Avertir le modérateur

La vérité au sujet du nombre de morts dans le scandale du lait pour bébé frelaté en Chine

Le programme ‘’Dimanche’’ diffusé sur la première chaîne de la TV nationale de Nouvelle Zélande le week-end dernier a diffusé une interview de la famille d’un nourrisson, victime du scandale du lait contaminé, en Chine. Cette interview n’a jamais été montré en Chine, parce qu’il révèle ce que le régime communiste de Chine ne veut absolument pas que les gens sachent.

Tian Xiaowei et Zhu Pingli sont des parents dans l’agglomération de Xianyang dans la province chinoise de Shaanxi. Leur bébé Tian Jin, est décédé suite à l’absorption de lait pour bébé Sanlu, le premier des nombreux produits laitiers frelatés découverts, en vente en Chine. Le petit Tian Jin est devenu malade après avoir bu le lait pour bébé. Ses parents ont du emprunter beaucoup d’argent, une somme presque équivalente à leur revenu annuel, afin d’emmener leur bébé dans différentes structures médicales en quête d’un traitement.

On a diagnostiqué à leur bébé des calculs dans les reins et l’urètre. Cependant, à l’époque, personne ne savait que c’était le lait frelaté pour bébés qui avait causé sa maladie, et les médecins ont même conseillé aux parents de Tian Jin de continuer à le nourrir avec ce produit. Ses parents affligés, ont dit en pleurant au journaliste : ‘’ Lorsque nous avons finalement découvert la cause de sa maladie, nous avons été submergés par le remords. Notre enfant était malade, et cependant, nous avons aggravé son état en continuant à le nourrir avec du lait frelaté pour bébés!’’ Leur petit garçon, Tian Jin est décédé le 1 août, peu de temps après avoir quitté l’hôpital.

A cette date, les autorités du Parti communiste Chinois (PCC) ont insisté que seuls, quatre enfants étaient décédés suite à l’absorption de lait pour bébés frelaté, et refusé de reconnaître que Tian Jin était l’un d’eux. Combien d’autres sont décédés sans avoir été inclus dans le chiffre de morts officiel ?

Andrew Ferrier, directeur général de Fronterra, a révélé dans le reportage que, au début, lorsque le scandale de la poudre de lait frelatée a été révélé, les autorités chinoises se sont fortement opposées au rappel public du produit, avançant des raisons de ‘’sécurité publique.’’ Ils ont déclaré qu’ils ‘’devaient équilibrer ce qu’ils appellent la Sécurité publique et la Sûreté alimentaire, et en Chine, il y a un équilibre très délicat dans ce domaine.’’

Il semble que dans le dictionnaire des communistes, il existe une différence entre ‘’la sécurité publique’’ et la ‘’sûreté alimentaire.’’ Les Chinois ont longtemps pensé que la sécurité publique est basée sur les intérêts de la majorité des Chinois. Les enfants d’aujourd’hui sont la chine du futur. Assurément, protéger la sûreté des enfants devrait être une priorité majeure, mais pas dans la Chine communiste. La soi-disant ‘’sécurité publique’’ du PCC n’a rien à voir avec le bien-être, la santé ou la sûreté des chinois ordinaires. Sa signification réelle est de sauvegarder le parti Communiste.

Les commentaires sont fermés.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu