Avertir le modérateur

  • Un air de changement sur la Chine

    20 millions de démissions du parti communiste chinois : un air de changement en Chine

    Le 25 mars 2007 : Parvis des Droits de l’Homme

     

    Un air de flûte chinoise a résonné ce week-end à Paris sur le parvis des droits de l’homme au Trocadéro, un air aux sonorités du changement qui est en train de souffler sur la Chine. Depuis la diffusion des Neuf commentaires sur le parti communiste chinois, c’est 20 millions de Chinois qui ont démissionné du parti communiste. En décembre 2004, La Grande Epoque publie les « Neuf commentaires » et en 2 ans et quatre mois, c’est plus de 20 000 chinois qui démissionnent chaque jour. Ce mouvement de démissions reste pour le peuple un moyen d’expression pacifique, apolitique et sans précédent dans la société chinoise face à la dictature et à la corruption généralisée au sein du régime.

    Cet événement montre que le peuple chinois, refuse ce régime basé sur la violence, les mensonges et la tromperie. Il faut savoir que 20 millions de démissions c’est un tiers des membres présumés du parti communiste. Il y a donc une véritable prise de conscience populaire pour éliminer cette dictature sans foi ni loi. C’est aussi le souhait de revenir à la véritable nature du peuple chinois : c’est à dire à la bienveillance, à la générosité, à la droiture et à l’harmonie (Lire le commentaire VI des 9 commentaires http://www.lagrandeepoque.com/content/view/465/52/).

    Pour résumer les 9 commentaires et pour comprendre cette mobilisation du peuple chinois voici un aperçu de la nature du parti communiste chinois : depuis 1949, plus de 100 millions de morts - plus que les deux guerres mondiales réunies. La grande famine et le Grand bond en avant : 45 millions de morts ; la Grande révolution culturelle : 8 millions de morts ; le massacre des tibétains : 1 millions de morts ; en 1989 le massacre des étudiants de la place Tienanmen : 3000 morts ; et aujourd’hui le génocide des pratiquants du Falun Gong : 7000 pratiquants torturés à morts, des milliers de morts suite au prélèvement de leurs organes, des dizaines de milliers de pratiquants emprisonnés et torturés dans des camps de concentration, des centaines de milliers persécutés.

    Le 25 mars 2007, c’est aussi le 50ième anniversaire du traité de Rome, date à laquelle les pays européens ont dit ensemble « Plus jamais çà». Plus jamais çà aux guerres mondiales et à l’horreur des camps d’exterminations. C’est dans ce but que l’Europe a été fondée, sur les principes de la paix, de la démocratie et des Droits de l’Homme. Est ce une coïncidence si le même jour a lieu cet anniversaire des 20 millions de chinois qui ont décidé de ne plus appartenir à ce parti malveillant qui interdit la liberté de conscience, d’expression et de croyance. L’avenir nous le dira.

     

     

  • François Bayrou : La Chine est complice du génocide du Darfour

    Au meeting de Paris le 21 mars 2007

     

    François Bayrou, candidat UDF à la présidentielle, était hier au Zénith pour son premier grand meeting à Paris. Le jour même, le 21 mars, Jacques Chirac annonçait en public son soutien « tout naturel » à Nicolas Sarkozy. Plus de 7000 participants étaient présents à cet événement, dans la salle et à l’extérieur. Après un bain de foule et de caméras, le candidat monte sur scène au milieu d’une centaine de jeunes partisans qui resteront présents tout au long du discours.

    En commençant son discours, François Bayrou se dit le président du peuple et appelle à une révolution pacifique, à l’image de la couleur orange de sa campagne. Pour cela, il propose de gouverner avec les compétences des deux partis, pour faire sortir la France des 25 ans de soi disant opposition Gauche/Droite. Il accuse Nicolas Sarkozy et Ségolène Royale de vouloir gouverner une société de connivence, en pleine guerre des clans entre les partis. Il se montre en désaccord radical avec cette manière de gouverner, et soutient qu’il veut que le président de la République assure et assume l’état impartial, en fonction de la compétence et non pas en fonction de l’allégeance. Comme chaque meeting présidentiel, chaque phrase du candidat est ponctuée par des salves d’applaudissement, surtout quand il définit l’Etat comme étant au service de la protection des faibles et non pas au service de la puissance.

     

    En continuant son discours il aborde la question sensible de l’efficacité de la communauté internationale à régler rapidement le génocide du Darfour qui fait plus 200 000 morts depuis 2003, et plus de 1.500.000 de sans abri. Mr Bayrou en s’attachant à ce point clé de la politique extérieure, précise son propos : « Nous assistons impuissants à l’installation de la grande puissance chinoise comme protecteur des complices de ce génocide. Et tout cela pour le pétrole et les matières premières. » Il avait déjà à la réunion sur le Darfour du mardi 20 mars à la Mutualité, déclaré qu’« il n'y a rien de plus facile que d'arrêter cette tragédie, ce génocide au Darfour. Si ce drame ne cesse pas, la France s'honorerait de ne pas venir aux Jeux olympiques de Pékin en 2008. » C’est sur son site que l’on retrouve l’exposé de la politique qu’il tiendrait avec la Chine. http://www.bayrou.fr/propositions/chine.html. Pour l’instant, il est le seul candidat à s’être positionner clairement du côté des Droits de l’homme en Chine et non du côté du parti communiste, c’est ce que nous pouvons lire quand il dit que « Je suis du côté des défenseurs des droits de l’homme et des principes de liberté, non du côté du Parti communiste chinois. Je refuse d’être soumis aux puissances qui ne respectent pas les droits de l’homme. Du Tibet à Tienanmen, chacun sait ce qu’il en est de la réalité des droits de l’homme, et de la main de fer qui interdit même la liberté sur internet. ». On aimerait que les autres candidats à la Présidentielle aient des opinions aussi tranchées et aussi nettes sur la vaste question des Droits de l’Homme et de la liberté de conscience en Chine -pourtant valeurs essentielles de la démocratie française.

     

    Enfin pour ce qui concerne sa politique intérieure, on remarque que si François Bayrou n’est pas le parti de l’opposition, il est bien le parti de la protestation. Il parle entre autres d’une guerre à mener contre l’exclusion, de l’importance de devenir sobre en énergie, et du maintien du service postal comme lien existant entre tous les français. On pourrait lui reprocher un discours à connotation fortement protestataire voir même guerrière visant à soulever une partie du peuple contre le pouvoir en entretenant leurs griefs plutôt qu’en cherchant à les apaiser. On peut aussi noter que François Bayrou ne fait pas de proposition concrète et plus approfondie pouvant donner lieu au changement radical qu’il promet à ses électeurs. Reste à lui souhaiter, comme le dit son slogan de campagne, de défendre « de toutes ses forces » les valeurs démocratiques de la France, et de donner aux français une vision plus structurée de son idée de la politique

     

     

  • Sur " La République, les Religions et l'Espérance" de Mr Nicolas Sarkozy

    L'espérance.JPGAvant d’entrer dans sa campagne présidentielle, Nicolas Sarkozy a écrit une réflexion approfondie sur la laïcité dans l'ouvrage « La République, les Religions et l’Espérance ».  En positionnant l’espérance au centre du travail de la République, Nicolas Sarkozy apporte une avancée nouvelle dans le rôle de la laïcité au sein la démocratie française.

    Avec ce livre Nicolas Sarkozy dit aussi ce qu’est pour lui le rôle de la politique. Selon lui c’est l’idée politique qui permet de rassembler, de mener un peuple et une civilisation. Et cela n'est possible que si l’idée politique est nourrie par ce qu'il appelle "l’espérance." .  Ainsi développer le concept de la laîcité, amène inévatiblement à reconnaître qu'il faut quand même croire à quelque chose de positif. Cette espérance est, au même titre que la croyance, possible en respectant des valeurs morales (et aussi des valeurs spirituelles).

    C’est en replaçant le rôle de cette foi au centre de la politique, de la démocratie et de la République, et c’est à partir de ce système de valeurs que Nicolas Sarkozy semble nous dire vouloir construire l’ensemble de sa politique. Ainsi par exemple, l’Etat de Droit prend une nouvelle place car ce qui est juste est à présent synonyme d’un système de valeurs justes.

    En élargissant le champ, ce qui permet la stabilité de la laïcité - et donc la croyance -dans le monde d’aujourd’hui c’est une politique qui met le respect des Droits de l’Homme et le rôle de la paix au centre de ces décisions.

    Dans cet ouvrage Mr Sarkozy semble nous montrer qu’articuler le discours politique autour de cette croyance en la moralité, en l’éthique, en le respect de valeurs spirituelles, en l’humanisme, en le respect de l’autre, en la dignité, est la politique la plus stable et la plus juste pour chacun de ses citoyens. Car ce sont ces valeurs et cette espérance qui détermine la vérité d’une parole et d’une action politique, et qu’on ne peut construire quelque chose de rationnel sans le respect intransigeant de ces valeurs morales.

    Cette considération peut mieux nous faire comprendre l'absurdité de la gouvernance du parti communiste chinois, prônant l'athéisme et le matérialisme absolu, et qui n'autorise aucune liberté de croyance allant même jusqu'à diffamer, persécuter, emprisonner et tuer les pratiquants de Falun Gong en Chine, seul système de  valeurs justes redonnant aux chinois la possiblité de croire et d'espérer en des jours meilleurs.

  • Enseigner la paix

    Enseigner la Paix

    Le vendredi 2 mars 2007, le 2ième colloque au Sénat sur "La paix: de la parole à l'action", a proposé deux démarches complémentaires pour construire la paix de demain. La première revient à M. Manor du Center of Monitoring of Peace, et elle consiste à mettre l’éducation au service de la paix. Il a proposé de mettre dans les programmes scolaires de chaque pays un enseignement de la paix, pour faire apprendre dès leur plus jeune âge aux enfants, les principes de la tolérance envers autrui, de l’acceptation de ses différences et la résolution des conflits par le dialogue. A l’évocation des enfants iraniens à qui l’on enseigne le martyr pour aller ouvrir les champs de mines aux soldats, Mr Manor a su montrer que pour préparer concrètement la paix de demain, il faut commencer par l’enseigner dans les manuels scolaires de nos enfants. La seconde démarche a été abordée par M.Genin, par la description de la résistance pacifique du Falun Gong. Depuis 8 ans de persécution meurtrière de la part du régime chinois, les pratiquants de cette méthode bouddhiste n’ont jamais répondu par la violence. Selon lui, c’est à ce point que se situe le commencement de la paix, à savoir qu’en réponse à la violence, sommes nous plus aptes à répondre par la violence ou alors par la compassion et la tolérance. M. Genin a montré par ce principe, qu’en Chine les pratiquants du Falun Gong menaient depuis 1999 des actions pacifiques pour informer et pour rétablir la vérité dans leur pays.

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu