Avertir le modérateur

  • Liberté de la presse en Chine et France: 409 jours de coupure de la télévision chinoise NTDTV par Eutelsat basé à Paris

    Pour se rappeler les faits voici le communiqué de Thomas Mann Membre du Parlement Européen, à propos de la coupure par Eutelsat de NTDTV en Chine

    "

    Fort soutien à la liberté de presse en Chine

    Initiative au parlement européen pour restaurer la diffusion de NTDTV

    476 députés européens demandent à Eutelsat, opérateur européen de services par satellite, de restaurer la diffusion des programmes de NTDTV. NTDTV est le seul diffuseur non contrôlé par le gouvernement chinois.

    A l’initiative de cet effort se trouve le député du Groupe du Parti populaire européen (Démocrates-chrétiens) et des Démocrates européens, Thomas Mann, président du groupe Tibet au parlement européen.

    « NTDTV était le dernier pilier de la liberté de la presse et de la liberté de pensée en Chine. L’entreprise européenne porte la seule responsabilité du fait que 1.4 million de Chinois ne peuvent plus entendre que des informations censurées et diffusées par l’agence presse chinoise Xinhua, propriété du gouvernement chinois. La liberté de la presse est un droit universel. La commission européenne et le président français Sarkozy doivent agir maintenant, » dit Monsieur Mann.

    La firme parisienne Eutelsat a coupé les signaux satellites de NTDTV avant les Jeux olympiques de Pékin 2008. Le porte parole de Eutelsat a dit à un membre de l’équipe de Thomas Mann lors d’une conversation téléphonique que les problèmes techniques ne permettaient plus à l’entreprise de diffuser les programmes de NTDTV.

    Le ministère des Affaires étrangères à Berlin a considéré crédible la conversation téléphonique lors de laquelle un haut fonctionnaire communiste (PCC) demande à un représentant de Eutelsat en Chine d’éteindre NTDTV, et le représentant a accepté. Le ministère des Affaires étrangères a dit que la fermeture de NTDTV était motivée par des raisons politiques.

    Un membre de l’équipe du parlementaire européen a confronté Eutelsat avec le fait que le ministère des Affaires étrangères avait authentifié l’enregistrement téléphonique. Le représentant allemand d’Eutelsat a admis que c’était une décision politique, mais il a indiqué que le gouvernement français était impliqué dans l’affaire. Par conséquent, aucune autre information ne serait fournie et il a demandé de pouvoir exercer son droit à l’anonymat.

    "

     

  • Les dirigeants chinois peu empressés de recevoir François Fillon

    francois_fillon.jpgFrançois Fillon avait prévu de se rendre à Pékin fin août. Ce devait être la première visite, sur le plan bilatéral, d'un haut responsable du gouvernement français, depuis la brouille spectaculaire entre Paris et Pékin à propos du Tibet, en 2008. Le déplacement a dû être repoussé à la demande des Chinois, qui ont invoqué le calendrier chargé du premier ministre, Wen Jiabao.

    Le report de ce voyage, au cours duquel le premier ministre français devait poser la première pierre d'une des deux centrales nucléaires EPR vendues à la Chine par Areva, signale, selon des connaisseurs du dossier, la persistance d'une mauvaise humeur chinoise à l'égard des autorités politiques françaises. Malgré les multiples efforts de l'Elysée, depuis des mois, pour rétablir la relation avec Pékin. Le voyage de M. Fillon reste programmé. Selon des sources autorisées à Pékin, il devrait avoir lieu d'ici à la fin de l'année, avant une visite prévue en France du président Hu Jintao.

    "PRINCIPE DE NON-INGÉRENCE"

    M. Sarkozy avait provoqué la colère de Pékin à deux reprises en 2008. En conditionnant sa venue aux JO de Pékin à la reprise d'un dialogue entre les émissaires du dalaï-lama et la Chine (le chef de l'Etat fit malgré tout le déplacement pour la cérémonie d'ouverture). Puis en annonçant abruptement, en novembre, qu'il rencontrerait le chef de l'Eglise tibétaine en Pologne.

    Paris avait cherché à dissiper ces tensions, décrites par des diplomates comme la plus grave crise dans les relations bilatérales depuis des décennies. Dans un communiqué publié en avril, avant une rencontre à Londres, en marge du G20, entre M. Sarkozy et son homologue chinois Hu Jintao, la France s'engageait, "dans le respect du principe de non-ingérence", à ne jamais, "sous quelque forme que ce soit", soutenir le principe d'une indépendance du Tibet.

    Certains passages du texte avait été interprétés par des observateurs comme une façon pour Paris de promettre aux Chinois qu'aucune nouvelle rencontre entre le dalaï-lama et M. Sarkozy ne serait désormais envisageable. Côté français, on assurait toutefois n'avoir que réitéré la position traditionnelle de la France à l'égard du Tibet, ajoutant que, le dalaï-lama ne revendiquant pas lui-même l'indépendance, la formule ne pouvait donc s'appliquer à lui. Le geste français était censé en tout cas solder le contentieux avec Pékin. Les diplomates notaient des améliorations dans la relation. Mais cela a-t-il suffi ?

    Certains facteurs internes chinois pourraient aussi avoir joué. Le report de la visite de M. Fillon est annoncé au moment où Wen Jiabao, qui incarne l'aile plus modérée du régime, est curieusement absent de la scène politique publique depuis des semaines.

    Natalie Nougayrède (avec Bruno Philip à Pékin)

    Tiré de Le Monde

    http://www.lemonde.fr/asie-pacifique/article/2009/07/30/les-dirigeants-chinois-peu-empresses-de-recevoir-francois-fillon_1224157_3216.html

  • Une autopsie montre que M. Lu Zhen a souffert un traumatisme physique avant sa mort

    M. Lu Zhen, 33 ans, est mort dans la Première prison de la province du Shandong le 22 juin 2009. Son cou, ses hanches, son estomac et ses jambes étaient couverts de contusions, et il y avait des marques de fouet sur son corps. Sa famille n'a pas cru l'administration de la prison lorsqu'ils leur ont dit qu'il était mort d'un arrêt soudain du cœur et que c'était une mort naturelle. Ils ont demandé une autopsie le matin du 30 juin 2009 et les résultats ont montré qu'il avait enduré un grave traumatisme physique avant sa mort. Il est hautement probable que les coups aient été la cause de sa mort.

    Lire la suite sur: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200907/46710.html

  • Une famille heureuse persécutée par le PCC, le mari est torturé à mort, la femme emprisonnée

    Mme Feng Xiaomei et son mari, M. Wang Hongbin, travaillaient comme ingénieurs dans le département postal de la Cie de Téléphones de la 2009-07-28-2004-10-12-wangboru-01.jpgprovince du Hebei. Mme. Feng était une employée responsable et diligente qui lui avait valu le titre d'ingénieur générale de l'usine alors qu'elle avait à peine trente ans. C'était une personne respectueuse et toujours prête à aider les autres. Leur fils, Wang Boru, est un enfant sensible et mature. C'était une famille visiblement harmonieuse et heureuse.

    La famille autrefois heureuse de Mme. Feng Xiaome est aujourd'hui déchirée en raison de la persécution

    Mais en juillet 1999, le Parti autocratique de la Chine a lancé une campagne illégale d'arrestations, de violence et de propagande à l'encontre de Falun Gong. En conséquence, M. Wang et son épouse ont été illégalement arrêtés et harcelés à répétition. Du fait de la pression exercée à la fois par la ville et le bureau 610 au niveau provincial, l'employeur du couple a fini par les licencier.

    En 2001, M. Wang a été arrêté et torturé par les fonctionnaires du Bureau 610 et des agents des services de police de Yuyua, et a été par la suite condamnée à trois ans de travail forcé. Il a été menotté derrière son dos et forcé à rester debout sur un sol de ciment glacé tandis que les gardes l'interrogeaient pendant toute la nuit. Il a de plus été forcé à les regarder torturer ses compagnons de pratique. Afin de "transformer" M. Wang le plus vite possible, les gardes l'ont soumis à la privation de sommeil, suspendu par ses menottes, et utilisé des allumettes pour lui prêter les mains, réussissant presque à lui brûler les ongles.

    Après avoir été soumis à une torture mentale et physique à long terme, M. Wang autrefois sain, a commencé à manifester les symptomes d'un cancer au poumon. Bien qu'il toussait beaucoup et avait du mal à respirer, les gardes du camp ont ignoré sa condition et refusé de le relâcher. Parce que sa femme n'a pas été autorisée à lui rendre visite pendant toute une année, elle a du rester à l'extérieur des murs du camp de travail avec son fils et appeler son mari. M. Wang ne l'a entendue qu'une seule fois.

    Fin 2003, M. Wang a finalement été libéré et a pu rentrer chez lui. Toutefois, suite à la torture brutale à laquelle il avait été soumis dans le camp, il est décédé au jeune âge de 39 ans.

    La sœur de Mme Feng Xiaomei, Mme Feng Xioamin, a été ultérieurement arrêtée, battue, et détenue pour avoir clarifier les faits sur un site touristique populaire. La famille de sa sœur a plus tard été forcée à quitter sa maison pour échapper à la persécution et à une possible arrestation. Mme Feng Xiaomin à eu beaucoup de mal à élever son fils de trois ans, Tianxing, dans de telles conditions où ils devaient sans cesse s'enfuir. Elle est décédée en conséquence laissant le petit aux soins de Mme Feng Xiaomei.

    Pendant que tout cela se déroulait, les bureaux 610 de la province et de la ville, faisaient des plans pour arrêter Mme Feng Xiaomei. Lorsque le père de Mme Feng, instituteur dans une région rurale, a appris la persécution de ses deux filles, il a fait une dépression et son cœur s'est brisé, il est décédé avant d'atteindre ses soixante dix ans.

    Mme Feng Xiaomei émotionnellement dévastée par la mort de sa sœur et le déchirement de sa famille a pourtant du travailler dur pour les soutenir.

    Mais le 17 avril 2009, Mme Feng a été arrêtée à son travail par des agents des services de police de l'agglomération de Shijiazhuang et des services de police de la ville de Gaocheng et a été détenue cinq jours . Elle a été ensuite emmenée au secret par Liang Jie, un agent de la Division de la sécurité d'état de la ville de Gaocheng et a été portée disparue pendant quatorze jours. Le 16 mai 2009, Mme Feng a été condamnée à un an et demi au Camp de travail pour femmes de la province du Hebei.

    En conséquence, la mère de Mme Feng, qui a dans les soixante dix ans, est restée seule pour s'occuper et soutenir financièrement ses deux petits fils sous les regards scrutateurs d'agents du Parti communiste chinois.

    Veuillez vous lever et condamner la persécution inhumaine du Falun Gong par le PCC et aider à y mettre fin le plus vite possible.


    Date de l'article original : 27/7/2009

    Tiré de http://www.fr.clearharmony.net/articles/200907/46694.html

  • Optimisme et santé, partie 1

     

    vieille femme
    Les études montrent que l'optimisme est le facteur le plus important pour bien vieillir (Khosro Zabihi/The Epoch Times)
    Des histoires fabuleuses comme «la fontaine de jeunesse» racontent tout l’intérêt de l’être humain pour la quête de la santé et la vitalité éternelle depuis des temps immémoriaux. De nos jours, c’est à travers les vitamines, les aliments santé et les médicaments que l’on exprime le souhait de vivre longtemps et en bonne santé.

    Chaque année apporte de nouveaux moyens supposés nous faire vivre mieux et plus longtemps, de nouveaux produits qui sont de vrais et de faux espoirs. Les conseils habituels pour vivre plus longtemps sont la consommation  d’aliments riches en antioxydants (comme les myrtilles), la prise de certains médicaments sur ordonnance, s'abstenir de fumer, voir même de boire du vin -  mais par-dessus tout, il faut être optimiste. Une attitude optimiste est le seul facteur commun que nous avons trouvé chez les personnes vraiment très âgées que nous avons pu connaître à travers le monde entier.

    Deux questions ont été posées aux participants d’une étude néerlandaise sur la longévité, dirigée par le docteur Erik Giltay, au Centre psychiatrique de GGZ Delfland, Delft, Pays-Bas, 1. «Avez-vous souvent l'impression que la vie est pleine de promesses», et 2 «Avez-vous encore de nombreux objectifs à atteindre?» Ceux qui ont répondu «oui» à ces questions étaient plus susceptibles de vivre plus longtemps et en meilleure santé.

    Les chercheurs de l'Université de Pittsburgh ont trouvé des résultats similaires. Le docteur Hilary Tindle, professeur de médecine à la Division de médecine interne, a ainsi montré que les optimistes sont moins susceptibles de mourir, non seulement d'une maladie cardiaque, mais aussi d’un cancer ou du diabète. L'étude du docteur Tindle a suivi près de 100.000 femmes ménopausées : Plus elles sont optimistes,  moins elles sont susceptibles de mourir tôt.

    Les femmes optimistes ont été décrites par l'équipe de Tindle comme étant «celles qui s'attendent à ce que se produisent plutôt de bonnes choses que des mauvaises choses.» Le docteur Tindle a déclaré à Reuters que les femmes pessimistes ont tendance à être d'accord avec des déclarations comme: «J'ai souvent dû recevoir des ordres de personnes qui n’en savaient pas autant que moi» ou «Il vaut mieux ne faire confiance à personne.» Pour beaucoup, l'optimisme semble trop facile ou trop léger pour être vrai. Les cigarettes, le vin, la nourriture, et l'exercice sont des points plus tangibles.

    Travailler l'optimisme
    Cette attitude peut être développée naturellement au fil du temps. L'optimisme est gratuit, il est puissant, et vous pouvez l'utiliser pour améliorer votre santé et votre longévité dès maintenant. AARP.org, la plus importante organisation qui regroupe les personnes de plus de 50 ans aux USA rapporte les résultats d'une autre recherche faite sur 500 adultes âgés de 60 à 98. Ils ont  constaté que l'optimisme et efficace pour faire face à la vie et que c’est le facteur les plus important pour  vieillir avec succès - plutôt que la seule santé.

    Comme la recherche nous aide à trouver la mythique  fontaine dans le brouillard, peut-être de vraies personnes dans des lieux réels peuvent-elle nous inciter à appliquer les conseils de ces études.
    James et Kim sont des coachs "Nutrition & Lifestyle" qui aident les mères enceintes et les nouveaux parents à atteindre une santé optimale. Ils peuvent être contactés à  FitForBirth@gmail.com Cet e-mail est protégé contre les robots collecteurs de mails, votre navigateur doit accepter le Javascript pour le voir ou par l'intermédiaire de leurs sites Web GetFitForBirth.com et SuperBaby.com.

    Tiré de http://www.lagrandeepoque.com/LGE/Sante-et-bien-etre/Optimisme-et-sante-partie-1.html

  • Les écoles de langue de Pékin font un lavage de cerveau aux élèves à l’étranger

    Chine, Pékin : une école de Confucius dans une banlieue de Pékin. (Peter PARKS/AFP)
    Chine, Pékin : une école de Confucius dans une banlieue de Pékin. (Peter PARKS/AFP)

    De nombreux «Instituts Confucius» chinois ont été établis dans le monde par le biais d’une coopération avec des instituts de recherche sur l’Asie ou avec des centres de langue chinoise dans les universités étrangères. Créés afin de «promouvoir la langue et la culture chinoises», ces Instituts «proposent des cours de langues, des séminaires sur la Chine ancienne ou actuelle ainsi que des activités culturelles» indique le site de l’Institut Confucius hébergé par l’Université René Diderot à Paris. Au nombre d’environ 60 à ce jour, ils devraient se multiplier pour atteindre les 500, et comptent parmi leurs étudiants aussi bien des responsables gouvernementaux que des consultants influents. Les programmes  d’enseignement, pourtant, tendent à substituer Marx à Confucius et Mao Zedong à  Sun Tseu.

    Le patriotisme à la chinoise

    Les supports d’enseignement de l’Institut Confucius sont largement adoptés par les écoles chinoises à l’étranger. Tous émanent du siège social des Instituts, à Pékin.  Pour  M. Yao Zhe, professeur de chinois aux Etats-Unis, les choses sont clairs : «A travers les supports d’enseignement, Pékin propage son idéologie de patriotisme pour le Parti communiste et pour la Chine, sa culture autocratique, et son nationalisme. Presque toutes les écoles de chinois aux Etats-Unis qui enseignent les caractères chinois simplifiés adoptent les outils de l’Institut.» Il s’agit, pour Mme Yao, d’une «douce guerre froide» ou d’un «champ de bataille sans armes».

    Espions derrière un masque d’enseignant

    Mme Yao explique avoir commencé comme journaliste pour des médias chinois aux Etats-Unis, avant de devenir enseignante de chinois parce qu’elle avait vu comment Pékin contrôlait les médias à l’étranger.

    «Colonies idéologiques», les écoles d’enseignement de langues doivent ainsi agir de façon discrète sur les diasporas chinoises qui envoient leurs enfants apprendre la langue de leur pays d’origine, afin d’en faire graduellement des relais idéologiques. Un membre du comité linguistique de Chine indique que des conseillers du président Hu Jintao lui ont directement suggéré d’établir des Instituts Confucius et, sous l’enseigne de l’apprentissage de la langue chinoise, de véhiculer l’idéologie communiste.

    «Je suis chinois, pas américain»

    Le journaliste chinois Li Gong a noté lors d’une interview en 2007 avoir vu un professeur de chinois d’une école publique aux Etats-Unis enseigner à ses élèves à dire : «Je suis chinois, pas américain». Il s’agit pour lui purement et simplement d’infiltration culturelle, exploitant le dispositif Startalk.

    Startalk est un programme visant à stimuler l’enseignement de langues d’importance stratégique qui ne sont pas suffisamment enseignées aux Etats-Unis, par exemple l’arabe et le chinois.

    Li Gong dit avoir appris par un responsable de la Section des Langues du département de la sécurité Intérieure que l’arabe est une langue stratégique pour prévenir le terrorisme, et le chinois pour prévenir l’espionnage. La CIA a ainsi demandé au public de dénoncer tout professeur de chinois soupçonné d’espionnage.

    Propagande en doses mesurées

    Le site de propagande du Parti communiste déclare avec une admirable franchise que les écoles de langue sont l’un des «trois piliers» des efforts de propagande du Parti au niveau international.

    Un professeur de chinois d’un Institut Confucius, qui souhaite rester anonyme, dit que les clients des Instituts ne sont pas conscients des méthodes proches du lavage de cerveau présentes dans les manuels d’enseignement. Les enfants reçoivent des devoirs consistant à faire des recherches sur la vie des leaders communistes, sur les mérites du communisme, etc.

    Témoignage de cet «esprit», le contenu de la page 93 du volume 3 du Contemporary Chinese par Dangdai Zhongwen, utilisé en 2008 aux Etats-Unis.

    «Aller voir le Dieu Marx»

    Dans cette page,  aller voir dieu est associé au  fait d’aller voir «Ma Kesi», sans que le sens de «Ma Kesi» soit explicité. Il s’agit en fait de la phonétique chinoise pour Karl Marx.

    Le Hanban, le professeur de chinois qui révèle ces passages d’enseignement, explique que le déclencheur  a pour lui été sa rencontre inattendue avec un étudiant il y a quelques années. Quand il lui a demandé quelle université cet étudiant voulait intégrer, ce dernier a répondu : « Je ne veux aller dans aucune université en Amérique, ni même à Tokyo. Je veux aller à l’université à Pékin, parce qu’ils enseignent le communisme là-bas. Je ne comprends pas pourquoi on n’enseigne pas le communisme en Amérique.»

    Ce professeur conclut : «Ils sont très loin de savoir la vérité, ils ne connaissent par la vraie histoire du Parti !»

    Les Instituts Confucius et autres écoles de langues créées par Pékin comme troisième pilier de la machine de propagande du Parti communiste chinois, ont de beaux jours devant eux avec une présentation de l’histoire contemporaine de Chine qui ignore la Grande famine, la Révolution culturelle et les pire cas de répression.

    L’image d’une Chine nouvelle est offerte, prétendument devenue paradis sur terre grâce à l’action du parti communiste. Les diasporas, devant ce cocktail de patriotisme et de propagande communiste, se satisfont du patriotisme …et ferment les yeux sur la propagande.

    Tiré de La Grande Epoque:

    http://lagrandeepoque.com/LGE-PDF/LGE_Paris_160.pdf

  • Quoi de neuf l'Asie?

    USA-CHINE : Washington accueillait ces derniers jours des milliers de pratiquants de Falun Gong, des ongs, des personnalités politiques rassemblés pour dénoncer les 10 ans de la persécution de cette pratique de Qi-Gong. Une intervenante de marque : Geng He l'épouse de l'avocat Gao Zisheng, dont on est sans nouvelles depuis plusieurs mois. Elle a déclaré que cette persécution était au delà de toute imagination et avait très fortement choqué son mari qui avait décidé de défendre devant la justice les pratiquants. Gao avait vu dans le Falun Gong, qui a montré tout au long de ces 10 ans une résistance pacifique, un espoir pour la nation chinoise et un allié pour dissoudre le parti communiste source de tant de souffrances et de désastre a t'elle expliqué.


    COREE DU NORD : La Corée du Nord a annoncé qu’elle mettait définitivement fin aux pourparlers sur le nucléaire, a titré à la Une le quotidien sud-coréen JoongAng Daily. Cette annonce survient alors même que la pression internationale s’intensifie. Selon le quotidien, les nouvelles sanctions internationales ne sont pas encore connues car la Chine a traîné, mais elles vont bientôt être révélées. Il est prévu que les banques nord-coréennes rendent elles aussi des comptes. Les États-Unis sont fermement décidé à poursuivre le processus de dénucléarisation de la Corée du Nord.


    SRI LANKA : Samedi 18 juillet, dans un communiqué, l'ONG française Action contre la Faim a demandé à nouveau une enquête internationale pour établir la vérité sur l’assassinat par balle le 4 août 2006 de 17 de ses employés, en majorité tamouls, dans ses bureaux à Muttur, dans le nord-est du Sri Lanka. Cette région était secouée par le conflit entre le gouvernement et les Tigres pour la libération de l'Eelam tamoul. Les deux côtés se rejettent la responsabilité de ce massacre. Cette demande qui n’est pas nouvelle donne suite au rapport publié par le responsable d'une enquête présidentielle qui indique que son travail d’investigation n’a pas pu aboutir en raison de la fin brutale de son enquête et de l’absence de protection des témoins.

    FRANCE CHINE : Le 18 juillet, le Tribunal administratif de Paris a rendu une ordonnance autorisant l’association française de Falun Gong à manifester le 20 juillet devant l’ambassade de Chine à Paris. Le Tribunal a ainsi annulé le refus d’autorisation de la Préfecture de Police de Paris et a condamné l’Etat français à payer 1000 Euros à l’association. Depuis 10 ans que la persécution des pratiquants de Falun Gong en Chine a commencé, l’association française de Falun Gong et d’autres associations de défense des droits de l’homme en Chine se sont toujours vu refuser l’autorisation de manifester devant l’ambassade de Chine, fu à lz pression du pouvoir chinois sur les autorités françaises.


    NEPAL : Le gouvernement népalais et le Parti communiste unifié du Népal maoïste ont décidé de commencer le 17 juillet la démobilisation et la réinsertion des militaires maoïstes. Ces derniers sont au nombre de 4.008, dont 2.973 jeunes encore mineurs. La Mission des Nations Unies au Népal a manifesté sa satisfaction devant cette décision. IL s’agit pour la Mission d’« une étape cruciale dans le processus de paix ». Par ailleurs, la Mission a précisé que les Nations Unies étaient prêtes à aider ce processus de réinsertion.


    TAIWAN : Les 8ème Jeux Mondiaux ont débuté jeudi 16 juillet à Kaohsiung, dans le sud de Taïwan. Moins connus que les Jeux Olympiques, ces jeux mettent en compétition des athlètes de tous les pays dans une trentaine de disciplines sportives qui ne figurent pas aux JO, comme, par exemple, les arts martiaux ou le parachutisme, l'escalade ou encore le football américain. Ils dureront jusqu’au 26 juillet 2009. 3236 athlètes représentant 105 pays y participent. Il s’agit aussi d’une grande fête de l'amitié et de l’unité. Le défilé d’ouverture le démontre en ayant groupé les athlètes par sport et non par pays. La délégation chinoise a toutefois choisi de ne pas participer à la cérémonie d’ouverture.

  • Les pratiquants de Falun Gong gagnent le droit de manifester devant l''ambassade de Chine à Paris

    Le 18 juillet 2009, le Tribunal administratif de Paris a émis une ordonnance abrogeant le refus de la Préfecture de Police à l'Association Falun Dafa France de manifester devant l'Ambassade de Chine le 20 juillet. L'ordonnance a été envoyée au Ministère de l'intérieur.

    Depuis que la persécution du Falun Gong a commencé le 20 juillet 1999, c'est la toute première fois que l'association est autorisée à se rassembler juste en face de l'ambassade de Chine. L'avocat des pratiquants, Me Gabard, a été satisfait de l'ordonnance et dit que cela permettrait aux pratiquants de tenir un rassemblement devant l'ambassade comme prévu le 20 juillet.

    Me Gabard a dit que l'Ambassade chinois a un rôle symbolique très important pour les pratiquants et que ne pas autoriser les manifestations devant l'ambassade revenait à une interdiction bafouant les droits des pratiquants à manifester.

    Depuis que la persécution a commencé en 1999, utilisant toutes sortes de justifications, telle que des forces de police insuffisantes, la Préfecture de Paris n'a jamais autorisé aucun groupe à se rassembler devant l'Ambassade chinoise. Ces dix dernières années, les pratiquants ont demandé à répétition l'autorisation de manifester pacifiquement devant l'ambassade et ils ont toujours été envoyés à des endroits éloignés. Lorsque de haut fonctionnaires communistes visitent Paris, les pratiquants se sont vus assigner des endroits pour manifester encore plus éloignés. L'Association Falun Dafa France a récemment intenté une action en justice contre la préfecture de police concernant cette situation.

    Le Tribunal administratif reconnaissait dans l'ordonnance, que les rassemblements des pratiquants de Falun Gong n'avaient jamais affecté l'ordre public, et qu'un rassemblement le 20 juillet devant l'ambassade chinois était d'une haute signification symbolique. Le tribunal a délibéré que l'interdiction faite par la préfecture de police avait sérieusement violé le droit des citoyens à se rassembler et la liberté d'expression, et que par conséquent l'interdiction devait être levée. Outre garantir à l'association le droit de manifester devant l'ambassade, le tribunal a également ordonné à la Préfecture de police de verser 1000 euros à l'Association Falun Dafa représentant les frais de justice.

    Hanlong Tang, président de l'Association Falun Dafa en France, a dit que l'ordonnance soutenait la justice et que l'association était très satisfaite du résultat.

    Tiré de: http://www.fr.clearharmony.net/articles/200907/46590.html

     

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu