Avertir le modérateur

La Chine s’approche de la crise économique - 1ere partie

Dr Jörg Rudolph, professeur à l’Institut d’économie de l’Asie de l’Est à Ludwigshafen en Allemagne, ne croit pas que la Chine pourrait être en mesure de jouer un rôle dans l’atténuation de la crise financière mondiale. Son postulat, qui semble difficile à accepter, est que l’Empire du Milieu fait face à sa propre crise économique : «La Chine a amassé des réserves en devises pour un montant de 1.900 milliards de dollars. Or la nation chinoise a besoin de reconstituer ses réserves bancaires, car beaucoup de banques chinoise ssont proches de la banqueroute. C’est pourquoi je pense que les réserves chinoises en dollars ne joueront pas un rôle important sur le marché financier international». 

terre.jpgLors de son entretien avec La Grande Époque en Allemagne, le Dr Rudolph prévoit en Chine une crise des subprimes similaire à celle survenue aux Etats-Unis, mais un peu plus lente. Il ne croit pas que les banques chinoises aient eu des répercussions sur leurs investissements aux Etats-Unis pendant cette période: «Les banques chinoises ont parié pendant des années, en premier lieu avec les fonds d’état chinois CIC, puis avec les milliards appartenant au capital des organismes de refinancement hypothécaire Fannie Mae et Freddie Mac aujourd’hui mises sous tutelle gouvernementale, autant avec Morgan Stanley et la banque européenne insolvable Fortis». 

La Grande Époque: La chancelière Angela Merkel est actuellement en Chine. Quel rôle la Chine jouera-t-elle pendant le sommet de l’ASEM et les discussions au sujet de la réforme de la finance? 

Jörg Rudolph: Je pense que la Chine ne peut jouer aucun rôle, en tout cas pasle rôle que beaucoup attendent, car la Chine a sa propre crise économique, et elle prend du temps. Je n’ai aucune illusion au sujet d’une contribution positive de la Chine au problème financier mondial. 

Même si l’on tient compte deses énormes réserves?

Ces réserves sont de l’ordre de1.900 milliards de dollars. Elles sont largement investies en Europe et aux Etats-Unis sur les marchés d’actions ou en bons du trésor, pour environ 1.000 milliards de dollars. La Chine a besoin de la plupart de cet argent pour soutenir ses propres banques comme par exemple pour Nong Ye Yinhang (Banque agricole de Chine) qui est virtuellement en faillite. Je n’ai aucun espoir de voir ces réserves contribuer de façon positive à soulager la crise, ni à la résoudre. Tout leur argent a été investi. Quels que soient es décisionnaires, le régime chinois ou le Politbureau, personne ne peut simplement camoufler l’argent. Il y a aussi une autre considération: le fonds chinois CIC a lourdement investi sur les marchés internationaux pendant les années passées, par exemple dans Morgan Stanley, et dans la banque belge Fortis. Ce fonds a donc enregistré des pertes énormes, et je ne serais pas surpris qu’il ait également investi dans Lehman Brothers. Personne en Chine n’oserait donc maintenant répéter les mêmes erreurs, ce qui est un changement politique. 

Quelles banques chinoise sont besoin d’être aidées?

C’est difficile à dire. Nous savons que la Chine a investi 400 milliards de dollars dans les organismes de crédit Fannie Mae et Freddie Mac, qui sont maintenant nationalisés pour éviter la faillite. Cela signifie que les milliards de dollars investis par les chinois seraient perdus. 

Cette conversion du gouvernement américain vers la nationalisation est-elle arrivée sous la pression chinoise? 

C’est facile de l’affirmer, n’est-ce pas? Les politiques américains et le parti chinois ont une relation de symbiose et doivent se faire mutuellement confiance, ce qui explique leurs relations amicales. Le régime chinois a investi beaucoup d’argent aux Etats-Unis. Il a financé la dette américaine. Ils ne peuvent pas simplement effacer ces emprunts, parce que le régime chinois a un intérêt vital au maintien à flot de l’économie américaine. Après tout, les marchés américain et européens sont des débouchés commerciaux cruciaux pour les produits chinois, dans ce cas, ils sont interdépendants. ils ne prendront pas le risque de s’offenser ni d’avoir des attitudes irrationnelles. C’est la raison pour laquelle nous devons supposer qu’ils continueront à débattre des différents moyens pour trouver des solutions à cette crise. 

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu