentation fulgurante après le début de la persécution», affirme M. Matas.

    «Il y a environ 41 500 transplantations d'organes non expliquées survenues entre l’année 2001 et l’année 2006 environ. Les pratiquants de Falun Gong fournissent beaucoup de ces organes... involontairement», a déclaré M. Kilgour.

    Il a noté que selon un rapport du gouvernement américain, au moins la moitié des détenus dans les camps de travail forcé chinois sont des pratiquants de Falun Gong.

    «Le Canada et d'autres pays devraient interdire les exportations résultant du travail forcé en introduisant une loi qui oblige tous les importateurs à prouver que les marchandises ne sont pas produites par des esclaves», a-t-il ajouté.

    Comme ces prisonniers sont la source des organes, M. Matas a suggéré que M. Harper demande à la Chine de conclure un accord rejetant toute importation au Canada de produits fabriqués par le travail forcé. De plus, il doit y avoir la garantie que l'accord est applicable en permettant l'inspection de ces camps de travail.

    M. Matas affirme que les États-Unis ont déjà un tel accord avec la Chine, mais qu'il n'est pas appliqué, les Américains n'ayant toujours pas la permission d'inspecter les camps.

    M. Wrzesnewskyj met le problème en perspective en tant que consommateur. «Sachant ce que je sais, quand je prends un produit et que je vois l'étiquette Made in China, il y a un malaise», dit-il.

    «Vous ne pouvez pas garder ces choses cachées... Partout, quand des gens convenables prendront ces produits de consommation et qu'ils verront cette étiquette, ils auront ce même genre de malaise qui affectera la Chine de milliers de façons qu'on ne peut peut-être pas quantifier.»

    Quant aux responsables canadiens qui négocient des accords commerciaux avec la Chine, il demande : «Comment pouvez-vous avoir confiance en un pays qui s'engage dans ce genre de crime terrifiant contre son propre peuple? Comment pouvez-vous avoir confiance en eux dans vos relations lorsqu' ils font l'acquisition de compagnie de ressources [naturelles] majeures?»

    Autant que le Canada voudrait augmenter les échanges commerciaux et avoir une relation saine avec la Chine, «lorsque ces questions sont aussi cruciales, cela remet en cause toutes ces relations potentielles», commente M. Wrzesnewskyj.

    Le livre de Kilgour-Matas inclut des recommandations pour la Chine, les États étrangers, les professionnels médicaux et les compagnies pharmaceutiques sur les lois et autres moyens pour empêcher les prélèvements d’organes.

    Une des recommandations est d'adopter une loi extraterritoriale qui rendrait illégal de voyager dans un autre pays pour acheter une transplantation d’un organe obtenu sans consentement.

    Ce «tourisme axé sur la transplantation» n’est un crime nulle part au monde actuellement, mais M. Wrzesnewskyj a proposé un projet de loi au Parlement canadien qui en ferait un crime extraterritorial.
    M. Kilgour compte proposer ce projet de loi au Parlement européen comme modèle pour l’Union européenne.

    «Le noyau des violations des droits de l’homme en Chine»
    Le PFOFG a organisé le lancement du nouveau livre de Kilgour-Matas dernièrement sur la Colline parlementaire, le premier évènement organisé par le groupe depuis sa fondation le mois dernier.

    M. Lunney a fait un rapprochement entre la persécution et le prélèvement d’organes sur les pratiquants de Falun Gong et l’Holocauste, tandis que malgré les signes, les avertissements et les sonnettes d'alarme, «cette monstruosité s'est poursuivie pendant une période avant qu'elle ne soit révélée et comprise».

    «Nous espérons que ce lancement de livre aura un grand effet et passera le message que nous ne pouvons nous permettre d’être silencieux», a-t-il ajouté.

    Le lancement du livre a accueilli un grand nombre de personnes. L’évènement était animé par le député Bill Siksay, président de PFOFG. Étaient aussi présents, M. Wrzesnewskyj, vice-président du groupe, les directeurs et députés Scott Reid et Rob Anders, ainsi que les membres et députés James Lunney et Irwin Cotler.

    Le livre comprend deux parties. La première partie présente les statistiques actuelles et analyses factuelles qui mettent à jour le rapport. La deuxième partie traite des réponses que les auteurs ont reçues et de leurs efforts pour mettre fin aux abus. Il contient aussi une explication philosophique et analytique du pourquoi de la persécution du Falun Gong et comment elle a débuté ainsi que la façon dont les auteurs entrevoient l'avenir.

    Le livre dit aux dirigeants mondiaux et aux gens concernés : «Réglez la persécution du Falun Gong et tous les autres groupes qui sont victimes en bénéficieront.»

    Les auteurs fournissent de nombreux détails. Ils rapportent que les meurtres arbitraires documentés et les disparitions de pratiquants de Falun Gong excèdent annuellement de loin le total des victimes de n’importe quel autre groupe. Le Falun Gong représenterait les deux tiers des victimes de torture et la moitié des gens dans les camps de travail forcé. Les pratiquants de Falun Gong et les prisonniers condamnés à mort seraient les seules victimes tuées pour leurs organes.

    Le livre parle de «ceux qui essaient de plaire à la Chine» et qui sont «en conflit» et ainsi «se compromettent moralement». «Ils sont silencieux parce qu’ils ont de la famille, une carrière, des intérêts sociaux, financiers ou commerciaux qui seraient compromis en confrontant les malfaiteurs […] Ils font passer leurs intérêts personnels avant la prévention de crimes graves.»

    Il y a aussi ceux qui ne savent pas, écrivent les auteurs. C’est ainsi parce que le régime chinois perpétue une campagne internationale de harcèlement, d'intimidation, d’espionnage, de désinformation et de propagande contre le Falun Gong. Entre-temps, le régime fait tout en son possible pour bloquer les informations contraires.

    Pour mettre fin à l’indifférence de ceux qui ne savent pas, les auteurs recommandent «d'entreprendre tous les efforts pour proclamer la vérité sur ce qui se passe [en Chine], ne pas avoir confiance en ce qui est dit par le gouvernement chinois à propos de ses victimes et ne rien répéter de ce qu’il dit contre leurs victimes à moins que cela soit vérifié».

    «En faire moins signifie contribuer à la persécution en Chine», déclarent-ils.

    Ultimement, «En matière de stratégie et de principe, exprimer de l’inquiétude au sujet des violations des droits de l’homme devrait être motivé en premier lieu par la condamnation de la pire violation [...] S'opposer aux violations des droits de l’homme en Chine tout en restant silencieux au sujet des victimes du Falun Gong revient à fermer les yeux sur le noyau des violations des droits de l’homme en Chine.»

    Tiré de The Epoch Times:

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Header/Harper-exhorte-daborder-les-prelevements-dorganes-forces-en-Chine/Page-2.html

  • Pollution en Chine

    greenpeace chine.jpg
    Des activistes de Greenpeace en Chine étendent une banderole condamnant l'utilisation du charbon. (AFP PHOTO/Frederic J. BROWN)Pollution de la rivière des Perles: rapport accablant de Greenpeace

    D’après un rapport récent de Greenpeace, la célèbre rivière des Perles, la troisième plus longue en Chine, contient des taux de pollution très élevés. Des usines du sud de la Chine déversent des déchets industriels toxiques dans la rivière, qui est la principale source d’eau potable pour 4,7 millions d’habitants de son delta, notamment ceux de Hong Kong, Macao, et Guangzhou.

    L’organisation environnementale dit avoir analysé des échantillons durant sept mois, surveillant plus de 60 usines de huit villes dans la région et les zones en amont. «Une grande variété de substances toxiques» ont été décelées dans les échantillons, notamment de forts taux de béryllium, de cuivre et de manganèse. Le taux de béryllium est en moyenne 25 fois plus élevé que la norme locale et le taux de cuivre 12 fois plus.

    On a retrouvé également de nombreux composés organiques toxiques notamment un ignifugeur bromé qui perturbe le système hormonal et affecte le système nerveux ; du bisphénol-A qui réduit la fertilité; du dichlorométhane qui provoque des mutations génétiques et des cancers; et des phénols alkyl qui réduisent la production de sperme et provoquent des spermatozoïdes anormaux. Ces substances sont des poisons lents pour les hommes et l’environnement car ils sont difficiles à détruire et se concentrent au fil de la chaîne alimentaire.

    Quatre des cinq entreprises incriminées dans ces pollutions sont hongkongaises, et deux sont cotées en bourse à Hong Kong. «Nos découvertes ne sont que la pointe de l’iceberg», soupire un des membres de l’expédition de Greenpeace en Chine, Chan Yu-Hui.

    «La pollution de l’eau dans d’autres régions en Chine est également très alarmante. Une entreprise sur deux du delta de la rivière des Perles est hongkongaise, et beaucoup d’entre elles sont cotées en bourse. Ces grandes sociétés devraient montrer l’exemple en matière de protection de l’environnement, au lieu d’être les principaux pollueurs.»

    Les environnementalistes lancent un appel urgent pour réduire et éliminer des déchets industriels toxiques.

    La version complète du rapport de Greenpeace Empoisonner la Perle: Enquête sur la pollution industrielle de l’eau dans le delta de la rivière des Perles, est consultable à l’adresse www.greenpeace.org/poisoningthepearl

    Tiré de:

    http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Chine-/-Asie/Pollution-de-la-riviere-des-Perles-rapport-accablant-de-Greenpeace.html

  • Le Pr Navarro ne greffera pas en Chine

    2007- «Je condamne les chirurgiens français qui acceptent de former à la transplantation leurs homologues en Chine. Pourquoi? Parce que ce pays est soupçonné de commercialiser les organes prélevés sur les condamnés à mort.» Francis Navarro est chef du service de chirurgie hépato-digestive et de transplantation au CHU de Montpellier. Il a à son actif pas loin de 300 greffes de foie. On ne choisit pas par hasard d'exercer cette spécialité médicale. Pas seulement parce qu'elle requiert un très haut niveau technique. Ou encore qu'elle vous mobilise nuit et jour: il n'y a pas d'heure pour être victime d'un accident qui fera de vous un potentiel donneur d'organes. La transplantation impose une réflexion éthique que ce chirurgien, professeur à la faculté de médecine de Montpellier, a choisi d'enseigner aux étudiants de première année.

    Or, selon lui, cette éthique est aujourd'hui menacée par le tourisme de transplantation. «De nombreux Occidentaux, et notamment des Américains, en attente d'une greffe, se rendent en Chine pour être greffés à des prix exorbitants, dénonce-t-il. Pour 62 000 dollars, ils peuvent se faire transplanter un rein; pour 150 000 dollars, un poumon... Bien que la commercialisation des organes ait été interdite en Chine en juillet 2006, certains sites Internet/ont encore la promotion de ce genre d'opérations.» C'est le cas notamment de celui du China International Transplantation Center (http: //en.zoukiishoku.com).

    D'où viennent ces organes? Pour Francis Navarro, une accumulation d'indices concordants suggère qu'ils sont prélevés sur des condamnés à mort chinois. Fin 2005, Amnesty International a recensé 1 770 exécutions dans ce pays. Mais, selon l'association, tout porte à croire que ces chiffres sont bien en deçà de la réalité. «On m'a proposé dans le cadre d'un échange avec la Chine de réaliser une transplantation là-bas. Mes correspondants me proposaient de choisir une date. Comme s'ils disposaient d'organes à la demande. Cela a éveillé mes soupçons. J'ai refusé de m'y rendre.»

    Le 19 avril 2006, la Société britannique de transplantions publiait un communiqué condamnant la «commercialisation», en Chine, des organes de prisonniers exécutés. Francis Navarro milite pour que ses confrères français fassent de même.

    Tiré de : http://www.marianne2.fr/Le-Pr-Navarro-ne-greffera-pas-en-Chine_a150371.html

  • Ne jugez pas une personne sur son apparence

    shakyamuni_bodhisattva.jpgSakyamuni avait un disciple dont l'apparence était laide. Bien qu’il cultivait vraiment bien, il était méprisé des autres moines à cause de sa laideur. Un jour ce moine laid alla ’écouter Sakyamuni enseigner la Loi.

    De nombreux moines le virent arriver de loin et plusieurs disciples déjà sur place commencèrent à ressentir du mépris envers lui et même pour certains de l’aversion. Le Bouddha ressentit aussitôt les sentiments de ses disciples. Sakyamuni leur dit alors : « Vous avez tous vu ce moine qui est venu ici et il est vraiment très laid. Personne ne voulait le regarder. Sa laideur vous a fait le mépriser. N’est ce pas ? » Tous répondirent : « oui » à leur Maître.

    Sakyamuni dit alors à ses disciples: “Vous ne devriez pas ressentir de mépris envers ce moine. Pourquoi ? Parce qu’il a déjà éliminé toutes sortes d’attachements, et rien ne reste … Son cœur est rempli de bonté et son esprit est libre de toutes poursuites. Vous ne pouvez pas aussi facilement juger les autres. Seul un Tatagatha peut conclure sur les autres. » Sakyamuni poursuivit « Ne vous contentez pas de regarder l’apparence puis éprouver de l’aversion envers cette personne. »

    Après avoir lu cette histoire, j’ai compris que nous ne devons vraiment pas juger une personne sur son apparence. Entretemps, j’ai eu personnellement cette pensée : « Nous avons de bons sentiments envers les gens qui sont beaux et nous aimons les regarder encore et encore. Alors que ceux qui ne sont pas beaux, nous n’aimons pas les regarder aussi souvent. N’est ce pas un manque de compassion, et qui indique que nous n’arrivons pas à traiter tous les êtres de la même façon ? En outre, juger une personne sur son apparence montre que nous évaluons une personne qu’en surface et que nous nous soucions peu de sa moralité ou de son cœur.

    Tiré de:

    http://www.fr.clearharmony.net/articles/200911/48410.html

  • Falun Gong défile dans Paris pour dénoncer la persécution meurtrière par le régime chinois

    Le samedi 21 novembre 2009, environ un millier de pratiquants de Falun Gong européens se sont rassemblés dans le Chinatown de Belleville, pour dénoncer les dix ans de persécution brutale du Falun Gong par le Parti communiste chinois.

    Il y a eu aussi un grand défilé traversant le chinatown qui s'est terminé place de l'Hôtel de ville. Il y avait beaucoup de monde à regarder le défilé. Des Chinois prenaient des photos avec leurs caméras et leurs portables.

    2009-11-25-2009-11-24-1259113585.jpg
     
      La Fanfare Tian Guo (pays céleste)
    2009-11-25-2009-11-24-1259113586.jpg
     
    Les spectateurs chinois prennent des photos du défilé
    2009-11-25-2009-11-24-1259113584.jpg
     
    Un père lit l'imprimé

    Tiré de:

    http://www.fr.clearharmony.net/articles/200911/48520.html

  • Une action juste qui soutient la justice: L'acte d'inculpation de la Cour espagnole

    Un juge espagnol a récemment inculpé cinq hauts fonctionnaires du Parti communiste chinois (PCC) pour leur rôle dans les crimes de torture et de génocide commis contre des pratiquants de Falun Gong en Chine. Les fonctionnaires incluent Jiang Zemin, Luo Gan, Bo Xilai, Jia Qinglin et Wu Guanzheng. Ils ont quatre à six semaines pour répondre aux accusations et pourraient alors faire face à une extradition s'ils voyagent dans un pays qui a un traité d'extradition avec l'Espagne. L'avocat des droits de l'homme Carlos Iglesias a dit de la décision, « Quand quelqu’un met à exécution un crime de génocide ou de torture, c'est un crime contre la communauté internationale dans son ensemble et pas seulement contre les citoyens chinois. »

    La persécution du Falun Gong est un crime contre l'humanité

    En 1985, l'Espagne a passé une loi permettant à ses cours de juger des individus pour le génocide et les crimes contre l'humanité sous le principe de la juridiction universelle. La juridiction universelle affirme qu’indépendamment de la nationalité de l’accusé, du pays de résidence ou de la relation avec le pays ou le procès sera tenu, la nature du crime quand elle va à l'encontre des valeurs communes de l'humanité et est particulièrement honteuse, donne juridiction à n'importe quel pays de juger cet accusé responsable.

    De tels crimes incluent le génocide, le terrorisme et la piraterie. Cet acte d'inculpation est basé sur la persécution subie par des pratiquants de Falun Gong, qui a été confirmée par des sources multiples, y compris des témoignages de première main ainsi que des investigations officielles.

    Quand Jiang Zemin et sa bande ont lancé et ont répandu la persécution contre les pratiquants de Falun Gong, sa portée ne se limitait pas aux mauvais traitements physiques et à la confiscation de biens financiers. Elle se concentrait sur la croyance spirituelle des pratiquants de Falun Gong y compris les principes fondamentaux d « Authenticité-Compassion-Patience », et mettait en péril tous les éléments de la moralité. Les crimes de Jiang Zemin et de sa bande ne se limitent pas au génocide et à la torture de personnes innocentes, mais sont également un outrage à la moralité collective et au système de valeurs de l’humanité.

    Un précédent établit avec Pinochet au Chili

    L'ancien dictateur du Chili Augusto Pinochet se considérait au-dessus de toute poursuite internationale après avoir été chef d'Etat du Chili pendant plus de dix ans. Quand il est allé pour traitement médical en Angleterre en 1998, Pinochet n’avait certainement aucune idée de ce qui l'y attendait. Il a subi une opération en septembre 1998 et en octobre de la même année, un juge espagnol a lancé un mandat pour son arrestation pour motifs de conspiration de meurtre et de torture et pour avoir commis des tortures. Pinochet a été plus tard arrêté et les actions de l’Espagne ont reçu un appui retentissant dans l'Union européenne.

    Le gouvernement du Chili a protesté deux fois en Angleterre, réclamant l'immunité diplomatique pour Pinochet ainsi que l'immunité comme ancien chef d'Etat. Cependant, en se basant sur la gravité de ses crimes, les cours britanniques ont refusé ses demandes d'immunité. Bien qu'on ait permis à Pinochet de retourner au Chili par la suite pour des raisons médicales, ce cas a créé un précédent pour la validité de la juridiction universelle.

    La puissance politique ne signifie pas l'immunité juridique

    Dans toute l'histoire chinoise, c'est un fait généralement admis que les bonnes actions et les mauvaises actions recevront la rétribution qui leur est due et que personne n’échappera pour toujours à la justice. Quand Jiang et sa bande ont exécuté la persécution contre le Falun Gong et contre l'Authenticité-Compassion-Patience, ils ont scellé leur propre destin. Ils peuvent échapper à la justice humaine pendant un certain temps, mais ils ne peuvent pas échapper à la justice du ciel pour toujours, quelque soit la forme qu’elle prendra.

    Jiang a essayé toutes sortes de manœuvres diplomatiques, économiques et d'autres pour échapper à la justice au cours de ces dernières années. Cet acte d'accusation par la Cour espagnole est une perte énorme pour Jiang et sa bande et est un autre signe que même si le PCC tient encore son équilibre en Chine pour le moment, il ne peut pas échapper à la justice pour toujours. Si les chefs du PCC ne peuvent pas échapper à la justice, alors il incombe certainement à ceux aux niveaux inférieurs du PCC de reconsidérer leurs actions avant qu'il ne soit trop tard. Ce n'est donc pas surprenant que de plus en plus de personnes se réveillent au vrai visage du PCC et de la persécution, cessent de commettre ces crimes, se retirent du PCC et de ses organismes affiliés et se choisissent un bon futur.

  • RFI : La justice espagnole inculpe Jiang Zemin

    Selon un reportage de Radio France Internationale du 19 novembre, un juge de la Cour de Justice Nationale d'Espagne (Auciencia nacional) a adressé une lettre rogatoire (lettre de demande) aux autorités chinoises demandant d'inculper l'ancien dirigeant communiste chinois, Jiang Zemin, pour la persécution du Falun Gong.

    Le reportage stipulait que le juge Moreno a émis cette lettre basée sur une plainte déposée par les pratiquants de Falun Gong.

    Selon l'avocat du Falun Gong, la pratique accuse Jiang Zemin de génocide contre les pratiquants en Chine. La Cour Nationale d'Espagne a mandaté un comité d'investigation, qui vient de terminer une enquête préliminaire. La lettre rogatoire du juge a été publiée conformément à la requête du comité d'investigation.

    Tiré de:

    http://www.vraiesagesse.net/news/0911/26/E112565_20091123_fr.html

  • Attention aux jouets chinois pour les enfants

    travailleurschinois.jpg

    Métaux lourds, toxiques et substances cancérigènes dans la hotte du Père Noël

    Un mois, c'est le temps qu'il reste au Père Noël pour remplir sa hotte. Pour l'aider à réunir les meilleurs jouets, le magazine 60 millions de consommateurs publie une étude qui, deux ans après "l'affaire Mattel", révèle que de nombreux objets destinés aux enfants "renferment des substances chimiques potentiellement dangereuses".

    En 2007, le géant américain Mattel avait dû retirer du marché près de 20 millions de jouets et accessoires fabriqués par des sous-traitants chinois. Les produits étaient susceptibles de contenir de la peinture toxique à base de plomb. Un métal responsable de maladies du type encéphalopathies, anémies et saturnisme. Dora l'exploratrice, de la marque Fisher Price, les mini-poupées Polly Pocket, des produits Doggie day Care et l'un des accessoires de la poupée Barbie figuraient sur la liste des produits retirés.

    Selon, l'étude de 60 millions de consommateurs, les accessoires de la ligne Barbie ne sont toujours pas au-dessus de tout soupçon. Parmi les toxiques recherchés, figurent les phtalates (susceptibles de créer des problèmes de fertilité). Le taux ne doit pas dépasser 0,1 % de la masse de matière plastifiée du jouet, selon la norme européenne. "Dans la valve de la bouée Barbie, on atteint le taux record de 26 % !" note le rapport. Huit autres jouets ou accessoires contiennent un ou plusieurs types de phtalates (deux pochettes Hello Kitty, le sac Elégance...). Dora l'exploratrice, déjà au centre de l'affaire en 2007, est toujours mal notée. Avec le Swimmer Beedibies, les deux poupées "contiennent des phtalates parmi les plus préoccupants, à des taux toutefois inférieurs aux seuils fixés par la réglementation".


    UN PUZZLE AUX MÉTAUX LOURDS

    Les jouets en bois ne semblent pas plus écologiques que ceux en plastique selon 60 millions de consommateurs. Sur quinze produits testés, treize contiennent soit du formaldéhyde (un matériau cancérigène), soit des métaux lourds. Par exemple, la tortue puzzle de Ludi's Bois contient une "dose élevée" de formaldéhyde (environ 170mg/kg) et le puzzle magnétique Janod comporte quatre métaux lourds (baryum, plomb, sélénium, antimoine) et du formaldéhyde.

    Les auteurs de l'étude ont également testé les substances chimiques que les enfants peuvent se mettre sur la peau (peinture, tatouage, maquillage...). Peinture et tatouage ne contiennent aucun des éléments recherchés, mais parmi les cinq coffrets de maquillage testés, seule la boîte La belle au bois dormant de Smoby "ne contient pas de métaux lourds". Les quatre autres contiennent du baryum.

    Pour aider le Père Noël à faire de bons choix en matière de cadeaux, la WECF, un réseau d'organisations féminines et environnementales, édite un guide avec quelques conseils de base à destination des parents : fiez-vous à des labels délivrés par des organismes indépendants comme GS et Spiel¬Gut, aérez les produits avant de les offrir, vérifiez que des parties du jouet ne se détachent pas, privilégiez la qualité à la quantité...

    Tiré de : http://www.lemonde.fr/societe/article/2009/11/24/metaux-lourds-et-substances-cancerigenes-dans-la-hotte-du-pere-noel_1271564_3224.html

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu